En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Universal Music crée un label virtuel

Les disques de UMe Digital seront exclusivement vendus dans les ' bacs virtuels ' des principaux sites de musique en ligne. Le label s'adresse aux groupes et artistes méconnus.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

10 opinions
  • jean benoit
    jean benoit     

    Je suis étudiant en architecture à Nantes, et je fais de la musique. Dans l'optique de lier ces deux passions je m'intéresse dans le cadre de mon diplôme aux musiques indépendantes, voir auto-produites, peu diffusées, ayant une place limitée dans le paysage musical actuel.
    Je suis preneur de toutes vos réponses aussi bien celles de musiciens de tous niveaux, que des amateurs de musiques.
    Est-ce que vous êtes satisfait par les moyens (production, diffusions, scènes?) que vous avez à disposition (personnels, associatifs?) ? J'aimerai que vous partagiez avec moi ce dont vous auriez besoin, vos attentes, vos envies, vos utopies, vos rêves, vos expériences, vos façons de travailler, de répéter, de composer, ce que vous voudriez voir apparaître, les rencontres que vous aimeriez faire, votre rapport avec la musique au quotidien...

  • nouncy
    nouncy     

    et bien je suis d'accord avec pascal car faisant partie du groupe spayroll qui a été un des premiers à signer chez hydrophonics je n'ai pas eu l'impression de me faire avoir. le label n'a jamais été un tourneur donc n'a jamais trouvé de dates, en revanche on a eu la chance le sortir un album, qu'il soit distribué au niveau national, on a eu des supers affiches, des tracts, un peu de pub et pourtant c'était les débuts du label et comme tous les débuts ça a caffouillé parfois...mais un peu de franchise et d'honèteté ont toujours suffit à résoudre les petits problèmes d'organisation du début. bref, je ne suis pas d'accord avec les accusations qui sont portées et de plus faut arreter d'etre con, il faut bien que le label gagne sa vie aussi pour pouvoir sortir des disques...pour ma part je travaille à coté du groupe et je ne compte pas vivre de ma musique en sachant très bien que même avec 40000 albums vendus chez une major tu en vis pas vraiment...
    a bon entendeur salut...

  • Pascal PORTUGUES
    Pascal PORTUGUES     

    Pour répondre au courageux totentine zidenfest qui pourrai parler en son nom, puisqu'il cite le mien, il vaudrait mieux qu'il apprenne comment çà marche avant d'annoncer des chiffres.
    Sur un CD revendu 15 euros TTC, il reste 12,54 HT, le distributeur prend 45% ce qui laisse +/- 6,08 euros au label. Le groupe, lui touche 20% du prix de gros HT distributeur soit 20% de 10,80 euros soit 2,16 euros il reste donc au label (hydrophonics ou warm-up) : 3,92 euros. Avec çà, il doit payer le pressage fait en France (MPO, DOC data) et non pas en Andorre (+/- 1 euros/CD) avec des fois du digipak (Stevos teen, Mauresca fracas dub, absinthe provisoire, l'effet papillon), mais aussi la SDRM (+/- 1 euro /CD), des affiches, des pressbook, des CD promos, les envois les salaires et parfois, de la pub. Concernant les concerts, le label n'a pas à chercher des dates. Bref, je ne pense pas que des labels comme le notre fasse beaucoup d'argent sur le dos des musiciens comme le laisse entendre cette personne. Nous passons un contrat avec ces artistes et nous faisons au mieux de nos moyens. Après personne n'est obligé de signer avec nous.

    Bref, totentine zidenfest ferait mieux de se renseigner correctement avant d'annoncer des choses fausses et jeter le discrédit sur les labels indépendants qui ont assez de difficultés comme çà et qui eux prennent des risques.

    Pascal Portugues
    Hydrophonics/warm-up/les-independants.com

  • totentine zidenfest
    totentine zidenfest     

    M. Portugues (qui défend ici sa vénérable entreprise en jouant les croisés de l'industrie musicale), oublie cependant de préciser qu'au sein de son propre label Hydrophonics il signe des groupes (à peu près tous ceux mentionnés dans sa liste) dont les disques sont déjà enregistrés et masterisés, ne paie que le pressage et la pochette (1000 euros pour 1000 cds en Andorre, très bonne qualité) avant de récupérer sereinement 40% du prix du disque (déduit bien sur des frais du distributeur, qui lui récupére sans aucun risque 50% du prix)..
    Résultat : 10% pour l'artiste.
    Exemple concret :
    -cd vendu 15 euros
    -7,50 pour le distributeur
    -6 pour hydrophonics
    -1,5 pour l'artiste, souvent en groupe, par exemple 4 :
    -1,5/4 = 0,375 euro par musicien!
    Donc en tout, sur 1000 disques : 375 euros par musicien (pas de quoi s'acheter du matériel pour s'enregistrer correctement, un camion pour tourner, une guitare ni même d'ailleurs de quoi payer juste les cordes utilisées dans l'année!)
    De l'autre côté, 1000 euros d'investissement, 6000 euros de chiffre d'affaires = 5000 euros de bénéfice pour hydrophonics.
    A côté de ça, publicité absente ou ridicule, aucune date trouvée, et il faut le relancer jour et nuit pour qu'il se passe quelque chose (pressage, pochette, sortie, tout).
    Bref, je ne jette pas la pierre uniquement sur M. Portugues, je signale juste que le débat majors/petits labels est loin d'être manichéen, et qu'un bon nombre des petits labels agissent comme les gros (sans les moyens)...
    Donc : prudence, autoproduction, et bonne connaissance des labels comme du monde des musiques indépendantes s'imposent (au moins pour ne pas croire en ces faux discours indignés qui ne sont sans doute qu'un peu de publicité jeté dans un forum -comme tant d'autres d'ailleurs)...

  • amjor
    amjor     

    moi je méprise ces majors de pompes a frics

  • James_
    James_     

    Sauf erreur, Universal avait racheté mp3.com qui proposait exactement le même service voir mieux, vu que le portail était très bien fouttu et qu'on pouvait quand même acheter les CD des artistes proposés si on voulait. pi c'était du MP3, par du truc DRM. Bref, après avoir tué mp3.com , universal nous remonte le meme business en beaucoup moins bien et a la sauce contenu DRM. je donne pas 8 mois à la survie de ce concept.

  • Pascal PORTUGUES
    Pascal PORTUGUES     

    Alors que les majors squattent les bacs et monopolisent les médias,
    elles essayent maintenant de garder leur position dominante dans
    la musique en se lançant sur le web. Mais que proposent-elles
    concretement ? 25% de royautés pour un investissement quasi-nul
    alors qu'elles dépensent des millions sur des produits comme star
    academy. Ne nous laissons pas avoir : leur unique but est de
    récupérer les droits sur des artistes autoproduits sans débourser un
    centime juste "au cas où" l'un d'eux venait à avoir du succès ... par
    ses propres moyens bien sur.
    Artistes, rejoignez plutôt le site www.les-independants.com; une
    initiative d'une petite SARL montpelliéraine qui se bat depuis déjà
    presque 4 ans pour faire découvrir des artistes vraiment créatifs (cf
    "S", Absinthe provisoire, Spayroll, Dimone, Stevos teen, Roultaboul,
    L'effet papillon, Rude awakening, Bertivox, Mauresca Fracas dub,
    Moretto, Hors service, I wish ... et beaucoup d'autres)

  • Lilinouth
    Lilinouth     

    ça fait penser à des vieux croulants qui
    s'obstinent à appliquer un modèle économique
    désuet. Et cela sous couvert de soi-disant
    "révolution de l'âge numérique" alors que ce sont
    des conservateurs tout ce qu'il y a de plus
    conservateur.
    Et la raison de leur conservatisme ? les chateaux
    en Sologne et le Don Pérignon à Noel...
    Et en cela je suis bien d'accord avec le premier
    post : ce n'est pas à un singe du centre qu'on
    demande de faire la révolution, tous les
    changements ne peuvent venir que de la périphérie.
    Un singe du centre, il cherche une seule chose :
    conserver son pouvoir.
    Lilinouth

  • VACHE_
    VACHE_     

    Ibid.

  • Larry_
    Larry_     

    Ils vont mettre "trois francs six sous" là dedans, et ensuite, ils diront "Ben vous voyez bien que vous ne pouvez pas nous accuser de ne pas chercher à promouvoir les jeunes artistes ! Si on a tant de mal à vivre c'est a cause de l'horriiiible p2p..."

    Heureusement que la StarAc' marche bien, ça permet de payer l'entretien des Ferrari et les traites du château en Sologne...

Votre réponse
Postez un commentaire