En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Un bouc émissaire trop facile

Un bouc émissaire trop facile
 

Les systèmes sont parfois instables ; les changements de process, perturbants. On ne peut cependant pas toujours se retrancher derrière la machine.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • erem_
    erem_     

    L'informatique a bon dos: si on met de côté le bug caractérisé, elle ne fait que mettre en oeuvre des choix d'organisation du travail. Ces choix sont le fait du management. Ils sont réalistes, ou illusoires, réducteurs ou imaginatifs, parfois, ils privilégient une certaine productivité au détriment de la qualité, parfois ils sacrifient la réalité à l'apparence.
    On pourrait continuer longtemps dans la même veine, en fait l'informatique est un excellent résumé de l'entreprise, de sa gestion des hommes et du changement.
    Tel chien, tel maître, dit le proverbe. Il y a des chiens sympa et de sales cabots, des chiens policiers, des chiens d'aveugles, et même des chiens abandonnés.

  • Patnelli Paul Auguste
    Patnelli Paul Auguste     

    Je suis d'accord avec votre point de vue. Mais je crois aussi que ces derrapages sont le fruit d'une mauvaise conduite de projet qui ne prend pas en compte les aspects organisationnels, l'accompagnement des utilisateurs au changement,la communication autour d'un projet aussi minime soit t il.
    Pour moi il faut revaloriser les metiers de l'organisation, et de communication au sein des projets informatiques.

  • RUAULT
    RUAULT     

    Bonjour,

    Je crois que les utilisateurs ont raison de se plaindre.
    La vie est pleine d'imprévus. Un système d'information ne peut supporter tous les imprévus. Il doit être structuré, en fonction de la tâche de l'utilisateur, et souple, puisque la tâche de l'utilisateur évolue.

    Le plus souvent, ce n'est pas l'utilisateur qui fait mal son job. C'est souvent l'informaticien qui veut imposer une façon de travailler rigide, sans comprendre le réel travail des utilisateurs.

    L'accompagnement du changement au niveau organisationnel et humain est négligé au seul profit de la solution technique. Quand celle-ci ne correspond pas au besoin des utilisateurs, loin de faciliter la tâche, elle ne fait que la perturber.
    Le changement ne s'impose pas (tout du moins dans les pays et les entreprises qui adoptent une politique démocratique).
    Pour avoir des chances de réussir, l'accompagnement du changement, au niveau organisationnel, doit être fait avec la collaboration des sociologues des organisations et des ergonomes.

    Quand on dépasse le niveau corporatiste, parfois poujadiste, de dire "il n'a rien compris au système performant que je lui ai conçu", pour concevoir un système qui correspnd au besoin réel, en impliquant les utilisateurs et en faisant appel à une équipe multidisciplinaire, il n'y a plus de plainte de part et d'autre, et l'amertume fait place au respect réciproque.

    Ce n'est pas du rêve. Il y a des projets qui sont des succès.

    Les résultats de l'enquête CHAOS du Standish Group montre que ce succès n'est pas généralisé. Les échecs le sont et sont particulièrement coûteux.

    La direction de l'entreprise et le DSI peuvent choisir entre la voie du coût et la voie du gain.


    Sincères salutations.

Votre réponse
Postez un commentaire