En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Réseaux sociaux : de l'addiction à l'addition, identité perdue (4/5)

Mis à jour le
Réseaux sociaux : de l'addiction à l'addition, identité perdue (4/5)
 

Logué, surveillé, écouté, les réseaux sociaux font un peu de tout ça, mais clament vouloir respecter votre liberté, tout en induisant une nouvelle tendance qui pointe vers une identité unique.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

5 opinions
  • pschitt
    pschitt     

    M'enfin vois pas où est le problème !
    Les internautes sont comme les Dalton, qui tellement avides n'avaient pas hésité à se rendre eux même pour pouvoir toucher la prime!
    Dès le début j'avais déjà ressenti ce problème. Il y déjà quelques années, après quelques jours j'ai quitté tous ces réseaux pour ne plus y remettre les pieds.
    Pour les accros, il y a d'autres réseaux sociaux que je sache. On nous parlait de Joindiaspora: l'anti fessebouc qui était organisé pour que vous restiez maitre de vos data, où en est-il ?
    Il suffit que 10% des internautes quittent ces réseaux pour que leurs cours s'effondrent.
    Je peux vous affirmer par expérience qu'il y a une autre vie en dehors des réseaux sociaux. C'est comme arrêter de fumer, il faut le faire pour redécouvrir que l'air pur pouvait exister !

  • khui54654644456
    khui54654644456     

    Peter Thiel est membre du comité de direction du groupe Bilderberg.

    Groupe Bilderberg et la preuve de son existance:

    http://www.youtube.com/watch?v=sm3FZJ94t1M&list=UU9I6lGrSIP0HacwHkgo2IWg&index=5&feature=plcp

    Voici ce qui se prépare aux usa:

    http://www.youtube.com/watch?v=PwN36UTzqxQ

    J'aimerai que 01net en parle dans le feuilleton "réseaux sociaux 5/5"

  • journal du clic
    journal du clic     

    KAA DANS LE LIVRE DE LA JUNGLE … ou Larry et Sergey dans le monde de Google
    Quel rapport me direz-vous ? l’un rampe dans son jardin luxuriant tandis que les autres ont décollé dans les sphères de l’universel. Certes, le rapprochement n’était pas évident jusqu’au moment où je suis tombée sur une petite phrase d’Adam Smith, vivant dans le même monde que nos 2 acolytes :“Faites-nous confiance”.
    La sémantique est identique ainsi que le mode impératif. Et le problème, c’est que Kaa n’est pas vraiment sympathique. Alors, avant de dire oui, je suis allée voir qui me demandait de lui faire confiance.
    Ne sortons pas la phrase de son contexte, cela peut orienter notre opinion et lisons la suite : “Nous savons ce que nous faisons. (çà c’est rassurant). Si vous vous y opposez, c’est que vous n’avez rien compris.” (çà, ça l’est moins) Avoir le choix entre être d’accord ou être idiote me ramène au principe de la pensée unique, et me rappelle que plus d’un s’est retrouvé en camp de redressement pour ce type de raison. Je découvre que l’ancien PDG d’Ask Jeeves les connaît : « J’ai travaillé avec eux et je peux vous dire qu’ils sont sincèrement convaincus d’avoir raison et d’avoir transformé le monde. Ils affichent un mépris non déguisé pour les opinions contraires aux leurs. Mais s’ils ont une technologie extrêmement sophistiquée, leur vision du monde est très étroite. Ils sont un pur produit du système éducatif américain. Très pointus dans un domaine et ignorants pour le reste. »
    C’est ainsi que, quand on parle à Adam Smith de la procédure judiciaire à l’encontre de Google par l’association « The Authors Guild », il répond : « Les auteurs ne comprennent pas ce qui est bon pour eux ». Encore une bande d’imbéciles, décidément !
    Il est vrai que Google sait ce qui est bon pour lui. Selon Gary Rivlin, journaliste au New York Times : “Tout ce que touchent Larry et Sergey devient de l’or. Et ils n’ont jamais connu d’échecs en suivant leur instinct. Leurs intentions ne sont pas fondamentalement mauvaises, mais ils pensent sincèrement que, s’ils sont écoutés et compris, le monde deviendra meilleur. C’est très inquiétant.“
    Cette mégalomanie a donné lieu à une plaisanterie dans la Silicon Valley qui raconte que le but de Google est de vous faire conduire votre Google vers Google, en vous faisant passer par Google et ainsi de suite.
    Mon pressentiment sur le côté mono-pensée se confirme avec les propos d’un entrepreneur de la Silicon Valley qui préfère garder l’anonymat« J’ai récemment rencontré des gens de Google pour leur soumettre une idée. J’en suis sorti avec l’impression que j’avais visité un Etat totalitaire. C’est comme si tous les employés étaient tellement contents de travailler pour Google qu’ils sont devenus débiles. Personne ne veut faire de gaffe. »
    Cela me fait penser à une histoire qui se passe en URSS, au moment du communiste dur : une guide touristique disait fièrement que tous les russes étaient heureux et en accord avec les décisions du gouvernement. Ma mère lui a répondu en s’étonnant : “Vous avez beaucoup de chance parce que je n’arrive pas à obtenir de consensus rien que chez moi où nous sommes 6 !
    Si Gary Rivlin est si inquiet, c’est qu’il connaît leur vision du monde : un regard autocentré sur la mission (altruiste selon eux) qu’ils ont à accomplir et qui exclut l’appréhension de ce qui se passe autour d’eux. Ils réinventent un monde qu’ils n’observent pas. Dit autrement, ils créent un monde virtuel, qui a des conséquences sur un monde réel qu’ils ignorent. Mais tout le monde ne vit pas dans le village Google, ultramoderne, immaculé, avec sa piscine à vague, ses cabinets médicaux, ses complexes sportifs, et autres toilettes japonaises à jets d’eau tiède chatouilleurs… En effet, nous avons confirmation que nous ne vivons pas dans le même monde. Même Kaa n’en demandait pas tant, il voulait juste se restaurer.
    Là où mon impression de sectarisme se confirme, c’est sans aucun doute en découvrant le slogan affiché dans ce Googleplex : “Ne faisons pas le mal”, (Don’t be Evil”) slogan repris dans le document d’introduction en bourse.
    Que se passe t-il lorsque Larry et Sergey, qualifiés régulièrement d’arrogants, idéalistes et naïfs, se retrouvent confrontés au monde réel ? Cette bannière reste t-elle brandie devant eux ?
    L’exemple de ce qui s’est passé avec la Chine montre que la bannière ne tient que sur les murs de Google Land. Tel le phénix, Google news banni par le gouvernement chinois, renaît quelques semaines plus tard, après une stricte révision et une non moins stricte épuration de son contenu. Cette fois, le chef du contenu du site n’habite plus Mountain View. Ceci me rassurerait presque de ne pas les savoir tout puissants, si toutef

  • turlututut06
    turlututut06     

    C'est évident que les réseaux sociaux ne sont mus que par l'esprit communautaire de partage et que derrière il n'y a pas des requins avides de s'en foutre plein les poches.
    Le but des reseaux sociaux est de monétiser un maximum les profils des gens, donc plus ils en sauront sur les gens et mieux ce sera. AU pire si ils n'ton pas la réel identité de la personne, ils connatront ces habitudes et contribuera a affiner les tendances et statistiques des échantillons de la base de données client

  • gfsdgdfsg
    gfsdgdfsg     

    Dans ma boule de cristal je prévois, sans le moindre algorithme, sans le moindre logiciel;

    Que les USA seront les seuls terroristes à maintenir en vie la "nébuleuse" Al-Qaida, déjà maintenant de plus en plus de dit terroristes sont des agents de la CIA, de plus en plus d'apprentis qui veulent faire des choses terroristes aux USA, sont en fait des pauvres bougres, qui grâce à l'aide des agents de la CIA et du FBI, obtiennent l'accès à des explosifs, des plans, parce qu'ils ont eu l'"idée" folle de s'attaquer au gouvernement, qui lui permet la traduction réelle d'une idée en actes concrets.

    D'un autre surtout en temps de crise, il faut un ennemi au capitalisme, parce que celui-ci ne pourra jamais être gagnant-gagnant, si l'un gagne c'est forcément parce que l'autre perd, ce qui implique dans un monde mondialisé, où quasiment tous sont sous la doctrine du capitalisme sauvage et stérile, qu'il lui faut un ennemi pour pouvoir déverser bombes, installer des systèmes de surveillance, collecter des données, sous prétexte, non pas d'assurer la sécurité des gens, mais d'assurer la sécurité d'un système, où comme dit précédemment quand une minorité gagne beaucoup, une majorité dans ces systèmes perdent.

    Alors être "voyant" devient facile, au même titre que des prostituées incitent dans certains états à passer outre la loi, il n'y a rien de plus simple que de créer des terroristes de toute pièce, car évidemment ils sont plus simple à arrêter, qu'une bande de barbus avec cutters, qui en plus ont le mauvais gout de n'avoir que peu dépensé, pour commettre leur méfaits.

    Comme jusqu'à présent toutes les crises financières se sont toujours réglées par des guerres, la dernière ayant réussie son oeuvre était la 1er guerre d'Irak (Guerre du Golf 1990-1991), une belle coalition mondiale, contre un vilain méchant, qui a envahi un riche pays, pour momentanément montrer l'unité des peuples dit civilisés contre évidemment un barbare pour ne pas dire un sous homme, puisqu'il faut bien une légitimité pour attaquer, qui par la même a fait oublier une crise financière;

    http://www.senat.fr/rap/r06-017/r06-0173.html

    Et les méfaits de la mondialisation, d'un système bancale ?

    Ensuite évidemment, les mêmes causes ont les mêmes recettes, pour essayer d'en sortir, la démocratie est attaquée, à l'attaque, balançons des bombes, sauf que cette fois-ci, l'effet bénéfique, même temporaire, de la guerre n'a pas réussi à redresser la situation économique mondiale, d'ailleurs, presque pire, à montré la faiblesse tant militaire, que financière des gros Pays riches, lors de la 2ème guerre d'Irak et d'Afghanistan.

    Alors, la suite, puisque dans ma boule de cristal, je vois, qu'il faudra détruire pour reconstruire, crise de 1929, guerre de 1939-1945, destruction, suivi de reconstruction et des "trente glorieuses", crise des années 2006 (subprimes) qui perdure par ses effets en 2012,13,14... ???

    La seule solution, LA GUERRE....???

    Pas forcément, ce qui compte c'est de détruire, au même titre que l'on vous fait changer de téléphone portable régulièrement, que l'on vous vend des choses incompatibles, pour vous faire racheter, qu'on vous vend des trucs avec batteries rechargeables fondu dans la masse, histoire de précipiter la destruction et par la même faire tourner le moteur stérile de l'économie, d'autres recettes existent.

    Le seul problème, c'est que les gens se lassent, de consommer et surconsommer, d'ailleurs, pour cela, il faut aussi que les moyens financiers suivent, ce qui est de moins en moins le cas.

    Alors devant la raréfaction des matières première, de la pollution, des gens qui ont de moins en moins d'argent, de taxes qui à force détruisent tout, puisque arrivé à un moment même en augmentant les taxes, il y aura moins d'argent dans les caisses, comme en Grèce... ou l'on pourrait voir survenir un poutch Militaire, puisqu'un Pays tiré entre deux extrêmes, c'est évidemment le plus fort, celui qui a les armes qui prendra le pouvoir, on fait quoi ?

    La seule solution, détruire, le système tel qu'il est, je ne parle pas forcément de détruire le capitalisme, mais de le réorganiser, pour qu'il soit moins efficient, d'une limiter les hauts, très hauts revenus, parce que rien ne justifie qu'un homme qui souvent ne produit absolument rien, gagne tellement plus que ceux qui triment.

    De l'autre détruire, la production mondialisée, il n'y a aucune raison que l'on ne fabrique pas en France des disques durs, des TV, des réfrigérateurs, des Ferrari, des vêtements... à destination exclusive de la France, qu'en Allemagne ils ne fabriquent pas des Renaults, Peugeots et autres tucs, à destination exclusive de l'Allemagne, pareil en Roumanie, Chine, USA etc.. une usine Renault, pour l'exemple, implantée partout dans le monde, où l'on achète des Renaults, avec des employés de ces Pays qui y travaillent.

Votre réponse
Postez un commentaire