En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

R. Haladjian : « L'Internet du futur, c'est 100 000 milliards d'objets connectés »

Mis à jour le
R. Haladjian : « L'Internet du futur, c'est 100 000 milliards d'objets connectés »
 

Pionnier de l'Internet en France et créateur du lapin Nabaztag, Rafi Haladjian évoque sa vision de l'Internet des objets, alors que le gouvernement vient d'ouvrir une consultation publique sur le sujet.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • PGAUTIER
    PGAUTIER     

    Tout comme la Commission Européenne, le gouvernement Français cherche ici à se projeter dans le long terme pour définir une politique d'accompagnement : en lançant cette consultation il est dans son rôle, qui pourrait le lui reprocher ?...
    Cependant, compte tenu du sujet éminemment complexe (Internet), cette démarche consultative ? dans sa formulation - n'est-elle pas ambigüe ?
    En réfléchissant à ce sujet, j'identifie deux types de réponses possibles:

    1)
    La première (« gourou ») consiste à développer des visions de l'Internet du futur et, moyennant un «gap analysis», déduire les axes à développer en matière de R&D, investissements, positionnement, formation, etc.
    Cette réponse est celle qui, d'ordinaire, préside au pilotage des politiques en matière de R&D des grands états, on la retrouve plus rarement dans l'élaboration des stratégies industrielles des acteurs économiques (plus pragmatiques).
    Elle est utile en matière de recherche fondamentale (horizon >5 ans), peu efficace en recherche appliquée (horizon 2-5 ans) et «hors sujet» en deçà de ces délais.
    Ce contexte est souvent propice à l'expression initiale des «gourous» qui disposent de la «vision du futur» (ou de bons appuis politiques) et nécessite de parier sur le futur.
    L'histoire nous enseigne que la majorité de ces prédictions sont souvent réfutées par la suite?
    Les réponses jugées les plus pertinentes (ou les mieux soutenues) sont alors utilisées comme objectifs et la politique mise en oeuvre s'attache à définir les réponses ? souvent normalisées ou standardisées - permettant de passer des «savoirs et moyens existants» aux «projections retenues comme objectifs».
    Cette approche peut brider la créativité de certains concepteurs mais permet à tout un écosystème (officines de R&D, grands acteurs économiques, spécialistes du lobbying, associations, organismes de normalisation, etc.) de prospérer et (sur)vivre.
    Elle occulte néanmoins une réalité souvent observée : celle de l'émergence d'innovations latentes qui créent des ruptures et se traduisent ? dans le secteur marchand ? par des success stories et des «standards de fait» (je ne donnerai pas de noms).
    Je cite pour l'exemple l'analogie suivante : «Un enfant naît en 1950. Ses parents prédisent qu'il voudra devenir écrivain. Ils mettent donc tout en oeuvre pour améliorer les moyens existants : stylo encre, papier, etc. En 1978, l'ordinateur se généralise et, qui plus est, l'enfant préfère danser plutôt qu'écrire des romans?»

    2)
    La seconde, plus pragmatique, consiste à faire observer par des experts objectifs les développements déjà engagés par les acteurs de l'Internet (acteurs directs et indirects).
    En fonction de la pertinence de ces développements et selon un constat « a posteriori » (et non « a priori »), il s'agit donc de verser des aides adaptées (déconnectées de tout clientélisme ou lobbying) et se référant à une grille de lecture faisant référence (système de valeurs communes).
    Il ne s'agit là que de favoriser des évolutions « systémiques » (ou Darwiniennes) de sélection et d'auto-organisation naturelles : les idées inadaptées ou farfelues disparaissant d'elles-mêmes.
    Cette réponse (approche) est plus axée sur les écosystèmes relatifs à l'entrepreneuriat et un peu moins sur ceux qui relèvent de la « voyance ».
    En parallèle, la question à poser n'est pas :
    « Que deviendra l'Internet dans X années » ?
    Mais :
    « Comment, en avançant, nous allons identifier les bonnes opportunités et gérer la cohésion d'ensemble (sécurité, déontologie, ?) » ?
    Pour les lecteurs empreints de « systémique », la question est donc « comment allons-nous piloter (gérer, assister?) l'auto-développement de l'Internet » ?
    Je reprends, pour l'exemple, l'analogie suivante : « Comment ? en tant que parents ? allons-nous piloter (assister) le développement de notre enfant ? Quelles valeurs allons-nous lui transmettre ? Comment allons-nous développer ses capacité d'adaptation ?, ? »

    Notre objectif est en effet de l'autonomiser afin pour qu'il puisse donner, une fois adulte, le meilleur de lui-même?

    Philippe GAUTIER (www.business2any.com)

  • Belzébuthàquionapiquélepseudo
    Belzébuthàquionapiquélepseudo     

    avec tous les objets connectés c'est que dès que vous sortirez de chez vous, sans même avoir de caméra, on saura comment vous êtes habillé (RFID d'un pull en laine bleu marine, RFID d'un jeans, RFID d'un blouson beige, etc) ^^ Puis quel itinéraire vous avez suivi en voiture (RFID de votre 206 blanche capté à un feu rouge par exemple), et ce que vous avez fait avant d'aller bosser (bien joué, vous avez acheté un croissant et payé en liquide, vilain !! Heureusement le portique à l'entrée vous a repéré quand même) Hmmm, quel futur passionnant, ça fait rêver...
    Et que je sache, le Naze batag, c'est israélien à la base, peut-être qu'ils sont venus chercher des subventions chez nous ??

  • Hadopicsou
    Hadopicsou     

    "Le gouvernement français s'intéresse au futur d'Internet."
    Vous auriez dû écrire :"Le gouvernement français s'intéresse au futur d'Intranet."

    Ba oui... DADVSI, HADOPI, LOPPSI, le gouvernement s'intresse surtout au modèle chinois en ce moment...

  • cesar78
    cesar78     

    Et bien si la France et l'Europe ne sont pas à la traine, le gouvernement peut donc agir. Le message est clair, Mlle NKM, M. Chatel, sauront ils l'entendre ?

Votre réponse
Postez un commentaire