En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Une Alliance pour rémunérer les artistes sur le peer-to-peer

Autour de l'Adami, plusieurs associations défendent la création d'une redevance sur les abonnements à Internet afin de compenser le préjudice subi par les artistes à cause des échanges de fichiers. Entre 1,5 et 5 euros pour de la musique et entre 3 et 5 euros pour des films.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

69 opinions
  • beauparlant
    beauparlant     

    Je comprends très bien ton raisonnement et sur de nombreux points je t'approuve, notamment à propos des écrivains et des artistes plasticiens.

    Mais quand tu parles de la Sacem... comment veux-tu réformer un organe complètement phagocyté par les industries qui y defendent elles, LEURS intérêts, c'est à dire des intérêts très différents de ceux des auteurs ?

    Il y a belle lurette que la Sacem n'est plus la représentante des auteurs/compositeurs. Ce qu'elle aurait du rester.
    L'intérêt des industriels pouvant parfaitement se préserver au niveau de la commercialisation, il n'y avait pas besoin d'infecter le Droit d'Auteur pour ça. Mais maintenant le ver est dans le fruit. En moins de vingt ans on a vu ce que ça donne car effectivement certains produisent maintenant de la "musique au mètre" pour correspondre au formatage médiatique dicté par l'industrie. Personnellement, ce n'est pas l'idée que je me fais de "l'artiste".

    Quand tu dis que ces organismes sont "à l'écoute des auteurs", j'ai un sacré doute. Pourquoi la Sacem a-t-elle pris position pour DADVSI avec autant de militantisme ? DADVSI est à l'évidence un prétexte pour investir le Net (seul medium indépendant des capitaux américains Carlyle & C°), pas du tout une défense du Droit d'Auteur. Ca va même produire l'effet contraire.

    Il serait temps que la Sacem et autres se réveillent, et prennent en compte la spécificité du Net en adaptant leur méthodes à l'irruption de ce nouveau mode de diffusion au lieu de chercher à le contrer par des "mesures techniques" irrréalistes et contreproductives. C'est dans l'intérêt même des auteurs que le Net soit un vecteur de diffusion. Ce n'est évidemment pas dans celui des industries qui contrôlent maintenant la Sacem à la place de auteurs. D'où le hiatus.

  • Karl Marx
    Karl Marx     

    « 25000 tâcherons qui vivent comment ? Tout le problème est là. »

    Qui a dit qu'ils roulent sur l'or ? Si le système est perfectible, il a le mérite d'exister.
    Que certains en profitent bien, ou qu'il y ai des majors critiquables dans leurs pratiques c'est un fait ; mais ce n'est pas le sujet.
    Faut-il encourrager cette licence globale pleine d'erreurs de conception sous pretexte que certains se gavent? Il est évident qu'elle contribue à détruire encore plus le système du droit d'auteur.
    Ce n'est pas si compliqué pour un compositeur de musique d'émarger un peu de droits d'auteurs à la Sacem, ce qui devient plus dur, c'est d'en faire un métier toute sa vie.
    Quand je parle de tacherons, c'est simplement des gens qui font leur boulot et qui en touchent les dividendes. La notoriété n'est pas nécessaire pour ça. Ce ne peut pas être un critère de réussite unique. Tout dépend du secteur où l'on est.
    Tu connais des compositeurs de musique "au mètre" célèbres? Bien sur ce n'est pas glorieux, et la plupart du temps ils produisent de la M.. prédigérée. Faut-il voir dans ces musiciens des oportunistes sans talent ou des artistes inconnus qui cherchent à exister
    d'une façon ou d'une autre? On est pas obliger de faire de tels choix, et il est toujours possible de se draper dans une pose digne du style "ce n'est pas pour moi".
    Il y aura toujours des artistes au service de leur art et d'autres qui se servent de leur art
    quitte à faire des concessions sur de beaux principes...
    Dans l'édition du livre le problème est certainement plus préoccupant, sans parler des artistes plasticiens qui ont un droit de représentation jamais appliqué.

    Si je ne soutient pas la "licence globale", je comprend tout de même que le Snap-Cgt puisse adhérer à cette idée contre toute attente. Pour les plasticiens le compte est simple : avant (aujourd'hui en fait) il n'y avait aucun espoir de faire appliquer la loi sur leur droits de représentation, avec la licence globale ils y voient enfin une rémunération.
    Pourtant c'est aussi une façon d'enterrer un meilleur avenir pour la création artistique, puisque personne, sinon justement les plus notoires, ne pourrait en profiter.
    Je me répète mais, tant que la règle n'exigera pas de remunérer l'oeuvre à la pièce, il y aura toujours des injustices.
    Les sociétés civiles comme la Sacem ou la Sacd repartissent au mieux l'utilisation des oeuvres à la pièce, s'il y a mieux a faire, ce ne sera pas en les conchiant mais en les interpellant là dessus...Et ils sont à l'écoute des auteurs.

    Maintenant il est toujours possible à un auteur de donner libre accès à ses oeuvres, mais ce choix perd tout son sens s'il ne le maîtrise pas .
    Tu laisses à disposition ton travail sur ton site, c'est une pratique comme une autre pour être diffusé, bravo. J'imagine que tu as bordé en ammont pour éviter qu'on puisse les exploiter commercialement demain sans ton autorisation et en les signant tartanpion, sans même te citer...

  • beauparlant
    beauparlant     

    25000 tâcherons qui vivent comment ?

    Tout le problème est là. Tant mieux pour toi si le système actuel t'inclut dans ses largesses. Je crains que ce ne soit qu'un coup de chance. Je ne le jalouse pas, note bien, je dis simplement que si 25000 tâcherons sont chaque jour à la peine alors qu'on ne voit presque rien de nouveau sortir du lot habituel des "majorisés", ça veut dire qu'il y a 25000 nullards ou que le système est mal fait.
    Comme je connais un certain nombre de ces gens, je préfère penser que le système est vraiment mal fait...

  • Karl Marx
    Karl Marx     

    Beauparlant dit : «En fait, tous les créateurs sont dans ce cas SAUF ceux qui paradent en haut des "charts" parce qu'ils ont eu un jour la chance d'avoir été signés par une grande entreprise d'édition musicale (major) qui se goinfre et se remplit les poches sur leur dos».

    Soit, il existe des artistes riches et des producteurs encore plus riches mais ce n'est pas l'essenciel de la creation artistique. La plupart travaillent laborieusement pour quelques droits mérités et valorisant leur travail. Si tu n'en croque pas, ce n'est pas à cause d'un manque de piston ou de pas de chance;c'est parce que c'est dur.

    Moi aussi je suis auteur (compositeur de musique) et les quelques droits d'auteur que je glane, je n'en ai pas honte. Mais bon, ce n'est pas une fortune et c'est pourtant honnorable et aussi de la part des éditeurs qui font leurs travail pour vivre avec moi de ces creations;ils se bougent beaucoup pour que ces oeuvres génèrent un peut d'argent. L'argent qu'ils touchent est mérité quoiqu'on en dise. Mes revenus viennent d'obscures arrangements et compositions honnêtes et audacieuses, le showbizz connait pas, et c'est certainement le panier de crabe que l'on décrit, mais ce n'est pas le quotidien des auteurs. Il n'est pas impossible d'être soit même son producteur ou comercial.
    Quand j'ai eu à le faire, c'etait sans intermédiaires et j'ai signer des cessions de création avec des commanditaires qui payaient alors aux Agessa mes cotisations avant que je vienne à mon tour les compléter pour ouvrir mes droits de securité sociale.
    Les producteurs ne sont pas forcement incontournables, il faut savoir ce que l'on cherche vraiment : la gloire ou servir son art sans s'inquiéter d'une renommée qui peut quand même venir (souvent pour le pire) un jour.

    Des tacherons comme moi il y en 25000 rien qu'en région parisienne...

  • Karl Marx
    Karl Marx     

    Ce sont les bonnes intentions dont est pavé l'enfer .

    La "licence globale" n'est une bonne solution qu'en apparence, malheureusement ce n'est pas ce qu'elle a l'air d'être.
    Il n'est pas prévu que chaque téléchargement soit rémunéré à la pièce, ce serait trop beau.
    L'Adami et la Spédidam sont des sociétés qui gèrent les droits voisins (ou copie privé), ce ne sont pas des droits d'auteur et c'est là le problème;ce sont bien les auteurs qui se trouvent spolliés, si vous croyez, une foi cette licence en place, pouvoir soutenir financièrement vos artistes préférés en y adhérant, vous vous gourez lourdement.
    Le système de la "licence globale" prévoit d'utiliser des sondages qui ne feront que grossièrement ressortir les plus nombreux, et comme les sommes à répartir serons minimisées, le projet sera de répartir à ceux là. l'artiste tartanpion inconnu au bataillon du showbizz n'en verra rien, sinon des miettes de centimes.
    Si encore il était proposé de rémunéré à la pièce chaque échange ce serait un vrais progrès, surtout pour les plasticiens qui ne touchent rien aujourd'hui et cela malgrès le droit de représentation qui existe dans la loi depuis des années et qui reste lettre morte.
    La raison, au passage, de la présence du Snap-Cgt dans ce truc qu'est l'alliance public-artistes. La Spédidam qui aujourd'hui est géré par une bande de crapules (je pèse mes mots), est à l'origine des récents problèmes de rénumération sur les Video-musiques à la télé, ils se sont vautrés par incompétence et ont produit un monstre de jurisprudence qui va profiter à pas mal de diffuseurs.
    La Sacem leur en veux pour ça et je comprend leur position. Ces charlots ruinent le système des répartitions qui a déjà eu beaucoup de mal à exister:saviez-vous qu'il faut re-négocier tous les ans ou presque les taux de retenus Sacem avec les Tf1, M6 et autres diffuseurs ? Ce n'est pas tout le temps à l'avantage des auteurs, mais au moins ils sont bien défendus. La Spédidam, loin de se vanter de ses exploits juridiques, se met en avant en criant au viol alors qu'ils ont fait montre d'une désastreuse incompétence ! Un comble de désinformation qui embrouille tout le monde, les artistes comme les internautes...

    Pour autant les DRM ne sont pas une solution.
    Et accepter de payer un forfait est une rigolade, à 50 millions d'échanges / jour.(ok je me répète là).
    Il faudrait d'abord soutenir l'idée de [g]médiathèques numériques publiques [/g]et combattre le téléchargement sauvage, les auteurs ont droit à une juste rémunération, ce n'est pas une rente qu'on leur fait sur mesure;c'est nos propres libertés que l'on sauvegarde avec eux. Ce sont eux les gardiens de phares de nos libertés, sans eux plus de culture ni même d'information. Et inutile de comparer la communauté scientifique qui à l'inverse, a pu trouver dans internet le moyen de diffuser du savoir avant qu'il soit mis sous copyright, c'est paradoxalement la même démarche que l'on trouve en défendant le droit d'auteur.

    Les apparences sont peut-être trompeuses, et il circule beaucoup d'idées reçues sur la condition de vie des auteurs. Alors soyez vigilant, et osez avoir un regard neuf sur ce problème en étudiant vraiment de quoi il s'agit.
    Les systèmes actuels ne sont pas parfait, ce n'est pas une raison pour raser gratis et tout foutre par terre.

    Il faut aussi défendre le droit à la culture pour tous, et donc une certaine "gratuité" sans dommage pour les créateurs qui doivent aussi survivre.
    Le fait de faire payer aux "consomateurs-internautes" a des limites, le flux des échanges n'est qu'à ses début, il promet d'être beaucoup plus énorme... Certains sur ces topics voient d'un mauvais oeil l'idée de rémunérer directement par l'état et la mutualisation les auteurs, comme la resurgence d'un stalinisme passé, pourquoi pas ?
    Au moins on sera sur que nos impots seront utilisés à des fins pacifiques, et tant pis pour les portes-avions, grosses daubes de la fierté nationale patriotique (le patriotisme, excuse des brutes disait O.Wilde qui a oublié d'être idiot).

    À nous d'avoir de l'immagination sans faire des uns et des autres des pestiférés.

  • Karl Marx
    Karl Marx     

    Alain dit : «le système au titre par titre...Ce système favorise 1 trentaine de nababs du show-biz ».

    C'est exactement le contraire. La fameuse (fumeuse?) licence globale ne propose que d'opéré par sondage. CAD que tes artistes underground préférés ne risquent pas de voir la couleur de ton fric. Par contre ça pourra aller dans la poche des vedettes en fonction de leurs résultats, ce que tu ne souhaites pas vraiment (moi non plus).

    Si le disque de la Starac est beaucoup plus téléchargé que les autres, qu'est-ce que on peut y faire ? Autant qu'ils n'en recoivent pas un centime de trop.
    Payer titre par titre, c'est l'assurance que chaques auteur et interprète téléchargé soit remunéré. Les producteurs sont contre aussi, dans la mesure ou ils seraient absent du comptage un peu plus. Quand à la Sacem, elle a vocation de défendre les auteurs, et elle le fait bien. Personne n'est parfait, mais inutile de lui reprocher de faire son boulot.

    Vu comme ça je serai d'accord, mais que l'internaute paye reste un problème.
    C'est un fond qui devrait être généré, et ça représente des sommes énormes.
    Près de 50 million de téléchargements jour...même à 0,1 centime la pièce, personne ne voudra payer ça...

    Le vrais combat c'est d'exiger que les auteurs (plasticiens, ecrivains, musiciens, cineastes etc.) soient remunérés et que la conection soit libre et gratuite...
    Un vrais problème pour les autorité et les firmes du monde marchand.

  • Karl Marx
    Karl Marx     

    Hé Bastien, tu dis :«des personnes qui ne foutes rien de la journée et qui ne savent rien faire de leurs dix doigts...», c'est bien jolis de pérorer sur des clichés totalements crétins, mais il se trouve que s'ils n'avaient pas le savoir et le talent pour créer, on serait obliger de t'appeler au secours de la culture en danger...On l'a échappé belle.

    Tu fais quoi avec tes doigts boudinés qui dérappent sur le clavier ? Ne le dis pas ça me fait peur d'avance, c'est pas avec des jugements aussi débiles que tu pourras un jour faire entendre ton opinion. Mais rassures-toi, la crétinerie ça se soigne plus facilement qu'apprendre à jouer du piano.

    Mon opinion la voici:

    Je suis contre la licence globale parce qu'elle ne pourra profiter qu'à une faible proportion d'interprètes et aucun auteur. Parce que le système proposé est plein d'erreurs et les résultats qu'on pourrait en attendre sont d'une telle mesquinerie que personne parmis les artistes ou les auteurs n'en voudrait, c'est une idée reçue de croire que ce système va enrichir outrageusement le monde artistique, il n'y a qu'à calculer pour comprendre que le compte n'y sera jamais.
    Je suis contre aussi les DRM qui ne sont qu'une réponse policiere de plus sans être une solution, le comble étant que ces DRM seront protégés par...un copyright.
    Je suis pour une véritable rénumération des oeuvres et non des artistes en particulier.
    Quand une oeuvre est diffusée aujourd'hui, les ayant droits de cette oeuvre sont rémunérés, peut-être pas de façon idéale, mais accepté, les artiste interprètes eux touchent un droit d'execution qui n'est pas de même nature, mais qui est garantie dès qu'une oeuvre est rémunérée.
    Je suis pour aussi une [g]connection internet gratuite[/g], ce qui semble incompatible avec la rémuneration des auteurs, mais c'est là qu'il faut faire preuve d'immagination.

    Le "dossier" du P2P est suffisamment complexe pour que des jugements rapides et peu réfléchis polluent les forums sur le sujet.
    Si tu trouve que les artistes sont des branleurs, tu n'as qu'à essayer de vivre ne serait-ce qu'un mois sans lire, écouter de la musique, voir des films, lire des BD, aller aux expos, allumer la télé, la radio et même ton ordinateur.
    Ça te donnera une idée du monde que tu nous souhaites.
    Quand à la notion de la valeur "travail", elle n'est là que pour mieu te rendre légume.
    Tant mieux si les artistes essayent d'y échapper, il faut le souhaiter à tous : tu pourrais enfin avoir le temps de t'émanciper par le savoir...

    Comme d'autres le disent su ces topics, il est concevable d'établir des journaux des téléchargements anonymes, mais pas de faire payer les utilisateurs, l'argent et sa provenance, voilà le vrais problème. C'est ce débat que nos députés évitent soigneusement. Les plates-formes de P2P sont une chance pour un accès au savoir et la culture en général, et je suis sure qu'on aurait plus de scrupule à télécharger des "oeuvres" comme MyKampf ou le "Protocole des sages de sion" si l'on sait qu'il profitera à ses éditeurs. Il y a des bibliothèques pour ça. Et elles sont gratuites!

    Mais bon, je pisse dans un violon là...

  • beauparlant
    beauparlant     

    Je ne suis pas musicien, je suis auteur et éditeur virtuel.
    Pionnier du Net depuis 1997, voilà des années que j'y publie romans et nouvelles, pièces et scénarii, de mes propres créations et celles d'autres auteurs, et j'ai quasiment INVENTE le concept de "Droit d'Edition Numérique" distinct des droits d'édition habituels.
    Mais - sauf exceptions rarissimes - personne ne m'a jamais envoyé le moindre liard pour récompenser le plaisir que nous lui avions procuré en mettant nos textes à sa libre disposition.

    Je continue néanmoins à en publier en ligne et je continue à écrire parce que, même si ça ne rapporte rien, c'est vital pour un créateur de partager son oeuvre avec un public. C'est la seule manière qu'il ait d'avoir un feedback réaliste et de s'améliorer en permanence.
    C'est ça la réalité. Et je sais que c'est pareil pour beaucoup de musiciens, peintres, etc.
    En fait, tous les créateurs sont dans ce cas SAUF ceux qui paradent en haut des "charts" parce qu'ils ont eu un jour la chance d'avoir été signés par une grande entreprise d'édition musicale (major) qui se goinfre et se remplit les poches sur leur dos.
    Mais là s'arrête leur chance. S'ils ne produisent plus, ils seront vite bons à jeter !
    Le résultat (aussi bien dans l'édition littéraire que musicale) est que ces Majors traitent ces créateurs comme du bétail à haut rendement. Elles multiplient les croisements de critères marketting, de la même manière qu'on croise des chevaux de course, parce que c'est sur ceux-là et pas sur d'autres qu'elles ont investi et il faut que leur investissement rende le plus de jus possible...
    Et l'on retrouve partout les mêmes créateurs (auteurs ou compositeurs) écrivant pour les mêmes interprètes, ce qui au bout du compte sclérose la création globale en laminant les petits nouveaux.

    Alors, une taxe globale pour rémunérer les artistes, moi je n'y vois vraiment aucun inconvénient. La seule question qui se pose est de savoir comment et en fonction de quels critères celle-ci sera répartie ?

    [url]http://www.diamedit.net [/url]

  • Emmanuel27100
    Emmanuel27100     

    payer 5€ par mois pour telecharger une dixaines de film .
    ouai mais 10 dvd coutent 5€ au total ? alors à quoi sa sert l'argent ?
    c'est sur que se soit pour les artistes ? et lesquels ?
    On va pas regarder ce que chaque individus telechargent afin de donner les sous au "victimes" ..
    enfin c'est mon point de vue

    Idée pas terrible j'pense ..

    le mieu c'est de laisser faire :)

  • john burnes
    john burnes     

    C est bien zézette la lutte des classes ne passeras pas par toi !
    Non, trêve de plaisanterie si tu trouve pas que la vie est suffisamment chère, qu il y en a marre de payer c est que tu ne vis pas dans le même monde que la France d en bas ... qui cherche ses libertés
    Il fut un temps ou on faisait des lois pour décrire ce qui était illégal, et ou s'arrêtait la liberté, maintenant comme ca prend trop de temps on fait des lois pour déterminer son champs de compétence çane te choque pas ?

Lire la suite des opinions (69)

Votre réponse
Postez un commentaire