En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Renseignements téléphoniques : un fiasco pour l'UFC-Que Choisir

Renseignements téléphoniques : un fiasco pour l'UFC-Que Choisir
 

L'association a testé quatre services de 118 qui représentent 90 % du marché et dresse un bilan très négatif pour les consommateurs.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

5 opinions
  • Lorenzo Alali
    Lorenzo Alali     

    Merci pour le 118 711 je ne connaissais pas et Orange est un conna*d de ne pas en parler mais plutôt son service surtaxé.
    Ah il est loin le temps du 118 818 gratuit de Free ... :pleure:

  • Carbone_14
    Carbone_14     

    Si chaque français a besoin, une fois par an, du "12", ça fait tout de même presque 60 millions d'appels...

    En fait, c'est pour cela que FranceTelecom disait que ce n'était pas rentable : pas assez cher. :grrr:

  • spartacus007
    spartacus007     

    Le plus étonnant, c'est que ces services aient encore des clients ! Il existe des moyens simples, efficaces et gratuits pour se procurer un numéro de téléphone, l'annuaire papier, Internet, et un peu de discipline, il est si facile de noter les numéros de téléphone (sur papier, fichier et mémoire du téléphone) au fur et à mesure que les courriers et autres contacts arrivent.
    Je n'ai contacté les renseignements qu'une fois en 10 ans(avant j'ai oublié !)c'était pour une urgence et pourtant je me suis beaucoup déplacé professionnellement et en privé.

  • Gilles-2CV
    Gilles-2CV     

    Rappelons-nous avec émotion le prix du 118 818...
    :'-(

  • Jaknl
    Jaknl     

    Vu la publicité (débile au demeurant, par exemple les deux moustachus) dont nous avons été abreuvée, les opérateurs doivent bien se payer sur la bête. La privatisation n'a pas forcémùent que du bon.

Votre réponse
Postez un commentaire