En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

SCO veut fusionner OpenServer et UnixWare

Le propriétaire d'Unix recentre ses efforts sur le développement de ses systèmes d'exploitation, en attendant les verdicts de ses procès contre Novell et IBM.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

10 opinions
  • Sletch
    Sletch     

    Et j'ai vu et/ou utilisé les OS suivant (désolé pour le côté frime de l'énumération) :
    - MINI : DEC VMS,IBM PPS 36/38, AS/400, VM/MVS, OS/390, OS/2, (... et même OS/1 !)
    - MICRO : Novell 3.x/4.x, BANYAN Vines, Ms Dos, Win 3.1x, 9x, NT4 Wks/Srv/TSE, Win2000 Pro/Srv/Adv, WinXP, Win2003Pro/Srv/Adv...
    - UNIX : Linux RedHad/Corel, DEC Ultrix, IBM AIX, HP-UX, DG-UX... et, et, et, SUN SOLARIS !!

    Où est-ce que j'ai vu/utilisé tout cela ? Lors de presta faite chez des clients sur la France, les Pays-bas, le Royaume-Uni, l'Allemagne et l'Italie.

    Encore une fois, désolé pour le côte "m'as-tu vu" de ma réponse.

    Bonne journée.

  • Traroth
    Traroth     

    ...je n'ai jamais vu une boite qui tournait avec du SCO...
    J'ai vu plein de version d'Unix (HP-UX, NCR Unix, Solaris, Tru 64 Unix..., Linux), plein de version de Windows, OS/400, OS/390, mais jamais de SCO.
    Et toi ?

  • Slectch
    Slectch     

    Visiblement pas dans une boîte qui utilise des produits SCO au quotidien car sinon tu aurais un discours un peu moins naif sur le sujet.

    A te lire on dirait que SCO est un obscur éditeur de seconde zone connu par quelques "élus" uniquement. Un petit conseil, appelle 100 000 sociétés du monde l'industrie et demande leur :
    - si elles connaîssentles softs SCO
    - si elles en utilisent
    - sur quel OS tournent leurs applicatifs métiers [ tu sais ceux qui leur permettent de gagner de l'argent ;-) ]
    - si elles ont prévue de migrer ces applis vers Linux

    ... après on en reparle.

    CIAO

  • JML_
    JML_     

    Attention Monsieur Jean-Baptiste SU... Quand vous faîtes l'amalgame en qualifiant SCO de propriétaire d'Unix... Unix est la propriété de l'X/Open Group.
    SCO n'est qu'un médiateur d'affaire pour proposer des licences d'exploitation des sources Unix et reverse 95% de ses entrées d'argent à Novell.
    SCO se veut le détenteur des droits d'Unix Sys V sur architecture X86 suite aux transactions dans le passé entre SCO et Novell. Mais SCO semble extrapolé les termes réel du contrat pour que cela soit interprété ainsi. Les tribunaux devront tranchés... affaire à suivre.
    SCO joue sur un terrain de la communication, de la justice, pour gérer un écran de fumée qui doit dans un premier temps maintenir les actionnaires en place pour leur donner le sentiment qu'il ya encore beaucoup d'argent à se faire. Pour perturber l'avancée écrasante de Linux, véritable alternative directe à l'offre de SCO.
    Je ne pense pas que SCO s'en sorte, mais quand on est dans les sables mouvants, plus on s'agite...
    Et puis depuis le temps qu'ils promettent la fusion d'Unixware et OpenServer, le monde informatique court loin devant.

  • blaz_
    blaz_     

    500 personnes ! leur "SCO forum" à las vegas, censé être un grand show comme IBM sait le faire par exemple, n'a ramené que 500 personnes !
    En faisant uen petite estimation ça fait : 50 consultants en goguette, 100 développeurs nostalgiques, 10 journalistes, et 340 clients.
    Et ben avec ça, SCO ils sont pas prêts de revenir aux bénéfices.
    Pour rappel : SCO flirte avec le rouge depuis quelques trimestres, encore un an ou deux à ce rythme et ça sera terminé de SCO.
    IBM et la communauté linux n'a plus qu'à faire durer le procès et il faut dire que SCO les aident en ce sens, vu qu'ils n'ont toujours pas fourni le début d'une preuve des accusations qu'ils émettent.

    SCO, des idées, des avocats, et une chargée de com.
    On dirait une startup.

  • jpp_
    jpp_     

    Faillite, pas forcément. Ca peut être la banqueroute, avec prison ferme a la clé pour certains ?

    Enfin, qui se souviendra de SCO dans 10 ans?

  • jef_
    jef_     

    qui veux encore croire à une boite comme ca, qui raconte n'importe quoi? Moi j'attend juste le bout de papier ou l'article qui dira qu'il ont fait faillite et qu'ils ont coulé.
    Voilà ce qui arrive quand on est pas crédible...
    m'enfin bon, ils n'ont pas encore perdu, avec les americains on peut tjrs s'attendre à toutes les conneries possible et inimaginable.

  • jpp_
    jpp_     

    Mais qui s'intéresse encore à cette boite ? Quel interêt d'utiliser leur Unix vieillissant alors que Linux est là ?

  • filou__
    filou__     

    Aprés avoir fondé un cabinet d'avocat, SCO se recentre sur son activité historique....l'informatique.

  • jean-marc_
    jean-marc_     

    Il y a un site qui recense les brevets logiciels qui ont été validé par l'OEB alors qu'aucun texte ne prévoyait que ce soit possible, il y a des cas éloquents. Je m'avance peut-être un peu, mais je crois en particulier que l'infame brevet d'Amazon sur le "one-click buy" fait partie de la liste de ceux dont ils ont acceptés d'étendre les droits américains sur l'europe.

    Je viens de retomber dessus :
    http://swpat.ffii.org/news/04/amaz0125/index.en.html

    Il faut bien comprendre toute l'ironie du truc.
    Les défenseurs de la brevetabilité expliquaient devant la commission
    européenne qu'il fallait arrêter de diaboliser leurs propositions, et
    qu'elles ne rendraient pas un truc comme le "One Click Patent"
    brevetable en Europe.
    Dans la réalité des faits, l'OEB a pris l'initiative d'accepter *ce*
    brevet avant même que leurs propositions ne soient retenues.

    Ironique n'est-ce pas ?

Votre réponse
Postez un commentaire