En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Vidéosurveillance : les couacs révélés par la Cnil

Mis à jour le
Vidéosurveillance : les couacs révélés par la Cnil
 

Une trentaine de contrôles de dispositifs de surveillance vidéo ont été effectués depuis le début de l'année. La Commission nationale de l'informatique et des libertés découvre parfois des pratiques surprenantes.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

12 opinions
  • ALTHENA
    ALTHENA     

    Bonjour à tous,

    Tout n'est pas de la faute des utilisateurs et exploitants de systèmes de vidéosurveillance !

    Certes, le bon sens et une certaine morale, une étique personnelle, doivent prévaloir; il y a bien sûr la Loi, la réglementation; mais aussi le professionnel qui vend et celui qui installe !

    Comme nous devrions tous le savoir (Nul n'est censé ignorer la Loi !), l'obtention des autorisations administratives relatives à l'utilisation de systèmes de vidéo-surveillance (et de biométrie !) relève de l'exploitant qui assume les conséquences pénales de l'inobservation de la réglementation (jusqu'à 45 000 ? d'amende et 3 ans d'emprisonnement).

    Face à une REGLEMENTATION COMPLEXE et CHRONOPHAGE qui semble l'exonérer de toute responsabilité, et compte-tenu des délais de réponse des administrations, qui peuvent retarder commercialement ses projets, le professionnel qui propose la vente et/ou l'installation de tels systèmes, se positionne souvent comme un CONSEILLER "A MINIMA" :
    - exceptionnellement, il propose de prendre en charge cet administratif encombrant, gracieusement ou non;
    - parfois, il informe de l'existence d'une réglementation, transmet, sans assister, les formulaires à remplir et la liste des pièces à y ajouter;
    - trop souvent, il s'abstient de fournir la moindre information, se faisant ainsi le complice probable d'un délit pénal.

    Conséquences : selon une "étude sauvage", réalisée par une association (à Grenoble ou Lyon ?) que j'ai trouvé sur le net, 1 seul magasin sur 5 équipé d'un dispositif de vidéosurveillance était en conformité avec la législation et la réglementation. Et encore, quel était le résultat sur un plan technique (voir l'arrêté du 3 août 2007) ?

    Ces positionnements commerciaux, plus ou moins moraux, aux conséquences juridiques évidentes, ont conduit une société, la mienne, à concevoir de nouvelles prestations administratives, destinées à ces professionnels et aux exploitants de ces systèmes, en leur proposant de prendre en charge l'intégralité des actes administratifs obligatoires.

    L'externalisation par les professionnels de cet administratif juridique leur permet :
    - d'étoffer leur catalogue de services,
    - d'élargir leurs sources financières,
    - de sécuriser leurs clients,
    - de se concentrer sur leur coeur de métier,
    - de se libérer des contraintes administratives.

    Accessoirement, elle permettra de moraliser davantage la profession.

    Reste à savoir si les professionnels ont intérêt à faire de la publicité sur la réglementation tant qu'ils ne sont pas concernés par les procédures en cours et tant qu'ils peuvent vendre plus rapidement et plus facilement, et tant que certains peuvent écouler des systèmes non-conformes !

    J'attends avec l'impatience, tant du point de vue du professionnel que du citoyen, les résultats/retombées de la démarche initiée par ma société.

    Cordialement,

    contact@althena.fr

  • JoseRemy
    JoseRemy     

    Le problème c'est que tout le monde a quelque chose à se reprocher. D'ailleurs certains vont régulièrement à confesse pour cela. Au fait pourquoi ne pas mettre de caméras dans les confessionaux? quelle efficacité pour le maintient de l'ordre!

  • dqr33
    dqr33     

    .

  • dqr33
    dqr33     

    Par contre, elle manque cruellement de moyens...

  • country skinner
    country skinner     

    .. à quoi bon les avocats, les juges seuls suffiraient bien non ? Et si des fois le soupçon vous effleurait que les caméras pourraient bien justement servir pour avoir quelque chose à vous reprocher...
    Lisez ou relisez Orwell...

  • country skinner
    country skinner     

    .. à quoi bon les avocats, les juges seuls suffiraient bien non ? Et si des fois le soupçon vous effleurait que les caméras pourraient bien justement servir pour avoir quelque chose à vous reprocher...
    Lisez ou relisez Orwell...

  • glob_
    glob_     

    C'est pas parce qu'on a rien à cacher qu'on à tout à montrer ! Si je ne fais rien d'illégal dans ma vie *privée*, elle n'en est pas moins *privée*.
    Je ne fais rien de répréhensible dans la rue, ni à mon poste de travail, pas plus que dans ma salle de bain ; pour autant, je n'apprécierai pas qu'on y mette des caméras de surveillance (d'autant plus sans me tenir au courant).

  • cv_01
    cv_01     

    Tout à fait d'accord pour les 2 premiers points mais ...pour le dernier... c'est de l'humour je pense???

  • bipdan2
    bipdan2     

    D'une part la CNIL ne dispose au mieux que d'une bonne aura pour se faire respecter et ne peux avoir qu'un role de recommandation.

    Elle n'a ni les compétences pour sanctionner, meme si elle peut faire remonter l'info, ni les moyens d'être exhaustive dans ses controles.

    Ensuite, dans beaucoup de cas, un rappel des règles suffira à faire changer de méthodes, inutile faire dans le tout répressif.

  • Bolinski
    Bolinski     

    Sûr que le jour ou vous serez agressé sauvagement dans vos toilettes par un inconnu familier impatient, la vidéo qui pointe, impavide sur la lunette, vous sera fort utile.

Lire la suite des opinions (12)

Votre réponse
Postez un commentaire