En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Un journal télévisé à la carte et sans présentateur

Tous les jours News at Seven diffuse son JT grâce à des informations, images ou vidéos récoltées sur Internet et présentées par un avatar.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • RDT
    RDT     

    Personnellement je préférerais le JT que propose le Rassemblement pour la démocratie à la télévision dont vous trouverez ci-dessous le manifeste

    Rassemblement pour la
    Démocratie à la Télévision
    (Association loi 1901, n° W372008310, J.O. en cours)

    Vous pensez que quelque chose ne va plus du tout à la télévision ? Vous en avez assez des sondages qui forment et déforment l'opinion, des superstars du journalisme qui, partout, sur les chaînes pri-vées ou publiques, monopolisent la parole ? Vous vous dites que les principes de la démocratie sont de plus en plus bafoués par une dictature médiatique à laquelle il est primordial, urgent, de s'opposer ? Vous estimez qu'il ne s'agit plus de critiquer, de râler dans son coin, au café ou sur In-ternet, et vous voulez agir, avec intelligence et efficacité, pour un véritable pluralisme à la télévision ? Alors, n'hésitez pas, rejoignez le RDT, le Rassemblement pour la Démocratie à la Télévision. Il est fait pour tous et a besoin de vous.

    Indépendant de toute organisation politique, composé de femmes et d'hommes de tous âges, de tou-tes régions et de tous milieux, le RDT propose une action novatrice, ambitieuse, qui touche au coeur même du système d'influence : les sondages et les journaux télévisés. C'est là, à ces deux niveaux de la prétendue consultation des Français et des heures d'audience maximale, que se concentre la mani-pulation de l'opinion. Et c'est donc là, aussi, que se trouvent les leviers de la transformation démocra-tique.

    1. Interdire la réalisation de tout sondage ou enquête d'opinion dans les 3 mois précédant un scrutin électoral
    Qu'on nous comprenne bien : la mesure des intentions de vote ou des opinions n'est pas, en soi, un mal ; elle le devient quand, à force d'être ressassée, matraquée, elle se mue en un instrument de condi-tionnement, voire d'intoxication, de l'opinion. Avec une telle réforme, l'homme politique, le journaliste, l'électeur ne seront plus gouvernés, obnubilés, influencés par le dernier chiffre d'IPSOS ou de BVA et c'en sera fini de ces commentaires, oiseux et pernicieux, qui occupent aujourd'hui tant d'espace mé-diatique. Le débat électoral, libéré des sondages, retrouvera toute sa valeur. Il gagnera en intelligence, profondeur, précision. On pourra enfin avoir le temps de discuter des projets de société, des réformes proposées, de leurs modalités concrètes, etc. Bref, quel que soit le résultat des urnes, la politique sera la grande gagnante.

    2. Démocratiser les journaux de TF1 et de France 2 grâce à la formule participative suivante : pendant une semaine, un journaliste-superstar de la chaîne (ne pratiquons pas, nous, l'exclusion !) ; la semaine suivante, un journaliste extérieur (presse écrite, radio, Internet, etc.), volontaire, rémunéré et représentatif d'un courant d'idées ou d'opinion ; la semaine d'après, un citoyen, volontaire, rému-néré, représentatif d'un milieu social ou d'une question de société. Et ainsi de suite durant cinquante-deux semaines?
    Utopique ? Seule l'habitude de la confiscation nous fait croire qu'un tel dispositif pluraliste est impos-sible. L'immense réservoir d'expériences, de compétences, journalistiques ou citoyennes, au-jourd'hui inexploitées, prouve au contraire combien cette formule est crédible et réaliste.
    Scandaleux, parce que TF1 (passe encore pour France 2, service public?) est une chaîne privée ? Mais où vivons-nous ? L'argent donnerait-il tous les droits ? Et bien non, cent fois, mille fois non : l'information, dès lors qu'elle est l'objet d'une diffusion de masse, ne saurait être la propriété de qui-conque, ni de Bouygues ni de l'État ; elle doit appartenir à tous, et donc être l'oeuvre du plus grand nombre.
    Ainsi, au lieu de subir l'inamovible PPDA, le gentil Pujadas et autres professionnels conformes, qui nous assènent soir après soir toujours les mêmes contenus, toujours les mêmes messages, toujours les mêmes invités, on aura des journaux variés, inattendus, reflétant aussi bien l'actualité du jour que les multiples composantes, problèmes ou espoirs de la population. Grâce à un tel dispositif, la télévi-sion commencera à devenir un formidable instrument de démocratie et d'écoute des autres. Et il va sans dire que la formule pourra bien sûr, à terme, être déclinée sur les chaînes d'information en continu (LCI, I-Télé, BFM-TV, etc.) ou bien encore dans les émissions de débats.

    Si cette action vous intéresse, rejoignez le RDT ! Avec vos expériences, vos savoir-faire, vos idées, votre imagination ; quels que soient vos moyens et votre temps disponible. Même si vous manquez de temps, même si vous êtes déjà occupé(e) par d'autres engagements (associatifs, syndicaux, etc.), n'hésitez pas à adhérer car la loi du nombre sera déterminante. Plus nous serons nombreux, plus nous serons efficaces, plus nous aurons de chances de

Votre réponse
Postez un commentaire