En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Piraterie musicale : l'industrie du disque conteste le projet de Bruxelles

L'ébauche de directive de la Commission européenne sur l'application des droits de propriété intellectuelle et la lutte contre le piratage s'attire les foudres des majors et des éditeurs de logiciels.

Inscrivez-vous à la Newsletter Actualités

Newsletter Actualités

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

28 opinions
  • Nicobug
    Nicobug     

    L'interdiction de telecharger pourait viser les sharewares. Si on interdit les sharwares, qui va aider au developement des petits developeurs. Ces lois n'ont qu'un seul but : assoir les multi-nationales et etouffer les inovations. Imaginez une loi comme d'interdiction d'echange de programmes sortie en 1991, Linus Torvalds aurait il pu lancer son petit pinguin sur le net ?

  • stef__
    stef__     

    Prince a été le premier artiste à vendre sa musique sur internet depuis maintenant 3 ans. Pour 25 dollars par an nous pouvons télécharger sa musique sans maison de disque, sans distributeur et nous savons que l'argent lui revient directement. En fin de compte pour le prix d'un disque dans le commerce nous allons recevoir plusieurs albums cette année. Pourquoi pas ?
    En prime, si le client n'est pas satisfait il n'a pas obligé de s'abonner l'année suivante. Cela rapproche les fans de l'artiste, ce qui permet au musivine d'être à l'écoute et de faciliter son travail artistique sans promos, sans pressions.

  • romain_
    romain_     

    Les maisons de disques pleurnichent comme des gamins pourris-gatés de 4 ans a qui ont ne leurs cedent pas un de laurs caprices!!!
    Un artiste, sur un cd, ne gagne qu'un minable pourcentage du prix, et le reste.... n'en parlons pas!!
    C'est idnamissible de dire que l'industrie du disque est en crise a cause des utilisateurs du P2P.
    C'est eux qui crée leurs propres problemes en vendant leurs disques trop cher!!!
    je suis aussi scandalisé de voir qu'un mec qui bosse pour Universal Music se donne le droit de faire la morale!!
    Ils disent : "Le piratage fait chuter l'industrie du disque et fait ruiner les artises", ils pensent "Le piratage fait baisser nos revenus a la fin du mois" (!!).

    Ne nous voilons pas la face, se sont des hypopcrites!!

  • dumpweed283
    dumpweed283     

    je suis d'accord , les majors et les multinational se font trop d'argent sur notre dos.... quand je vois un cd vendu 10 euros (que pour les ricains pas de bol....) sur le site du label (donc une petite maison de production) de mon groupe préféré et vendu minimum 20 euros a la fn*c. et si en fait il est pas si terrible ce CD je vois pas pourquoi j'irais l'acheté a alors que mon groupe ne toucheras pas plus et que la fn*c se fout de ma gueule pendant ce temps la .... donc je le télécharge....... arrêtez de vendre des CD a 150 francs et peut etre que j'en acheterais plus

  • Spi_
    Spi_     

    Voici un reportage de TF1 : "Visite dans les arcanes de la SACEM."
    Allez donc voir où est le vrais problème dans tout çà : http://www.tf1.fr/news/france/0,,987604,00.html

    Le résumé :
    On leur a expliqué qu'ils avaient "tout à y perdre". On les a accusés de faire "le jeu des Américains", on leur a raccroché au nez, refusé nombre de demandes d'interviews. Irène Inchauspé et Rémy Godeau, respectivement journalistes au Point et au Figaro, ont malgré tout mené leur enquête. Qui ne portait pas sur un sujet a priori ultra-sensible. Et pourtant…

    610 millions d'euros

    Dans Main basse sur la musique, les deux journalistes se sont penchés sur la SACEM, Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique. Une institution puissante, qui collecte "avec une redoutable efficacité plus de 60% des droits d'auteurs en France, soit un pactole de près de 610 millions d'euros par an". Une institution secrète, dirigée pendant quarante ans par un homme "habité par une puissante logique de possession", Jean-Loup Tournier. Une institution vieille d'un siècle et demi, dans l'histoire de laquelle on peut "croiser Maurice Ravel, Charles Trénet et Jean-Jacques Goldman, Goebbels, Jean Zay et Jack Lang".

    Au fil de cette enquête minutieuse, les auteurs évoquent ainsi des détournements de fonds, des héritages troubles, des luttes politiques. On y découvre la puissance de la SACEM qui a, pendant des années réussi à influencer différents ministres de la Culture pour éviter un contrôle de ses comptes. On y apprend, justement, quelles zones d'ombres demeurent autour de ces comptes. La SACEM vit "dans l'opulence", alors que "plus de neuf sociétaires vivants sur dix gagnent moins que le SMIC". Elle affiche des frais de gestion de 15,2%, alors qu'ils se montent à 23,72%, et que ceux de son équivalent britannique sont de 11,3% seulement.

  • Spi_
    Spi_     

    Ce n’est pas la critique qui me parait absurde c’est plutôt le fait qu’elle soit hors sujet et agressive.

    Est-ce si dur d’être un critiqueur critiqué ?
    Je vous retournes la question en y ajoutant la mienne, car enfin pourquoi avez vous écrit ce texte ?
    Avez-vous trouvé le critiqueur trop injustement critiqué à son tour ?

    Les risques du métier ? Quel métier ?
    Je n’ai aucune prétention de journaliste ni même de spécialiste, je ne suis qu’un lecteur qui donne son avis sur un sujet, et c’est précisément là tout ce que je défend face à la critique.

    Le regard critique est bénéfique, il fait progresser le monde dans lequel nous vivons.
    Mais il sous-entend également une certaine politesse vis-à-vis de ce que l’on critique, en bien ou en mal, c’est là que réside la nuance subtile entre la critique et l’agression.

    C’est sans doute de la philosophie de comptoir et je pense sincèrement que tout ceci ne cadre pas vraiment avec le sujet de ce forum, cette discussion tend de plus en plus vers un débat sur «l’art de la Critique» et plus vraiment sur la «Piraterie musicale».

    Mais vous avez raison, tout le monde est libre d’écrire pour ne rien dire…(-leitmotiv-)

    Cordialement Spi.

  • Dorothée
    Dorothée     

    Pourquoi vous paraît-il si absurde qu'un lecteur se permette de porter un regard critique sur les textes que vous soumettez à son intelligence ?
    C'est si dur, d'être un critiqueur critiqué ?
    Et les risques du métier, alors ?
    PS : et puis vous n'êtes pas les seuls à avoir le droit d'écrire pour ne rien dire !!!!

  • Seb_
    Seb_     

    ils veulent nous interdire de telecharger et bien nous on n as qu a plus acheter et on verra qui c est qui perdra le plus.moi je telecharge des jeux pour les essayer voir si ils sont bien ou si c est de la merde mais si je ne peut plus les essayer comme ca et bien j arreterais d en acheter.moi je pense qu avant que le projet de loi soit voter on devrait organiser une semaine sans l achat de cd et on verrais ce qui en pense

  • bruno__
    bruno__     

    n oubliyez pas une chose messieur les majors combien vous coute reelement un cd a la fabrication environ 0.45 a 0.61 euro tout compris si on rajoute les droit d auteur le benefice pour le disributeur et la tva on est tres loin des 21.35 euro du prix de vente je pense que c est surtout pour ca que vous criez au loup et que vous tirez a boulet rouge sur le MP3. voila c est tout ce que j avais a dire

  • Spi_
    Spi_     

    Comme certains d'entre vous le savent déjà, le projet de loi dit "de la confiance dans l'économie numérique" a été présenté en conseil des ministres, et a été transmis en
    l'état à l'assemblée, ce malgré les protestations émises par la quasi-totalité des acteurs concernés.

    Ce texte vise en particulier à imposer aux intermédiaires techniques le rôle de juges/censeurs de proximité : cette loi les obligera à censurer les contenus uploadés sur le net
    avant même toute injonction judiciaire.

    En protestation, la Ligue des droits de l'homme a mis en ligne une pétition à
    cette adresse :
    http://odebi.nerim.net/0forumr12/0forumr12.html>

    La position exprimée est aussi défendue par les FAI et la Fédération Informatiques et Libertés.
    A l'heure de l'examen du texte par la commission parlementaire idoine, nous vous demandons de tous venir sur la page de pétition et de l'envoyer au Premier ministre.

    D'autre part, cette action est assez peu suivie par les médias, si ce n'est par les quelques médias spécialisé Internet : Le succès de cette opération dépend donc de
    vous!

    Aidez-nous : Faites connaître cette action autour de vous par tous les moyens dont vous disposez! mails, newsgroups, forums, mailing lists, tous vos canaux de communication
    habituels...

    Faisons barrage à ce texte liberticide : d'autres textes vont suivre, le Net de demain s'apprête à être sérieusement mis à mal : après la censure et la privatisation de l'e-justice, c'est le filtrage à la chinoise et la taxe anti-copie sur la fourniture d'accès qui nous attendent.....

    Merci à vous tous!

Lire la suite des opinions (28)

Votre réponse
Postez un commentaire