En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Richard Stallman (FSF) : ' Aux Etats-Unis, les brevets logiciels n'ont pas profité à la recherche '

Richard Stallman (FSF) :
			' Aux Etats-Unis, les brevets logiciels n'ont pas profité à la recherche '
 

Le président de la Free Software Foundation réitère avec emphase son attachement au logiciel libre, et sa farouche opposition aux brevets logiciels.

Inscrivez-vous à la Newsletter Actualités

Newsletter Actualités

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

10 opinions
  • sasa_
    sasa_     

    -> OTTO du devrais etre un peu plus clair. Tu ne veux pas faire un choix, ou tu fais de la manipulation (en ne voulant ni vexer les uns ni les autres, comme ça tout le monde se reconnaitra), à mon gout. S'exprimer n'est pas significatif d'acccord ou de mesacord.
    Ce debat doit etre constructif: Alors evitons la langue de bois, svp.
    Cordialement, Developpeur logiciel

  • Bernard Hugueney
    Bernard Hugueney     

    1) la description des brevets logiciels ne sert à rien: elle est intentionnellement complexifiée pour ne pas être rejettée pour "évidence". Alors que classiquement cette publication sert la sociétée (par rapport au secret de fabrication)
    2) Les logiciels doivent pouvoir communiquer entre eux: si une brique essentielle est brevetée, impossible de déloger un acteur dominant (ex Microsoft dépose un brevet sur les formats de Word, aucun concurrent ne pourra jamais les déloger)
    3) Les brevets n'apporteraient pas d'argent au secteur des éditeurs innovant: l'argent reçu par les uns est payé par les autres (moins les frais d'avocats et de dépot).
    Si vous voulez bien citer les "arguments tout à fait raisonnables", je suis prêt à les démonter.
    De toutes façon, je recommande http://swpat.ffii.org

  • OTTO_
    OTTO_     

    Attention, je ne milite pas personnelelement pour ou contre le brevet du logiciel. J'aurais même plutôt de la sympathie pour la non brevetabilité.
    Au cour de discussions à baton rompu, j'ai croisé un ingénieur informaticien bossant dans un groupe de télécom qui plaidait pour le brevet logiciel avec des arguments tout à fait raisonnables.
    Pour le grand public - comme moi - le débat n'est pas encore très clair derrière les arguments langue de bois des politiques (soumis aux lobbys !) ou ceux des surexcités du logiciel libre. Qu'y a-t-il de si mal à breveter les logiciels et qu'y a-t-il de si bien à ne pas les breveter ?
    Quels honorables correspondants pourraient prendre la peine de dépuceler les pôvres ignorants que nous sommes ?

  • xav_
    xav_     

    Je suis aussi informaticien, dans une société qui n'est pas dans le libre, mais dans du logiciel propriétaire (logiciel assez sensible et haut niveau), et nous sommes tous résolument contre l'idée même de brevets logiciels, qui permettraient à des concurrents américains moins performants de nous barrer a route.

    Les brevets sur les logiciels ne profitent qu'aux sociétés qui peuvent se permettre de compenser le mande de performances et d'innovation avec de l'argent. C'est exactement la conservation d'un monopole dont on parle.

    Les brevets logiciels ne sont pas seulement contre les logiciels libres, ils sont simplement antilibéraux.

  • romain_
    romain_     

    "Par contre et à l'inverse, il y a des informaticiens qui militent pour le brevet logiciel et qui présentent de solides arguments."

    Où sont-ils ? Qu'ont-ils dit ?

    Je suis ingénieur, développeur, et dans toutes mes discussions avec des collègues et amis, je n'ai _JAMAIS_ vu un informaticien, un ingénieur étant concerné par le développement informatique, défendant le concept du brevet logiciel.
    Pas vu cela dans la presse non plus.

    Alors où sont-ils ? Et quels sont leurs arguments solides ? Parce que ceux des juristes ne tiennent pas face à une analyse calme (sauf concernant la nécessité de légiférer). Cf. http://brevets-logiciels.info/

  • OTTO_
    OTTO_     

    Les juristes ne sont pas tous des nuls qui n'ont rien compris à rien et qui ne voient pas le génie des informaticiens. Un peu de bonne de foi dans le débat, cela serait pas mal pour faire avancer les idées. Il semblerait d'ailleurs que le brevet logiciel ne soit pas encore pour demain, tous les politiques ne sont pas pour. Et tous les juristes non plus.
    Par contre et à l'inverse, il y a des informaticiens qui militent pour le brevet logiciel et qui présentent de solides arguments.
    Un peu clarté, moins de procès d'intention à l'égard de telle ou telle profession, quelques argments feraint sans doute plus avancer le débat.
    Merci aux "informaticiens experts" qui s'expriment ici de bien vouloir éclairer un petit peu mieux nos lanternes.

  • labourse.pasnet
    labourse.pasnet     

    brevetons la connerie !
    le premier qui en dit une paiera une license d'exploitation .
    :-)

  • cricri_
    cricri_     

    Il faut que les politiques aient le courage de s'entourer de compétences dans les domaines sur lesquel ils légifèrent.
    Il ne peuvent plus et ne doivent plus prendre de décisions à la légère , en suivant aveuglément des pseudo experts car on va vite arriver à des catastrophes !
    C'est vrai dans tous les domaines.
    Messieurs les Politiques : plonger vous dans le sujet avant de choisir : essayer de comprendre.
    Les Logiciels , les organes humains , les idées, les méthodes , les enfants , les femmes , les hommes .
    Toutes ces entités ont une valeur . Certaines une valeur financière . Est ce qu'il faut leur appliquer pour autant les règles du commerce ou de l'industrie ?
    Pourquoi les logiciels et pas les autres "marchandises" ?
    Qu'est ce qui vous fait croire qu'un logiciel est réellement différent d'un poème, d'une idée, d'une méthode : parce que vous ne savez pas ce qu'il y a dedans ? Comment differencier vous un poème japonais
    d'un concepte logiciel rédigé dans ce même langage ?
    Pourquoi vous adressez vous à des juristes et pas des (vrais) informaticiens pour essayer de comprendre ?
    Aprenez un langage (informatique) et traduisez votre pensée dans ce langage au travers (certe d'une machine) mais vous verrez qu'il s'agit simplement d'un langage qu'il faut apprendre et maitriser mais
    pas d'une invention !
    Les juristes et autres responsables en propriété intelectuelles ne voient que leurs propres intérêts
    et si vous leur proposez de "brevetisez" les mots de la langues française : pouquoi pas du moment que cela
    leur rapporte !!

  • kriss_
    kriss_     

    Tout à fait d'accord.

    Le vote du parlement européen nous montrera si nos politiques ont un peu de simple logique et d'humanité.

    J'ai malheureusement un doute.

    Le vote est-il anonyme au Parlement Européen ? Si ce n'est pas le cas il serait intéressant de publier les listes des partisans et opposants avaec leurs noms et partis. Cela serait très éclairant lorsqu'il sera à nouveau l'heure de voter.

  • jrl_
    jrl_     

    Il s'agit bien de liberté, et même si je ne suis pas d'accord sur toutes les positions de Richard Stallman, il a toute mon approbation sur les termes de cet article.

    Comment appuyer cette position de manière a été tout simplement entendu par les intéressés.

    Je pense sincèrement que la simple logique, et un peu d'humanité ne peuvent pas opposer d'arguments valables à cette façon de faire.

Votre réponse
Postez un commentaire