En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Pas de stress, anticipez !

Pas de stress, anticipez !
 

Plutôt que de réagir dans la précipitation, avec ce que cela suppose d'angoisse, mieux vaut prévoir et jouer avec un coup d'avance.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • Ian AMAR
    Ian AMAR     

    Pourquoi n'anticipons-nous plus (voyez nos politiques) ?
    Parce que cette idiotie appelée "positivisme" qu'on s'efforce de nous faire prendre pour LA bonne attitude interdit de parler et même d'envisager des choses ennuyeuses.
    Un jour où, faisant des projets de travail en extérieur, je disais que les prévisions météorologiques pour la semaine à venir n'étaient pas excellentes, mon voisin m'a rétorqué très sérieux avec une pointe de reproche dans le ton : "Mais si, le temps sera magnifique !"
    Dire que cela va mal quand cela va déjà réellement mal est très mal vu. Et pourtant, faire le constat est la démarche indispensable pour commencer à réfléchir afin de trouver le moyen d'améliorer les choses.
    Dans cet atmosphère positiviste, vous imaginer quelqu'un, un DSI par exemple ou un responsable de la sécurité, dire qu'il faut imaginer tous les problèmes possibles afin d'y trouver préalablement une parade ? Une telle attitude se conçoit pour des pompiers mais pour un cadre dynamique sensé n'être préoccupé que par des choses positives pour l'entreprise...
    Alors pour remplacer l'imagination, l'anticipation, la prévision, on a inventé la réactivité. Voilà maintenant des millions de gens qui ne réfléchissent plus, ne prévoient plus rien et vous trouvent en une fraction de seconde la solution au problème très complexe qu'ils rencontrent du fait de leur imprévision. Inutile de dire que la solution trouvée ainsi ne tient pas la route, à l'image de nos politiques légiférant dans l'urgence et à tort et à travers dès que quelqu'un pète de travers.
    J'ai passé toute mon enfance sans télévision : elle n'existait pas. Les jeunes d'aujourd'hui ne peuvent avoir une idée du temps que j'ai passé à rêver et à imaginer, à observer et à réfléchir sur ce que je voyais. J'ai construit ma vie intellectuelle et psychologique ainsi. Je suis effaré de voir la pauvre capacité d'observation, de réflexion, d'imagination de nos jeunes aujourd'hui.
    Ceci ajouté à la mode du "positivisme" empêchant d'imaginer le pire afin d'obtenir le meilleur n'a pas pour effet de construire quoi que ce soit de bien.

Votre réponse
Postez un commentaire