En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Plan social chez IBM : la mobilisation gagne l'Europe

Salariés français et allemands du géant de l'informatique ont manifesté contre le plan de suppression de postes en Europe.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

8 opinions
  • philippe_
    philippe_     

    Dans les Echos du 12 mai, il y avait un article de Alain Ruello "La nouvelle mue d'IBM" et selon lui, il n'y a a pas que la justification financière dans ce plan de restructuration (ce qui serait somme toute plus facile à régler pour IBM, moins facile certes pour les employés dont les postes sont supprimés)...
    Cet article débute ainsi :
    "Quand IBM a annoncé il y a quelque jours sa dernière restructuration, la grand majorité des observateurs y a vu une simple et nécessaire mesure de réduction des coûts pour faire face au ralentissement de la croissance, et donc à la nécessité de préserver la marge. La direction officialisait, il est vrai, ce qu'elle avait elle-même laissé entendre peu avant, lors de la publication de ses mauvais résultats du premier trimestre. Animant la conférence téléphonique d'explication, Mark Loughridge, le directeur financier du groupe, a affirmé qu'il visait entre 300 et 500 millions de dollars d'économie au deuxième semestre de cette année. Mais si l'objectif financier de ces coupes claires est évident, leur cause est plus complexe, et surtout plus ancienne. Les dix à treize mille suppressions de postes annoncées, principalement en Europe, sont en fait le dernier hoquet d'une transformation fondamentale de l'entreprise, qui paye, via ses salariés, le choix de l'affaiblissement progressif de ses activités industrielles depuis un peu plus de dix ans. (...)"

    Sinon, je ne pense pas qu'un 2eme voir 3eme plan soit déjà prévu pour les 2 prochaines années : un plan social est toujours déstabilisant, même pour ceux qui restent et si IBM devait faire un plan plus gros cette année, elle le ferait plutôt que d'en faire deux "plus petits" deux années de suite.

  • Jorel
    Jorel     

    Pour répondre à ceux qui sont visés en premier ce sont bien sûr les 50-60 ans car la direction veut rajeunir la pyramide des âges à 32 ans.
    Donc d'abord offre de départ volontaire pour ceux qui ont plus de 5 ans d'ancienneté puis mise à la retraite envisagée d'office si les trimestres sont suffisants, pré-retraites et en fin de course licenciement.
    Les départs volontaires sont des licenciements accompagnés d'un petit chèque et les pré-retraites ne sont pour l'instant pas très affriolantes.
    Ca c'est pour les 769 postes environ prévus dans le plan pour cette année sachant que la direction va le reconduire pour encore au moins deux ans

  • test_
    test_     

    contrairement a bcp de boites d'informatiques et sans doute parce que c'est la plus vieille la moyenne d'age est assez élevé chez Big Blue..
    en fait les licenciements passent par des propals faites aux 50-60 ans... (cash)
    Après pour les autres ils sont pas virés à proprement dit mais envoyés dans des filiales...

  • test_
    test_     

    ce qui est assez fort c'est que 2004 est l'année record d'IBM...la meilleur année de son existence tant d'un point de vue benef que chiffre d'affaire
    La restructuration est un mélange d'avidité ( car d'un point de vue financier IBm cela va en effet permettre à IBM de gagner plus) et d'ambitions personnelles.. en effet le nouveau boss Sam Palmisano souffre de l'ombre de l'ancien boss L.Gessner qui a souvé IBM du dépot de bilan, Sam veut aussi marquer l'entreprise de son empreinte et pour cela a de très ambitieuses prétention dans le e-business "on Demand" et pour opérer ce virage stratégique il a besoin de bcp de cash et bcp de flexibilité... sauf que IBM a été construite sur certaines valeurs ( avantages sociaux, esprit d'entreprise...etc) qui sont en tain d'exploser ... bref gros clash culture interne VS virage stratégique...

  • CAVOK
    CAVOK     

    S'agit-il des surembeauches d'avant la bulle ?
    Ou de vieux, sachant qu'on est vieux à partir de 35 ans et mort à partir de 40 ??

    Des IBMers pour nous éclairer ?

  • Jorel
    Jorel     

    Désolé Dimitri mais nous avons une lecture différente du ça ne va plus.
    9 milliards de dollars de bénéfices pour IBM en 2004 dont 340 millions d'euros pour IBM France.
    Pour pouvoir justifier le plan actuel la direction d'IBM France et Corp a fait diminuer de la moitié ses équipes commerciales sur l'infogérance en 2004.
    Evidemment après on obtient un trimestre un peu moins bon, normal non ?
    Le plan en cours permet d'absorber en charges de personnel exceptionnelles la participation et les impôts qu'IBM aurait du verser.
    Quand on voit en plus qu'IBM Corp va racheter pour 4 milliards de dollars de ses actions et va augmenter le dividende de 10% cette année pour ses actionnaires n'y a-t-il pas plutôt une logique purement financière ?

  • Flip_
    Flip_     

    ...C'est l'origine de la societé qui en quelque sorte se ressource.

  • aymouni2
    aymouni2     

    Et hop, un de plus dirons-nous. Nous ne sommes plus à çà près. Dès que çà ne va plus, on nous lance les plans dits de restructuration pour dédramatiser les choses.
    Sacrés géants de l'informatique vas, quand vous n'arnaquez pas vos consommateurs, c'est le petit collaborateur qui encaisse.

Votre réponse
Postez un commentaire