En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

SMSI : la Société de l'information dans l'impasse

Dialogue de sourd entre Nord et Sud sur le financement des nouvelles technologies et la liberté d'expression sur Internet. Le premier Sommet mondial de la société de l'information (SMSI) présente tous les symptômes d'un rendez-vous manqué.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

5 opinions
  • Ben_
    Ben_     

    En résumé c'est ce qu'a dit, hélas, le president Chirac lors de sa visite en Tunisie.Il est révoltant de penser ainsi et si, tel était le cas, on ne pourrait jamais assiter à l'avènement des NTIC dans les pays du tiers et quart monde. Ce monde ne serait d'ailleurs que plus marginalisé.
    Et, au contraire, l'accès à la connaissance ne peut que contribuer à résoudre le fléau de la faim dans le monde, ne serait ce qu'en sensibilisant et en mobilisant la communauté internationale...

  • Toh
    Toh     

    Favoriser l'accès des pays du Sud aux TIC n'est pas incompatible avec l'aide au développement sur d'autres plans (politique, économique, etc.).
    Régler les problèmes de faim et de maladies peut évidemment sembler prioritaire, mais le règlement de ces problèmes majeurs passe, dans bon nombre de pays, par un règlement préalable de questions politiques (mise en place de régimes démocratiques qui ont plus de chances de permettre un accès équitable aux ressources...).
    Or, l'accès à l'information (particulièrement numérique - donc mondiale), en permettant une plus grande liberté d'expression (et plus généralement de communication), est un moteur important pour l'évolution démocratique. Si les régimes habituellement décrits comme "peu démocratiques" limitent de façon autoritaire l'accès à Internet, c'est bien plus pour garantir leur pouvoir local que par idéologie (anti-américaine, etc.)...
    Et même dans les pays politiquements plus stables, l'accès aux TIC est un moyen de retrouver une place privilégiée sur le plan international : permettre aux enseignants/chercheurs de publier leurs travaux et d'accéder à ceux des autres, favoriser les échanges culturels et donc l'ouverture d'esprit...
    Mais il est clair que ce développement du numérique dans le Sud doit s'accompagner (pour peu que l'on souhaite s'approcher d'un meilleur équilibre mondial) de quantités d'autres décisions de fond qui toucheront aussi bien les pays du Sud (annulation de la dette, commerce équitable, tourisme éthique...) que ceux du Nord (décroissance soutenable...).

  • tomtom_
    tomtom_     

    L'accès à l'information numérique est elle une nécéssité aujourd'hui pour les pays les plus pauvres ?!? N'avons nous pas autre chose à faire pour les aider ?!? Des millions de personnes meurs de faim encore aujourd'hui, ce n'est pas l'accès à la connaissance qui va résoudre ce fléau !! Vous croyez que les personnes dans le besoin des pays les plus retranchés pourront commander leur nourriture "on line" grace au net ?!? Je necrois pas...car ceci ne profitera qu'aux "grosses gueules" des pays du tiers monde...

  • richard kalonji
    richard kalonji     

    je pense que c est plus un probleme des dirigeants qu autre chose.
    ne perdont pas non plus de vue que les politiques sont passés maitres en manipulation de l information

  • liberte_
    liberte_     

    la liberte de l'information et l'acce a la connaissance n'est pas pour demain

Votre réponse
Postez un commentaire