En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Pénurie et compétence, un balancier à l'échelle mondiale

Pénurie et compétence, un balancier à l'échelle mondiale
 

Plans sociaux en deçà, pénurie au-delà ! C'est désormais au tour de l'Inde de s'inquiéter de ses capacités à subvenir aux futurs besoins de main d'?"uvre qualifiée en informatique.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

10 opinions
  • Pifou_
    Pifou_     

    Je pensais pourtant avoir la palme de l'oligarchie sur ce forum, mais je vois que nous ne sommes pas les seuls... ;o)

    Bienvenue au club mon ami

    Pifou

  • Lagrange
    Lagrange     

    La tendance n'est plus à la technicité.
    Chers étudiants laissez tomber les sciences et les maths au profit de l'esbrouffe. Je n'ai jamais vu après 23 ans d'industrie quelqu'un progresser par ses travaux ou par les produits qu'il a pu développer dans une société. Si vous êtes bon et que vous déposez un brevet, vous avez gagné le lot de consolation de 500E......

    Les secteurs en chute libre
    1) la fabrication, on tend vers le fabless. On ne se salit plus les mains.
    2) le développement hardware. Les chefs n'y comprennent rien.
    3) le logiciel, moins couteux à produire en Inde et Chine.
    4) le système. On achète tout fait à des sous-traitants.

    Les secteurs qui ont la cote:
    1) le management des ressources. Si vous ne comprenez pas le domaine, c'est parce que vos experts sont des mauvais communicants.
    2) la qualité ISO9000. Pas besoin de connaitre votre métier, de toute façon le certificateur ne connait rien à votre domaine. Ce qui importe c'est l'enrobage.

    Les qualités que vous devez développer:
    1) le copinage. 99% des succès que j'ai pu voir sont liés à une maitrise accomplie de cette technique.
    2) le sens du vent. Ne cherchez surtout pas à aller même de façon insignifiante à contre courant. Cela paye d'être un rantanplan.
    3) le baratinage. Ne rien connaitre au sujet à traiter facilite beaucoup la communication avec la haute hiérarchie. Lorsque vous connaissez le sujet, c'est beaucoup plus difficile de se faire entendre.

  • Cristian_
    Cristian_     

    On parle de l'Inde, de la Chine, à l'autre bout de la terre, des gens avec une langue et une culture totalement différente de celle européenne.
    A-t-on essayé la Roumanie? Seul pays latin et vraiment francophone, sans parler qu'il est aussi francophile, avec une culture reposant sur celle française, à mon avis c'est une opportunité. Et encore 4 fois moins cher qu'en France. En tant que roumain ayant travaillé en France comme informaticien, ensuite en Roumanie pour des sociétés françaises, je sais bien de quoi je parle. Veut-on pas cher? Les études, la formation, la compétence, la sériosité, ça coute à tout le monde.
    Est-il vrai que les sociétés offshore et l'outsourcing augmentent le nombre de chômeurs en France? C'est faux, pour chaque logiciel écrit par un roumain, il faut un chef de projet français qui connait tous les petits détail qui font la différence entre un logiciel inutile et un qui peut être mis en production. Parfois on a même besoin d'un informaticien français qui dialogue avec une équipe roumaine en ce qui concerne l'infrastructure, qui existe en France, mais qui manque en Roumanie.
    La vérité c'est qu'il y a toujours un équilibre: en Roumanie, par exemple, on importe du Danone et on exporte des logiciels.
    Et pas tous les roumains sont des tziganes qui ne pensent qu'à quémander dans les rues de Paris ou de Lyon. Regardez mon site www.copcea.ro pour voir une histoire de succès.

  • jlp_
    jlp_     

    Euh, c'est de la provoc', hein ;)
    Quoique, finalement, on peut considérer que ce qui se passe à l'Est et en Inde est une bonne nouvelle. Et grâce à la mondialisation des échanges, des pays vont enfin pouvoir réellement émerger. Reste à savoir s'ils auront la possibilité de tirer vers le haut une grande majorité de leur population, ou si seulement quelques uns en profiteront. Comme c'est le cas par exemple aux Etats-Unis, ou comme c'est en train de le devenir en Europe ... Je ne crois pas enn effet que la pauvreté ait reculé en Irlande ou en Grèce malgré l'Euro et une croissance forte (au moins pour l'Irlande).
    Autre chose, si les pays cibles de l'off-shore se mettent à émerger trop vite, ça va finir par couter cher aux entreprises en déménagement !

    Bonne Soirée,
    J.L.

  • visior64
    visior64     

    Cette vision, ô combien réaliste, ressemble à s'y méprendre à la décadence des grands empires (romain, grec, ...). Comme eux, nous en arrivons à des valeurs qui ne privilégient plus l'effort mais le plaisir, et nous déléguons les tâches à moins bien lotis que nous (mais diantre, les "ilotes" existeraient-ils encore?

  • Pifou_
    Pifou_     

    Cher Otto, voilà ô combien une suite de commentaires bien sentis...
    Je me rallie à votre cause et vais essayer d'enfoncer le clou (devrai-je dire le pieu...) un peu plus profond dans la torpeur sordide des vicissitudes de notre éminente matière grise que sont les spécialistes du "tout pognon".
    Il me semble clair que le message à faire passer aujourd'hui aux jeunes n'est pas de leur dire : "vous ferez partie d'une caste d'illustres scientifiques comme vos respectueux ancêtres..." mais, : "Ne faites surtout pas marcher votre tête, ça ne sert à rien ! Axez plutôt votre avenir sur l'apparence et le look..., il y a bien plus de perspectives d'un avenir sinistre pour vous !...".

    D'ailleurs le message est déjà passé, il suffit de regarder leurs professeurs actuels, c'est à dire le petit fourbe banané (prof de théatre et de trahison), béquille droite du gros sac à tête de pitbull (prof de danse et de schlague)...

    Allez, j'arrête là et bonne pentecôte à tous...

  • Traroth
    Traroth     

    Je n'ai pas d'informations precises sur le sujet, mais je ne suis pas certain que la Chine ait deja enormement de main d'oeuvre qualifiée dans notre domaine. L'Inde est arrivée à ce reusltat après 20 ans d'efforts. On ne créé pas de toutes pieces une population d'informaticiens du jour au lendemain...

  • yoman_
    yoman_     

    Voila les nouvelles tendances de l'offshore :

    Les entreprises commencent a trouver les informaticiens indiens et de l'europe de l'est trop cher (les prix montent meme s'ils sont beaucoup moins chers que les occidentaux). Maintenant, ils regardent vers la chine et les pays asiatiques emergents (4 fois moins chers, d'apres ce que j'ai entendu).

  • OTTO_
    OTTO_     

    Le raisonnement du tambour, voilà bien le propre de l'article.
    L'économie libérale a besoin de pénurie pour hiérarchiser et diriger. C'est par la peur de manquer que l'on gouverne. Peur de manquer de travail, par exemple, pour tous les laissés pour compte des zones désindustrialisées d'europe, au profit des esclaves nourris à coup de lance pierre des pays "en voie de développement (des profits)".
    Quand l'informatique de haut niveau, les chantres de "la liberté" se retrouvent confrontés à la réalité du marché... Les étudiants se détournent des filières scientifiques parce qu'elles ne sont plus mises en avant et qu'on ne récompense plus les chercheurs. Aujourd'hui tout va à la finance, aux gains rapides, aux stars du show business et du ballon rond. Comment s'étonner que cet abrutissement conduise à la situation que vous décrivez ?

  • Traroth
    Traroth     

    La penurie de main d'oeuvre qualifiée en Inde fera monter les prix, au moins, pour le plus grand benefice des niveaux de vie des indiens, et pour le retour à l'emploi des informaticiens occidentaux. C'est une excellente nouvelle, en fait.
    Sauf pour les entreprises, bien sur...

Votre réponse
Postez un commentaire