En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Un député veut connecter toutes les écoles d'ici à 2012

Mis à jour le
Un député veut  connecter toutes les écoles d'ici à 2012
 

Jean-Michel Fourgous, élu UMP, a rendu un rapport sur l’usage du numérique dans les écoles. Il a listé 70 mesures à mettre en place.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

24 opinions
  • Informatikkk
    Informatikkk     

    Je fais des études d'informatique. J'apprécierais beaucoup de pouvoir noter tous mes cours sur mon ordinateur, parce que j'ai une grande facilité a gérer, organiser et ranger les documents electroniques. Et toute cette paperasse que j'oublie ou que je perds ne me sert à rien.
    Or, les 3/4 des profs que j'ai refusent que l'on se serve d'ordinateurs portables personnels en cours, au motif qu'on risquerait d'en faire autre chose, jouer ou surfer sur d'autres sites par exemple.

    1: Si un eleve surfe au lieu d'écouter le cours, c'est son problème et pas celui du prof qui sera payé pareil, je vois pas en quoi ça peut les déranger.

    2: On a pas attendu les profs pour jouer avec les iPhone en cours, cessons l'hypocrisie on dit ce qu'on veut mais 70% des élèves font du sms pendant la plupart des cours.

    3: Etant étudiant majeur et vacciné, et disposant d'un ordinateur je devrais pouvoir être en mesure de m'en servir comme bon me semble, sans avoir besoin de l'approbation de vieux profs réfractaires à la technologie.

    Le problème vient donc de l'Etat d'une part, et du personnel enseignant d'autre part. Un prof qui ne sait pas se servir d'un traitement de texte ou d'une clé USB de nos jours, c'est tragique.

  • Nacyl
    Nacyl     

    Salut Michel,
    Une lecture qui me paraitrait toute aussi intéressante serait celle de ton avis sur la question !

    Luc Cedelle propose un certain nombre de "postulats" qu'il serait bon de ne pas prendre au pied de la lettre et qu'il faudrait décortiquer.
    Dans cette optique là, quel est ton point de vue ?

  • Michel Delord
    Michel Delord     

    Un complément sur le Blog de Luc Cedelle :

    « L'école et les nouvelles technologies : apprend-on à marcher avec une voiture ? »

    http://education.blog.lemonde.fr/2010/02/16/lecole-et-les-nouvelles-technologies-apprend-on-a-marcher-avec-une-voiture/

    Bonne lecture

    Michel Delord

  • Nacyl
    Nacyl     

    Je te propose une autre option, si tu as des enfants, lance le débat auprès de l'administration et des enseignant et, si tu es d'humeur, embarque quelques autres parents pour, ensemble, faire évoluer les choses dans le bon sens car les premiers "enseignants" des enfants ne sont-ils pas leurs parents ?

  • Arnaud Devillard
    Arnaud Devillard     

    Effectivement, je croyais que vous régissiez à l'article. Une méprise de ma part alors !

  • Nacyl
    Nacyl     

    "Dis oui au maître"
    http://www.youtube.com/watch?v=kXL04t_Co90

    Je suis d'accord avec toi, l'Ecole, note le E, est un lieu d'apprentissage.
    Cependant, les méthodes pédagogiques et d'enseignement doivent-elles (et par conséquent l'Ecole) rester bloquées au milieu du XXe siècle ?
    Opposer apprentissage et jeu est un faux procès pour ne pas dire une contradiction. C'est d'ailleurs amusant de constater que chez l'animal comme chez l'homme, l'apprentissage passe souvent par... le jeu...
    Et oui, la transmission du savoir et la faculté de s'en servir (tu te souviens, les têtes bien pleines et les têtes bien faites ?) passent très souvent par le jeu.
    Loin de moi l'idée que l'acquisition du savoir doit se transformer en annexe du jeu vidéo, tu l'as bien compris, simplement, il est plus aisé d'apprendre en s'amusant qu'en se prenant la tête, c'est un fait.
    Et c'est là qu'interviennent les technologies de l'information (pas uniquement l'informatique même si elle est omniprésente).
    Imagine de pouvoir illustrer une matière abstraite avec des images et/ou du son.
    Tu rajoutes une dimension supplémentaire à ton message. Imagine illustrer une démonstration de math, on peut qualifier ça de progrès, non ?

    Les technologies de l'information ne sont qu'un support de plus, un outils pour permettre à tous d'avoir une meilleur chance d'appréhender et de comprendre le monde dans lequel nous évoluons.

    Ce n'est pas LA solution miracle, loin s'en faut, mais elle apporte une chance de plus.
    La technologie, comme toujours, n'est que ce que nous en faisons. Comme tu le dis fort justement, elle peut être le révélateur d'un handicap mais difficilement en devenir un car il ne s'agit pas là d'un langage qu'il faudrait acquérir pour pouvoir progresser mais bien d'un outils permettant une illustration différente.
    Pas besoin, par exemple, de parler Allemand pour être perdu en math, le Français se suffit à lui-même (et c'est d'ailleurs particulièrement triste).
    Ce n'est donc pas, à ce niveau, la technologie qui est la facteur limitant, tu en conviendras.

    Reste le financement de l'équipement qui, là je suis d'accord, risque d'induire un décalage entre ceux qui ont les moyens et ceux qui ne les ont pas mais, encore une fois, il ne s'agit pas uniquement d'informatique mais de systèmes d'information. L'appropriation peut donc se faire en classe par le biais du très ludique, j'insiste, tableau numérique interactif par exemple. Là encore il s'agit simplement d'un outils !

    Et nous ne parlons là que de la relation enseignant/élève.
    Imagine pour un élève absent la possibilité d'accéder à ses cours en cas d'absence sans être obligé d'attendre de retourner en cours ou d'avoir un camarade qui les apporte.
    Et que dire d'un cahier de texte électronique qui, loin de se substituer au cahier existant, permettrait aux parents de vérifier que les devoirs sont convenablement notés et les dates d'interrogations convenablement reportées ?
    Est-il si farfelu d'y voir une chance supplémentaire ?
    Encore une fois, les systèmes d'informations ne sont que des outils et ils ne feront rien sans quelqu'un pour les manier de même qu'un marteau requiert la main de celui qui le tient pour planter un clou.

    Il n'y a donc pas de solution miracle ni de virtualisation du professeur qui reste celui qui donne l'information, l'enseigne.
    Ceux qui professent la disparition de l'humain au profit de la machine se trompent, elle n'est qu'un vecteur qui doit permettre aux humains de mieux se comprendre même si par les temps qui courent elle sert (la machine) le plus souvent à asservir.
    Il ne tient qu'à nous que les choses changent et, pourquoi pas, faire en sorte que ça se passe à l'Ecole ?

  • Phy.
    Phy.     

    Pour ne pas laisser un si beau sujet aux mains des politiciens, refourguons l'info à Ségo afin de lancer un forum de démocratie participative !

  • flaubertin
    flaubertin     

    C'est à moi que vous répondez ? Je ne comprends pas le sens de votre réponse ...

    Quand je parle du café pédagogique, c'est là :

    http://www.cafepedagogique.net/

    http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2010/02/160210_LucChatelrecoitlerapportFourgous.aspx

    Je ne parle pas du rapport ni de votre article
    (Je vous aime 01 !!!) mais de l'interprétation faite par cette association !

    Vous ne la connaissez pas ... Allez y faire un tour pour constatez que la mauvaise foi ne les étouffe pas ... Un site construit par des lobbys (au sens péjoratif, pas le peuple) pour tromper les enseignants et les "éduquer" sur la propriété intellectuelle !

    Relisez aussi l'histoire de la guerre FRAMASOFT/ Café Pédagogique ... il y a vraiment de qui se marrer !

  • gevdget
    gevdget     

    L'école est avant tout un lieu d'apprentissage, pas de divertissement et la concurrence en la matière qu'offre (fait payer fort cher) la société, ne doit pas détourner du but premier qu'est de maitriser les bases.

    Bien entendu, on peut agrémenter l'apprentissage pour que cela intéresse, un peu plus, apprendre à utiliser l'informatique, l'internet et le traitement de texte...

    Mais dans certains domaines, la technologie complique les choses, pour exemple je vais tirer un parallèle avec les langues, faites un cour de math en Allemand, si l'élève a des difficultés avec cette langue, il ne comprendra rien et aura aussi par voie de conséquence des difficultés en math.

    Avec l'informatique c'est pareil, cela ne fait qu'ajouter un handicap en plus, surtout à ceux, dont les familles ne peuvent pas financièrement à domicile fournir le matériel.

    Parce que, quoi qu'on en dise, l'école peut apporter les bases de l'informatique, mais c'est seulement seul devant sa machine qu'un élève se l'appropriera.

    Alors faire des cours d'informatique, apprendre à utiliser les différentes possibilités de l'informatique, c'est très bien, mais ce n'est pas un traitement de texte, qui va fournir les mots et les phrases (A moins de plagier par internet) qui feront qu'un texte veuille dire quelque chose, c'est pas l'outil informatique qui fera qu'un élève comprenne mieux que 1+1=1 (logique booléenne), parce que la base n'est pas acquise.

    Et puis, au final, si l'informatique est LE remède, pourquoi ne pas faire un prof complétement virtuel ? pour apprendre à lire, écrire et compter, c'est technologiquement possible, mais est-ce efficace et souhaitable ?

  • Nacyl
    Nacyl     

    Ce rapport permet de mettre en lumière un constat édifiant, le retard de notre pays dans le domaine des technologies de l'information en particulier dans le domaine scolaire.
    Il ne s'agit pas de jeter aux orties les autres vecteurs d'apprentissage mais bel et bien de rentrer de plein pied dans le XXIe siècle en donnant aux enfants les bases nécessaires à leur vie future.
    Les ordinateurs, tableaux interactifs et l'internet, outre la richesse qu'ils permettent en tant qu'outils, permettent également de faire de l'acquisition de connaissance une activité ludique et interactive.
    Encore faut-il pour cela éviter quelques ornières comme le sous équipement chroniques en infrastructures télécoms et la non implication des parents et des équipes enseignantes avant la mise en place de ces projets.

    - Pour commencer, prévoir le câblage des salles de cours, c'est idiot mais c'est toujours plus simple de le prévoir avant qu'après la construction des établissements !
    Avoir un réseau informatique et téléphonique convenable permet aussi de mettre des choses en place au sein d'un établissement même en cas d'absence de connexion à Internet digne de ce nom !
    En effet, si on comprend par "haut débit" tout ce qui dépasse le V90 de nos braves modems analogiques, ce n'est pas gagné?

    - Avoir de véritables liens de communications pour alimenter les établissement scolaires.
    A l'heure des grands chantiers pour notre pays, il serait grand temps que la fibre optique soit déployée à travers le pays pour raccorder les équipement entre eux (ce qui permettra à bon nombre d'abonnés d'avoir un meilleur débit sans rien changer) ainsi que des sites prioritaires comme les établissements de santé et les centres d'éducation au lieu de faire du grand n'importe quoi en gaspillant des sommes élevées pour amener de la fibre à des gens qui n'en veulent pas nécessairement (le FTTH et le FTTB, c'est bien gentils mais ça ne donne pas du 20Mo au collège du coin...)
    C'est dans ces moments là qu'on déplore la disparition des services publics au profit d'établissement commerciaux dont la première motivation est de faire du chiffre?
    Au lieu de reverser des sommes considérables à des actionnaires toujours plus voraces, pourquoi ne pas répartir les richesses en mettant à niveau les zones les moins rentables ?
    On peut rêver mais il me semble me souvenir que notre devise contient les mots LIBERTE EGALITE FRATERNITE?

    - Organiser des consultations avec les équipes pédagogiques en amont de ces projets histoire de leur laisser le temps de s'adapter, d'apprendre et aussi qu'elles puissent donner des idées puisque ce sont elles qui seront en première ligne.
    Ca paraît évident mais ce n'est bien souvent pas ce qui est fait?

    - Associer les parents qui risquent de se retrouver largués par le décalage technologique mais qui risquent aussi d'avoir des idées intéressantes à mettre oeuvre. C'est typiquement le genre de sujet où on ne peut pas former une génération sans former en même temps la génération qui doit l'encadrer?

    Un projet qu'il ne faut donc pas laisser au politiciens et où tout le monde a son mot à dire pour faire de cette évolution une réussite dans notre pays.
    Il se pourrait bien que ces technologies puissent redonner le goût d'apprendre en même temps que le goût d'enseigner.

Lire la suite des opinions (24)

Votre réponse
Postez un commentaire