En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Un employeur condamné pour usage mal encadré d'Internet

Un employeur condamné pour usage mal encadré d'Internet
 

L'équipementier télécoms Lucent est jugé responsable des agissements litigieux de l'un de ses ex-salariés sur Internet.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

5 opinions
  • cdrhum
    cdrhum     

    ...sur le sort des pauvres employeurs qui ne sont là que pour le bien de l'humanité et qui ont eu le courage de résister aux sirènes du bien-être du salariat !!! :pleure:
    Je ne veux pas dire pour autant que je partage totalement le jugement évoqué mais, de grâce, Messieurs les Patrons, si vous ne voulez plus souffrir de toutes les injustices fiscales z' et sociales, alors que vous ne souhaitez être que des "moteurs de la croissance" ... allez vous faire embaucher chez un de vos pairs, vous m'en direz des nouvelles ! :hello:

  • robero
    robero     

    J'ai été chef d'entreprise et je sais ce que c'est que de financer la croissance. J'ai connu des entreprises qui grossisaient et dont les patrons et les salariés gagnaient beaucoup moins que ceux d'autres entreprises concurentes qui limitaient leur activité en refusant du travail lorsque cela nécessitait d'investir. Car qui dit investir, dit prendre encore plus de risques (ils sont de plus en plus importants et le gain est de moins en moins sûr, en France du moins). Et aujourd'hui, investir, c'est construire sur du sable car les règlements changent sans arrêts, les politiques locaux, nationaux et européens ne sont pas fiables (ils changent la règle dès qu'un pet de travers est laché...). Les entreprises qui grossissent sont fragiles car comment savoir ce qui se passera dans un an ? Un maire, un ministre, une loi peut prendre une décision qui mettra par terre vos projets d'expansion et encore heureux si cela ne tue pas l'entreprise entière ; vous avez des milliers d'exemples de cela chaque année.

  • Nicolas B.
    Nicolas B.     

    Bonjour Arnaud Devillard,

    Je tenais à faire quelques précisions :

    - Oui, cette décision n'est pas banale et je ne comprends toujours pas pourquoi Lucent est condamné, j'ai essayé dès le début de les sortir de la procédure, en vain...

    - Une erreur s'est toutefois glissée dans votre article :
    Ce n'est pas à Lucent mais bien à moi de payer 5000 euros pour l'art 700 et 2 x 5000 euros pour les publications nationales !
    Dans les 2 jugements, je dois "relever et garantir" des condamnations prises contre Lucent (ils m'ont en effet fait signer un papier avant de me licencier sèchement en décembre 2000 !)
    Lucent et moi partageons les dépends (personne n'a encore le chiffre exact mais mon avocat m'a dit que ce serait (très) élevé car 1ère instance + appel, un appel que je n'ai pas souhaité d'ailleurs...)

    Les journaux qui plaignent cette société ont-ils seulement pensé à moi ? Aux 15.000 euros qui me sont demandés (art 700 + 2 publications) + dépends 1ère instance et appel... soit entre 20 et 25.000 euros peut-être plus encore ! Et cela vient s'ajouter aux 300 à 500 euros par mois que j'ai dû payer à mon avocat tout ce temps... alors qu'il s'agit d'un euro de dommages et intérêts pour un détournement de logo (!)

    Tout un ramdam et des sommes astronomiques pour un site qui n'a pas été en ligne plus d'une semaine et qui a été réalisé en septembre 2000, faut-il le rappeler ?
    Je veux bien reconnaitre avoir navigué hors des limites (françaises) de la liberté d'expression mais dois-je payer toute ma vie pour autant ? J'ai une femme et une petite fille depuis, doivent-elles subir mes erreurs passées ?

    Qui est la vraie victime dans cette affaire ?
    Qui joue sa vie alors qu'il n'est qu'un numéro de dossier pour chacun des autres acteurs de cette triste affaire ?

    D'avance merci pour votre intérêt,
    Nicolas B.

  • Traroth
    Traroth     

    "Ce n'est pas étrange que beaucoup d'entreprises préfèrent dire non aux commandes plutôt qu'embaucher" : personnellement, j'en connais pas beaucoup, des comme ça. Personne n'est obligé de faire une entreprise, hein. Si on commence à refuser des commandes parce qu'on ne veut pas que la boite grossisse, il vaut peut-etre mieux se trouver une autre occupation. Si on créé une entreprise, ça veut dire qu'on accepte les risques, même si sur le fond, je suis bien d'accord pour dire que dans ce cas-ci, le jugement est inique, pour les mêmes raisons que toi.

  • fsviking
    fsviking     

    Des juges ont encore une fois manifesté qu'ils sont détachés du monde réel. Alors si un employeur n'interdit pas tout ce qui est déjà interdit par la loi, il est responsable pour les délits des employés. Et si un employé abuse du téléphone de son employeur pour des activités illégales, c'est aussi la faute de l'employeur ? Si un employé jette un bloc de béton dans la rue de son bureau et il tue quelqu'un, c'est la faute de l'employeur qu'il n'a pas expressément interdit les employés de jeter des blocs de béton !? Les tribunaux, sont-ils devenus fous ? Les tribunaux devraient mettre les gens devant leurs responsabilités au lieu d'attaquer un employeur qui n'a rien à voir. Un salarié, ce n'est pas un enfant.

    Et finalement, ce type de jugement ne va pas encourager des PME et TPE d'embaucher. Embaucher aujourd'hui, c'est d'ouvrir la porte à toutes sortes de malheurs, si on en est responsable ou non. Ce n'est pas étrange que beaucoup d'entreprises préfèrent dire non aux commandes plutôt qu'embaucher.

Votre réponse
Postez un commentaire