En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Quand la musique s'inspire du logiciel libre

Opsound invite les musiciens à mettre leurs créations à la disposition du public sur une banque sonore en ligne.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

12 opinions
  • bituur esztreym
    bituur esztreym     

    depuis quelques temps, les labels net de musique libre comme opsound poussent comme des champignons, il y en a des dizaines, cf. http://www.musique-libre.org/links.php
    les musiciens aussi, le mouvement prend de l'ampleur.

    toute l'actu de la musique libre :
    http://www.musique-libre.org/

  • gisme
    gisme     

    Sauf votre respect, vous n'avez pas compris grand chose à ce qu'est le copyleft : c'est l'auteur qui décide de mettre son oeuvre de cette façon, et il en existe !

    Le copyleft ne renie pas non plus le droit d'auteur, il s'appuie dessus (justement, parce que c'est l'auteur qui fait le choix d'exercer ses droits de cette façon).

    Un auteur a tout à fait le droit de gagner de l'argent à partir de son travail ; le copyleft ne l'en empêche pas.

    L'idée n'est ni celle d'une apparente générosité, car c'est un système qui fonctionne donnant-donnant ; l'engagement de l'auteur pour une oeuvre sous copyleft est irrévocable : le droit de retrait n'existe plus vraiment depuis un certain temps.

    L'argent n'est pas sale non plus : ca n'a rien à voir, le copyleft n'empêche pas de transactions commerciales, précisément.

    Vous pouvez avoir des infos sur le copyleft, en général, sur le site d'April (http://april.org/ ) et d'Art Libre (http://artlibre.org/ ) avec en particulier sa foire aux questions.

  • cyrille_
    cyrille_     

    J'aimerais bien qu'on m'explique comment on gagne de l'argent en reniant le système du droit d'auteur (copyright ou droit d'auteur à la française, peu importe)?
    Pourquoi un créateur d'une oeuvre n'aurait-il pas le droit de gagner de l'argent à partir de son oeuvre ? Et quel est le meilleur moyen que la protection d'une oeuvre, c'est-à-dire que toute utilisation à des fins commerciales d'une oeuvre donne lieu à une rémunération ?
    A moins que cette idée du libre partage soit celle d'artistes qui portent en étendard une apparente générosité (c'est bon pour l'image d'être généreux et de vouloir réinventer le monde) mais dès le premier succès venu, ils seront intraitables (à coup d'avocat) sur leurs droits d'auteur...
    A moins que l'on pense que l'argent soit sale, mais c'est alors dire que la création artistique est le privilège de petits bourgeois friqués.

  • gisme
    gisme     

    Autant pour moi. Ce n'était pas clair. Désolé.

  • mirko vidovic
    mirko vidovic     

    La concurrence en question etait celle de 01net.
    Tu es hors-sujet.

  • gisme
    gisme     

    Le partage et le don, même en art, la
    collaboration, n'ont pas attendu le logiciel libre,
    ni Stallman, ni GnuArt ni les autres.

    Qu'est-ce que c'est que cette ridicule guéguerre de
    chapelle ?

    La multiplicité des démarches allant dans le même
    sens (ou à peu près) est justement le signe de la
    viabilité et de la vitalité de l'idée.

  • mirko vidovic
    mirko vidovic     

    http://gnuart.org - Notre charte (ouverte le 1er janvier 2001)
    http://gnuart.net - Notre galerie (359 mp3s libres a ce jour)

    Je ne pense pas qu'Opsound ait invente quoique ce soit.
    La charte du site a ete etablie apres de longs echanges entre
    moi-meme et Richard Stallman, père du mouvement GNU.

    Notre optique est simple : au lieu d'inventer une nouvelle
    licence, autant en prendre une qui nous apporte entiere
    satisfaction, d'un point de vue ethique (La Licence GNU GPL), et
    en adapter les concepts fondamentaux (code source)...

    Vos concurrents en ont deja parle depuis bien longtemps, vous
    savez ? :)

  • marco_
    marco_     

    Il n'y a pas que Star Ac et L5 dans la vie. Le fait que tu fasses cette relexion montre que tu fais partie de cette majorite de frenchies qui n'achetent et n'ecoutent que ce qu'il voient a la
    tele.
    Desole, il y a plein de gens qui aiment, revent et qui font la musique par passion. Qu'ils fassent de la pop, de la techno, du hip hop, latino, rock ... Ils essaient de creer leur musique. Ces gens ne sont pas connus et ne le seront surement jamais. Mais comme tout artiste ils desirent partager leurs oeuvres. Avant d'esperer etre connu, reconnu ou repere, il faut d'abord publier. Pour cela, ils font des concerts de quartier, des sound systems, etc ... et bien publie une partie de leurs oeuvres sur internet. Tous les VRAIS musicos ont ete connus de cette facon.
    J'apprecie particulierement ces sites qui permettent de regrouper tous les oeuvres musicales au lieu de surfer sur chaque site au lieu utiliser les referencements de google et de yahoo.
    AUDITEURS, AUDITRICES, grace a l'informatique on peut maintenant faire, creer de la musique rien qu'en utilisant des logiciels de sons et beaucoup plus facilement qu'avant(CUBASE, LOGIC, SOUNDFORGE, REASON, ACID, etc...), alors rejoingnez-nous !

  • FiLH
    FiLH     

    Vous oubliez que les plus grands compositeurs classiques ont revisités à tours de bras le répertoire qui leur était contemporain. Vous oubliez que le Jazz, la techno, passent leur temps à transmettre, à réinterpréter, à arranger, à citer... Bref cette initiative comme d'autres qui naissent dans l'art ces derniers temps ne sont que l'explicitation d'un fonctionnement beaucoup plus courant et ancien qu'il n'y paraît à première vue. L'application à outrance des droits d'auteurs ou leur extension au profit des éditeurs restreignent au contraire ce fontionnement séculaire.

    Le rêve n'est donc pas si loins que ça de la réalité.

    FiLH

  • romain_
    romain_     

    Il n'y a pas que la musique à utiliser le principe du copyleft comme le logiciel libre ; le collectif Copyleft Attitude a publié en juillet 2000 la Licence Art Libre, permettant de déposer toute oeuvre artistique soumise au droit d'auteur sous un copyleft : c'est à dire, autoriser les libres reproduction, représentation et modification d'une oeuvre, à condition de conserver à cette oeuvre son caractère public.

    Ca n'a bien entendu _rien à voir_ avec une vision strictement lucrative de la création, mais plutôt d'une démarche d'exploration des possibilités de la collaboration ouverte en art.

    Et ici comme ailleurs, cela ne rime pas nécessairement avec qualité (quoi que cela relève toujours d'un jugement subjectif).

    Le site du collectif : http://artlibre.org/

Lire la suite des opinions (12)

Votre réponse
Postez un commentaire