En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Wikipedia rejoint le blackout contre Sopa et la censure d'Internet

Mis à jour le
Wikipedia rejoint le blackout contre Sopa et la censure d'Internet
 

Après avoir réservé sa décision pendant quelques jours, la Fondation Wikimedia a décidé de fermer, demain, la version anglaise de son encyclopédie pour protester contre la loi SOPA.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

13 opinions
  • wima1990
    wima1990     

    MON AVIS SUR WIKIPEDIA est sans APEL.

    Comme les historiens et les spécialiste, Je déconseille vivement utilisation pour les raisons suivantes.

    1. C'est un outil de propagande.Allez C'est à pleurer de rire tant il y a de conneries.

    2. Les références utilisées par les Wiki apprentis historiens ou spécialistes sont très souvent IRRECEVABLES. Ils référencent avec n'importe quoi pour conforter leur avis personnel

    3. Les pages Wiki sont loin d'être surveillées d'où un vandalisme important. A tel point que lorsque un wikinaute écrit un article il y reste enchainé pour le surveiller.

    WIKIPEDIA est un danger public pour les élèves, les étudiants et les néophytes.

    Je demande sa FERMETURE DÉFINITIVE comme en Angleterre et son INTERDICTION dans les écoles.

  • wima1990
    wima1990     

    MON AVIS SUR WIKIPEDIA

    Je pense qu'il faut être TRES TRES prudent dans l'utilisation de WIKIPEDIA car tous les articles sont loin d'être surveillés.

    N'importe qui peut venir y écrire une contre vérité historique et je ne parle pas des vandales. Ils sont légion sur wiki. Comme la très large je suis pour sa fermeture définitive car elle fait croire aux étudiants que ce qui est écrit est vrai. C'est TRES DANGEREUX

    IL faut toujours VÉRIFIER ce qui est écrit car n'importe qui peut venir y écrire une grosse connerie.

    Je conseille les encyclopédies classiques.

  • xiaomanssj
    xiaomanssj     

    welcometo: http://www.netetrader.com
    The website wholesale for many kinds of fashion shoes, like the nike,jordan,prada,****, also including the jeans,shirts,bags,hat and the decorations. All the products are free shippin, and the the price is competitive, and also can accept the paypal payment.,after the payment, can ship within short time.
    free shippingcompetitive priceany size availableaccept the paypal
    ===== http://www.netetrader.com =====


    jordan shoes $32nike sho $32Christan Audigier bikini $23
    Ed Hardy Bikini $23Smful short_t-shirt_woman $15ed hardy short_tank_woman $16Sandal $32christian loubo utin $80
    Sunglass $15
    COACH_Necklace $27handbag $33AF tank woman
    $17puma slipper woman $30

    ===== http://www.netetrader.com =====

    ===== http://www.netetrader.com =====

    ===== http://www.netetrader.com =====

    ===== http://www.netetrader.com =====

  • gdgddfgde
    gdgddfgde     

    Est ce que le piratage est vraiment un problème économique ?

    Loin de moi l'idée de faire de longues tirades, je vais prendre un exemple concret.

    J'ai piraté la version 10 d'un logiciel, je ne connaissais pas l'éditeur, ne connaissais pas le logiciel, ne savais même pas s'il pouvait vraiment m'être utile dans mon PC.

    Après cela j'ai remarqué, que ce logiciel était vraiment au top, répondait à un besoin de ma part, alors qu'avant je n'étais même pas au courant qu'un tel type de logiciel existait.

    Du coup, comme j'avais la version 10, j'ai acheté la version 11, quand elle a été disponible.

    La version 11, m'a énormément déçue, parce que pas mal de fonctions de la version 10 n'y étaient plus et en plus la version 11 était buguée, même le système de protection anti-copie, me disait tous les 15 jours que j'avais une version d'évaluation alors que j'avais acheté le logiciel.

    Du coup, comme j'avais acheté la version 11, je contacte l'éditeur, lui signal, un bon nombre de bug's, de manquement et d'autres amélioration, qu'il serait bon qu'il rajoute à son programme.

    Effectivement les bug's et surtout le bug d'activation, qui faisait repasser le logiciel en version d'évaluation, à été reconnu par l'éditeur, qui au final les a corrigés.

    Pour me remercier, l'éditeur m'a offert une licence, d'un autre de ses logiciels.

    Résultat, grâce au piratage de sa version 10, j'ai acheté la version 11, alors qu'avant je ne savais même pas qu'une solution à mon besoin existait...

    Résultat, parce que j'ai piraté sa version 10, que j'ai acheté sa version 11, cela a permis à l'éditeur de corriger ses bug's et d'améliorer son produit. (D'ailleurs j'ai eu plus de problèmes d'activation avec la version achetée qu'avec la version pirate antérieure, un comble non ?).

    Résultat ?

    L'éditeur a décidé dans sa version 12, de renforcer le système d'activation, qui est maintenant déjà piraté, beaucoup plus pénible que celui de la version 11 pour le client qui achète.

    Conséquence...

    Je n'achèterai jamais sa version 12, d'autant plus qu'il semblerait que même pour l'évaluation du logiciel, un nouveau bug existe.

    Alors est ce que le piratage, pose vraiment problèmes ?

    J'en doute d'ailleurs, à mon avis, s'il n'y avait pas eu piratage, à l'époque des Amstrad, MO5, TO7 etc.., au début de l'ère des PC, alors qu'internet n'était que réservé à une toute petite minorité, il n'y aurait sans doute pas eu une démocratisation des ordinateurs dans les foyers, du coup pas d'internet à grande échelle, pas de FAI qui se font de l'argent, pas de gros fabricants de PC qui se font de l'argent, pas autant de sites qui se font de l'argent etc...

    Je pense franchement que le Piratage est le moteur essentiel de l'économie, parce que quoi qu'on en dise, malgré le Piratage, maintenant, il y a toujours le Cinéma, il y a des ventes de CD/DVD/BR, alors qu'avant faut-il le rappeler, presque personne n'achetait des BR/DVD/CD et encore avant des K7 VHS et encore avant des K7 audio, avant des disques vinyles...

    A chaque fois, ces industries ont fait de plus en plus d'argent et pourtant le piratage augmentait...

    CQFD !? On peut sérieusement se poser la question, si une offre légale sans aucun DRM, n'est pas préférable, même avec un piratage en augmentation, pour l'économie d'un Pays, plutôt qu'une pression telle, que la plus part des gens n'achèteront de toute façon pas ce qu'ils pirataient jusqu'à présent, s'il n'était plus possible de pirater.

    Du coup encore moins de ventes, de matériel, de PUB etc... parce que devenu sans utilité, puisque sans contenus accessibles pour ceux qui ont déjà du mal à se payer le matériel.

  • hfghfhfghfgs
    hfghfhfghfgs     

    Bonjour,

    Que va faire 01net le 18 janvier, bien que c'est les USA, le net est mondial, alors 01net participera ou pas à cette manifestation ?

    En ce qui me concerne, le 18 janvier, je reste hors connexion, ne vais, de ce fait, pas regarder la moindre PUB sur le Net, ce jour là.

    Si, c'est pas uniquement pour la SOPA, c'est aussi pour que notre Hadopi soit supprimée, du coup aucun revenu financier pour l'internet par la PUB et pour une fois je vous ferais grâce, en ne commentant pas les articles. ;-)

  • Carton jaune
    Carton jaune     

    Autant le citoyen a des droits, devoirs responsabilités, autant les états ont des droits, devoirs, responsabilités envers leurs citoyens.

  • Annonyme___
    Annonyme___     

    "S’en prendre aux centres de piratages au lieu des utilisateurs finaux"

    Cela a déjà été tenté en 1999 lors de l'affaire Napster avec les résultats que nous connaissons.

    « toujours des centres dans le piratage du fait du besoin de catalogues et tout le monde le sait. »

    Il semblerait que le référencement du contenu ait de plus en plus tendance à s’éparpiller, sans parler de l’hébergement de ce dernier.

    « Certes besoin d’une certaine coopération internationale mais même tous les FAI d’un pays ça ferait déjà beaucoup en terme de baisse terabytes piratés (pour ce pays). »
    « fétichisme technoïde “neutralité du net”. »

    http://www.laquadrature.net/fr/neutralite_du_Net

    «La neutralité du Net fait d'Internet un réseau multi-directionnel et décentralisé, dont la gestion exclut toute discrimination à l'égard de la source, de la destination ou du contenu de l'information transmise. C'est cette liberté de transmission d'un bout à l'autre de l'architecture communicationnelle qui met tous les utilisateurs d'Internet sur un pied d'égalité, leur permettant de recevoir et de distribuer l'information de leur choix, et ce quelles que soit leurs ressources. »

    « La neutralité du Net fait également d'Internet un espace d'innovation « sans permis », dans lequel n'importe quelle petite entreprise peut librement distribuer de nouveaux services sur Internet, même lorsque ces derniers entrent en compétition avec des acteurs économiques établis. »

    Si ce principe n’est plus respecté :
    - la liberté d’expression, d’information et d’accès à l’information, ne seront plus garanties, pas plus que le secret des correspondances ou l’authentification de ses interlocuteurs.
    - cela aura un impact désastreux sur la croissance économique et l’innovation, par exemple, les acteurs déjà installés pouvant se protéger des nouveaux arrivants en usant d’accord commerciaux avec les opérateurs pour que ceux-ci privilégie le transport de leurs contenus, ce qui a pour effet d’empêcher artificiellement les services concurrents d’être compétitifs, toute évolution deviendra alors impossible et l’économie numérique globale rentrera probablement en récession et déclinera jusqu’à effondrement comme ce fut le cas en France pour le Minitel.

    Il est à noter qu’Internet et le Minitel 2.0 ne dirigent pas du tout nos sociétés vers le même type d’avenir…

    « N’est-t-il vraiment pas temps d’arrêter de tout faire à l’envers et d’en finir avec le détournement des adjectif virtuel et immatériel ou sujet d’un nouveau media ? »

    Les biens numériques sont dits non-rivaux et non-exclusifs, contrairement aux biens physiques : lorsque l'on vole une montre, son ancien propriétaire ne peut plus s'en servir. De même que si une montre existe en 10 exemplaires, elle sera inévitablement plus chère que si elle existe en 10 millions d'exemplaires. De ces caractéristiques des biens matériels découle la rareté sur laquelle leur économie est fondée. Lorsque il y a vol, il y a nécessairement soustraction.

    À l'inverse, chacun peut profiter d'un bien non-rival et non-exclusif, à l'image d'une idée que l'ont peut partager avec 2 ou 20 personnes sans en perdre les bienfaits. Les usages se multiplient, voire s'enrichissent mutuellement. C'est une économie basée sur l'abondance. La valeur se trouve ailleurs (dans la captation de l'attention et le service notamment). La propagation de biens immatériels est une multiplication.

    « Et sans oublier que le concept de droits d’auteur a aussi été mis en place à la révolution française avec l’abolition des privilèges : »

    Rappelons-nous de ce qu’était le droit d’auteur dans son principe fondamental à travers les propos de Isaac Le Chapelier et de Victor Hugo :

    « La plus sacrée, la plus légitime, la plus inattaquable et, si je puis parler ainsi, la plus personnelle de toutes les propriétés, est l’ouvrage du fruit de la pensée d’un écrivain ; c’est une propriété d’un genre tout différent des autres propriétés. Lorsqu’un auteur fait imprimer un ouvrage ou représenter une pièce, il les livre au public, qui s’en empare quand ils sont bons, qui les lit, qui les apprend, qui les répète, qui s’en pénètre et qui en fait sa propriété. »
    Le Chapelier souligne que le droit de l'auteur de disposer de son ouvrage doit être vu comme une ""exception" [car] un ouvrage publié est de sa nature une propriété publique".

    « Le livre, comme livre, appartient à l'auteur, mais comme pensée, il appartient -le mot n'est pas trop vaste- au genre humain. Toutes les intelligences y ont droit. Si l'un des deux droits, le droit de l'écrivain et le droit de l'esprit humain, devait être sacrifié, ce serait, certes, le droit de l'écrivain, car l'intérêt public est notre préoccupation unique, et tous, je le déclare, doivent

  • Pu1sk1ll3f4ut
    Pu1sk1ll3f4ut     

    Faut que Google et Yahoo menacent également de fermer leurs portes en même temps que les FAI... en espérant qu'ils n'aient pas à aller jusqu'au bout ^^.

  • yt391
    yt391     

    Que Google ou facebook soient anti SOPA n'est pas très étonnant, le dumping actuel du contenu du au piratage les favorisent (avec Amazon, appl) dans l'établissement de quelques "géants verticaux" autour du contenu légal, et avec en toile de fond la bataille rangée actuelle autour de l'"identité" sur le net.


    Mais pourquoi ne pas sortir un peu de l'hypocrisie, et surtout rappeler qu'il y aurait plusieurs manières de faire les choses, typiquement :
    - S'en prendre aux centres de piratages au lieu des utilisateurs finaux (ce qui ne l'oublions pas ne nécessiterait en aucune manière le monitoring des flux et IPs utilisateurs) et ce qui quoi qu'on en dise fonctionnerait très bien en termes techniques dans la baisse du nombre de terabytes piratés, toujours des centres dans le piratage du fait du besoin de catalogues et tout le monde le sait.
    - Cela voudrait dire aussi 4, 5 ou 6 ordres de grandeurs en moins en nombre de procédures, permettant donc qu'elles soient vraiment légales et publiques et non simples opérations de police à la hadopi.

    Un peu plus développé ci dessous :
    http://iiscn.wordpress.com/2011/05/15/piratage-hadopi-etc/

    Certes besoin d'une certaine coopération internationale mais même tous les FAI d'un pays ça ferait déjà beaucoup en terme de baisse terabytes piratés (pour ce pays).

    De fait le problème est ailleurs, on n'ose pas le faire, pourquoi ?
    Bêtise du viol du terme virtuel depuis les nineties sans doute pour pas mal?
    Et fétichisme technoïde "neutralité du net".

    Honte de l'état des services légaux ?

    Simple ignorance ?

    Ou alors même, excuse pour mettre en place l'approche monitoring à tout va ?

    Ou absence de vrai environnement atawad d'achat à l'acte non monopolistique offrant une vraie plus-value à acheter par rapport à pirater ? :
    http://iiscn.wordpress.com/2011/05/15/concepts-economie-numerique-draft/

    Si on ajoute le fait de prôner le non anonymat sur le net (M Zuckerberg, E Schmidt) il est clair qu'alors que cela pourrait être différent, on prend vraiment la direction la plus Orwellienne possible (même si en mode déguisé en "ultra cool", ce qui n'est en rien une contradiction d'ailleurs?)
    http://iiscn.wordpress.com/2011/06/29/idenum-une-mauvaise-idee/

    N'est-t-il vraiment pas temps d'arrêter de tout faire à l'envers et d'en finir avec le détournement des adjectif virtuel et immatériel ou sujet d'un nouveau media ?
    http://iiscn.wordpress.com/2011/07/06/trafiquotages-pseudo-modernes-customer-retention-et-toute-cette-crasse/

    Et sans oublier que le concept de droits d'auteur a aussi été mis en place à la révolution française avec l'abolition des privilèges :
    http://iiscn.wordpress.com/2011/06/07/diderot-lettre-sur-le-commerce-des-livres/

    Ni que toute redistribution équitable dans l'environnement "longue traine" actuel pour la licence globale serait strictement impossible à mettre en place :
    http://iiscn.wordpress.com/2011/07/03/licence-globale/
    (dire le contraire étant tout simplement de l'ignorance ou du mensonge)

    Et puis pourquoi voir l'état quoi qu'on en dise assez "merdique" du contenu sur le web (quelques exceptions, wikipedia, et vrai gratuit très bien etc) comme une fatalité ?
    Personne ne voit ce que cela pourrait être si on sortait un peu du dogme régressif "tout gratuit tout pub" ? Il faut pouvoir acheter des sites(droit d'accès à) en un clic c'est tout

    Mais bon, qui connait encore le dictionnaire aujourd'hui ?

    virtuel = s'envoyer des suites de caractères (comme si les échanges épistolaires ou transmissions télégraphiques dataient d'hier)

    censure = ne pas avoir le droit de diffuser des oeuvres existantes (comme si la problématique était nouvelle)


    partage = faire des copies d'oeuvres existantes (comme si transmettre la référence, titre ou lien d'une oeuvre ne suffisait pas pour cela)

  • Personne2012
    Personne2012     

    Le mouvement Blackout J18 pour contrer la loi SOPA sera aussi remarqué dans l'hexagone et partout dans le monde... la mayo est en train de prendre ! Toute personne qui est pour la liberté d'expression et pour la liberté de nos droits en général peut contribuer à cette action de très grande envergure. Il suffit de déconnecter vos Network le 18.01 durant 12 heures et y placer à la place un message Anti SOPA comme vous en trouverez plein sur la toile. Pour un activisme pacifique !

Lire la suite des opinions (13)

Votre réponse
Postez un commentaire