En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Salon du livre: pourquoi les livres numériques restent-ils si chers ?

Mis à jour le
Salon du livre: pourquoi les livres numériques restent-ils si chers ?
 

Bien que sans frais d'impression, ni achat de papier, le livre numérique n'est que 20 à 30% moins cher. Un choix visant à ne pas déstabiliser la filière.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • Phil38110
    Phil38110     

    Le protectionnisme des éditeurs a du bon aussi : gros lecteur éclectique mais près de ses sous, j'ai cherché ailleurs... J'ai installé le logiciel Calibre sur mon PC et grâce à lui j'ai trouvé de bonnes sources de livres classiques ou inédits gratuits ou pas chers.
    Exemple de très bonne lecture gratuite ? "L'armurier de Boudry" de Oscar Huguenin, édité par une association, voir http://www.ebooks-bnr.com/ . Heureuse découverte !
    A noter aussi : j'ai acheté 2 Kindle (1 liseuse e-ink et 1 tablette qui me sert aussi à lire mes documents pdf professionnels) et j'achète donc des lives Amazon. Parfois, ils ont des promos de livres (certains sont en livres de poches) vendus à 2, 3 ou 4 euros.
    L'obscurantisme des éditeurs est finalement très profitable à ma culture ... et à mon portefeuille. Qu'ils continuent sans dévier de leur route. Ils finiront comme Kodak.

  • Michel Merlin
    Michel Merlin     

    En prison ces pirates Kim Gutenberg.com qui bradent les livres pour 3000 EUR !
    ~---~---~---~---~---~---~---~---~---~---~---~---~---~---~---~---~---~---~---~-
    Créons une HADOPI (Haute Autorité de Défense contre les Ouvrages sur Papier Imprimé) pour empêcher, interdire et punir toute action risquant de faire baisser les ventes de copies manuscrites de livres, et de faire ainsi une concurrence déloyale aux moines copistes ! À bas la révolution ! À bas la rébellion ! À bas le PROGRÈS !

    C'est ce qu'auraient clamé les moines copistes de 1450 s'ils avaient été aussi obscurantistes, monopoleurs et anti-peuple que les "éditeurs" de 2013 ; ils auraient ainsi bloqué à 2% la part de l'imprimé, et nous n'aurions pas eu la Renaissance.

    Comment peuvent se regarder dans la glace les profiteurs établis de 2013 qui osent vendre les livres électroniques au prix du papier (à 50% près) et s'étonner ensuite que « La part du numérique dans les ventes... se situe aux alentours de 2% » !

    Versailles, Tue 26 Mar 2013 18:50:00 +0100

  • Ratibois
    Ratibois     

    Si on lit entre les lignes on comprend que les éditeurs veulent à la fois vendre des livres de poche, lancer le marché du livre numérique (sans en accepter les coûts de lancement).
    Bien évidemment, ils ne se préoccupent pas de leurs lecteurs qui, eux, prennent le risque d'investir 150? dans un e-book avec comme seule perspective de préserver leurs marges.
    Le beurre, l'argent du beurre...
    D'ici quelques années ils viendront nous pondre un HADOPI bis pour lutter contre le piratage qu'ils mettent en place avec cette politique issue d'une absence patente de vision numérique.

  • Kitzbuehl
    Kitzbuehl     

    Brochée sur Amazon : 35?
    Google Play : la trilogie au même prix

Votre réponse
Postez un commentaire