En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Un cheval de Troie «gouvernemental» pour Android et iOS repéré dans 42 pays

Mis à jour le
Un cheval de Troie «gouvernemental» pour Android et iOS repéré dans 42 pays
 

Kaspersky et Citizen Lab ont mis la main sur des malwares de Hacking Team, un éditeur italien qui fournit aux forces de l'ordre des outils d'espionnage. Ces derniers se révèlent particulièrement polyvalents et sophistiqués.

Newsletter Actualités

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • tartuf_ri
    tartuf_ri     

    L'article est intéressant mais il faut être plus réservé.
    Ainsi prendre comme exemple les dires de "Reporters sans Frontière" me laisse plus que dubitatif!!! Rappelez moi le nom de son Président et sa grande, trop grande proximité politique? donc l'avis est à prendre avec des pincettes.
    Deuxièmement soulignons le champion de cet espionnite aigüe ce grand pays démocratique et de liberté "les USA", j'ai déjà eu l'occasion d'écrire qu'il était nul besoin d'être violent et contraignant pour être une dictature il suffit d'avoir une convergence d'intérêts financier, religieux et politique et d'avoir des dirigeants qui ne craignent pas l'intelligence des individus. Seuls 10% ne sont pas influençables, reprenez les études? Les E-U sont un état ploutocratique et théocratique, avec de vrais responsables qui savent que pour diriger il suffit de contrôler 70 ou plus d'une population (certains appellent cela la démocratie, oui mais contrôlée. Les présupposés de V...comme Vendetta ne sont plus.
    Enfin troisièmement quand va-t-on organiser des dépôts de plaintes contre ces sociétés, je rappelle qu'une récente loi française interdit ces types d'opérations.

Votre réponse
Postez un commentaire