En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Perquisition chez des éditeurs soupçonnés d'entente sur les prix [MAJ]

Mis à jour le
Perquisition chez des éditeurs soupçonnés d'entente sur les prix [MAJ]
 

Des enquêteurs de la Commission européenne ont perquisitionné les sièges de plusieurs éditeurs français. Ils enquêtent sur une possible entente sur le prix des livres numériques.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

20 opinions
  • JacquesBolo
    JacquesBolo     

    Les problèmes ne sont pas l'impression ou les frais d'édition, et non seulement la diffusion elle-même, mais plutôt la mise en place (choix du tirage et coût d'investissement), en particulier pour les petits tirages (sachant qu'il se publie 200 livres par jour).

    Avec le livre électronique ces couts sont nuls. Même si le coût de distribution est nul aussi et que rien ne justifie une charge de 30% pour une simple interface de paiement (pour un terminal carte bleue, c'est 1%).

  • remrem
    remrem     

    Je passe déjà suffisamment (trop) de temps devant un écran d'ordinateur, alors ce n'est pas pour me mettre à nouveau devant un écran pour lire - Non merci je préfère le papier et je ne suis pas prêt à franchir le pas et à acheter et même pirater des livres numériques.

  • remrem
    remrem     

    Comme pour la téléphonie mobile, lorsqu'il y a un nombre limité de sociétés qui peuvent fournir un service, il y a automatiquement ENTENTE. C'est tellement plus facile de faire de l'argent sur le dos du consommateur.

  • lectrice_attérée
    lectrice_attérée     

    Ou complètement à la baisse ce qui équivaudrait à la ruine des auteurs, des éditeurs, qui ne prendraient donc plus de risques éditoriaux et se contenteraient de vendre de la soupe insipide. Si on pousse un peu plus loin, ça veut aussi dire que les éditeurs ne pourront plus vraiment vivre de leur métier et qu'il ne resterait pas de place pour les petits. Au final, une diversité culturelle bien amochée. L'un comme l'autre ne sot absolument pas souhaitables et les éditeurs français essaient depuis des années de réfléchir au livre numérique et à l'équilibre qu'il faut trouver en mettant sur le marché 2 formats de livre : papier et électronique.

  • lectrice_attérée
    lectrice_attérée     

    Source pour l'empreinte écolo ?

    Au lieu d'être sur ton ordinateur je ne sais pas combien d'heures par jour, joue avec un bout de bois, ton empreinte écologique sera bien moindre. Non mais quand même, je serai vraiment curieuse de connaitre tes sources vu qu'il faut pas mal de composants bien chimiques pour fabriquer une tablette, le fait qu'il faille la recharger, la brancher, qu'il doive y avoir des sites comme Amazon qui tournent (et vive la consommation d'énergie et l'empreinte écolo là...) pour que tu puisses télécharger tes livres, etc. Les éditeurs font des efforts pour aller dans le sens du numérique, mais ils y vont pas à pas, en tentant de trouver d'autres moyens de distribution, en réfléchissant à l'avenir du livre papier et à l'avenir d'un secteur d'activité tout entier. C'est un relativement petit secteur où les gens se connaissent et partagent un amour pour le livre, pour l'écrit, etc. Ton point de vue me semble vraiment peu réfléchi. Est-ce que, vu que la musique électronique ou faite par ordi existe tu trouves aussi que les guitares, les batteries et soyons fous, les violons et instruments de musique de plus de quelques siècles sont obsolètes ? Est-ce que du coup il faut payer moins cher un artiste électronique vu qu'il travaille sur ordi et non avec un instrument comparable à ceux cités précédemment ?

    Et pour finir, je pense qu'il y a bien d'autres raisons d'être montrés du doigt par la communauté internationale. L'indignation c'est utile mais là c'est un peu du n'importe quoi.

  • AntiFaFa
    AntiFaFa     

    Je sais pas ce que vous en pensez, mais perso je trouve ça flippant que des mecs en costard puissent débarquer les mains dans les poches et obtenir instantanément l'accès aux fichiers et à la correspondance privée des dirigeants de grosses maisons d'édition. C'est vraiment pas rassurant pour l'avenir. Si j'étais un auteur qui a écrit un bouquin sensible (sous pseudo ou non), comme Albin Michel en publie par exemple régulièrement, je serais pas du tout rassuré à l'heure qu'il est.

  • Lecteur_Expat
    Lecteur_Expat     

    C'est clair que les éditeurs et distributeurs ont encore du chemin à faire pour trouver le modèle économique du futur pour l'édition... Et l'exemple que vous citez est carrément ridicule, d'autant plus qu'il sera facile de se délester du dernier Levy papier sur le marché de l'occasion, alors que pour l'ebook...

    Cependant, ça n'est pas une raison pour qu'une grosse multinationale se voie livrer un marché pieds et poings liés, et se retrouve en situation d'imposer ses conditions à tout le monde de l'édition française. Tout ça par l'action de quelques politiciens complices, et des bureaucrates non élus de la commission (qui, rappelons-le, sont avec le Conseil la seule instance habilitée à proposer des projets de loi et autres régulations. Le parlement élu se retrouve réduit à voter des lois qu'il n'est pas en mesure d'élaborer ou de proposer).

  • maxxyme
    maxxyme     

    Quelle ARNAQUE !!!

  • Hansi68
    Hansi68     

    "Lorsque l'on ne sait pas de quoi on parle, on se tait !"

    Tout a fait d'accord. Vous commencez quand ? :)

    M. Gates n'a pas vendu toutes ses actions d'une part, quand a utiliser une fondation soit disant humanitaire pour propager les logiciels de la maison aux BRIC et autres pays en voie de developpement, allez demander a Mandriva ce qu'ils en pensent avant de jouer les candides effarouches !

    Quand aux e-books ici concernes, qui sont du meme genre "huitre numerique" a usage unique, ils sont deja bouffes par les tablettes, bien plus versatiles. Vu les progres en matiere d'autonomie en ARM, il ne suffira pas d'une encre numerique pour "pousser" cette technologie chez l'idiot du village. En clair : ca reste un marche de niche, et une operation aussi ridicule qu'inutile.

    Quand ils se seront occupes de la vente liee, des tarifs telephoniques particulierement honteux par rapport a nos voisins europeens, de tous les "gros" cartels qui se foutent royalement de la gueule du consommateur europeen, il sera surement bien temps de s'occuper du menu fretin.

    En attendant, l'Europe se pavanne d'avoir su imposer un chargeur unique pour les telephones ! Mais quelle victoire ! Quelle puissance ! 20 ans apres Maastricht, je suis encore pantois d'un tel resultat ! Libre ensuite a chacun d'apprecier.

  • Quiquasse
    Quiquasse     

    Mais l’exception française n’est-elle pas un prétexte pour s’en mettre plein les poches ? Le tarif unique n’est valable que pour une même édition et pas pour une même œuvre, non ? Quand on voit, dans une même enseigne qu’un ePub ou un PDF est vendu 15 euros alors que l’édition poche sur vrai papier de la même œuvre est proposée moitié moins chère, il y a de quoi se poser des questions sur la politique tarifaire des marchands de littérature, non ?

    Exemple populaire :

    http://livre.fnac.com/a2681878/Marc-Levy-Le-premier-jour#FORMAT=ePub

    http://livre.fnac.com/a2853471/Marc-Levy-Le-premier-jour

Lire la suite des opinions (20)

Votre réponse
Postez un commentaire