En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Opération prix libres : Brandalley « dépassé » par son succès (MAJ)

Mis à jour le
Opération prix libres : Brandalley « dépassé » par son succès (MAJ)
 

Le cybermarchand proposait des vêtements, des chaussures, etc. au prix minimum d'un euro. Les 10 000 articles ont été très vite écoulés, selon lui.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

16 opinions
  • murat69
    murat69     

    c trop naz on peu mm pas metre un prix c que de la pub encore une foi

  • jcar06
    jcar06     

    Client depuis plus d un an sur se site, surtout pour les ventes privées, la communication est bonne, le service sérieux avec une bonne gestion des retours

  • flammekuch
    flammekuch     

    N'allez pas sur le site de brandalley, vous laissez vos traces, ils vous gardent dans leur fichier, et il n'y a plus rien de disponible. Et si on portait plainte collectivement pour publicité mensongère ?

  • tasslehoff
    tasslehoff     

    En faite, a part quelques exceptions (soldes, destockage avant fermeture, produit de demonstration, fin de serie), ou le but est d'epuiser les stocks qui ne seront pas renouvellés, toutes les autres promotions n'ont pas le droit de se servir de l'argument plus de stock pour refuser une vente. Le vendeur lorsqu'il s'engage dans une action commerciale doit répondre à la demande au prix défini dans l'annonce, même si le produit est livré plusieurs semaine plus tard le temps du réapprovisionnement.

  • 3359
    3359     

    La plupart des articles affichés sont épuisés. Pourquoi les laisser en ligne au lieu de ne faire figurer que ceux disponibles.
    Est-ce légal ?. Et si l'on demandait l'avis de la DGCCRF ?

  • manele666
    manele666     

    Toute personne ayant l'habitude de ce type de vente, dites " privées" ou "limitées", ont l'habitude de voir des stock épuisés, dans l'heure, voir la demi-heure! Il ne faut alors pas s'étonner de voir la même situation se produire pour une vente d'un tel type, et qui attendait près de 500000 visiteurs!

  • yoyorpypoi
    yoyorpypoi     

    Il ne reste quasiment rien...
    sauf quelques tee-shirt pas terribles

  • YKCCC
    YKCCC     

    C'est claire que 90 000€ pour une news sur plusieurs gros sites comme 01net et sans doute sur des radios et TV c'est vraiment pas cher...

  • Phy.
    Phy.     

    Je vois que mon "côté visionnaire" se heurte à la dure réalité décrite par les comms précédents.

    Zut alors. Mais je ne change pas d'avis pour autant. Pour un petit pas, c'est peut-être un "faux-pas", mais à mon sens, ça reste significatif d'une tendance bien plus lourde que ce qu'on peut croire.

    A plus.

  • Phy.
    Phy.     

    Internet et le logiciel libre ont initié, semble-t-il, un changement bien plus profond que ce que nous en percevons jusqu'à maintenant.

    Si la loi dite "Hadopi" est si passionnée, c'est parce qu'elle oppose deux principes qui apparaissent jusqu'ici irréconciliables :

    "1 : tout travail mérite salaire"
    "2 : le monde n'est pas une marchandise"

    Internet nous a habitués au tout-gratuit, au travail de passionnés non mû par des considérations commerciales. Dans notre tête, nous sommes quasiment tous devenus des pirates, prêts à consommer gratuitement (en râlant contre la pub pour le principe, mais en sachant pertinemment qu'on ne s'en sortirait pas sans, en tous cas, pas en l'état actuel des choses).

    Par ailleurs, le principe de laisser les clients décider du prix en pariant sur leur bonne foi n'a rien d'idiot. En fait, il est déjà largement appliqué, car les fabriquants et les marchands ne vendent pas à prix coûtant, ni même à un prix intégrant une "valeur ajoutée raisonnable" : ils cherchent désespérément le prix psychologique moyen que le consommateur est prêt à payer pour permettre une production en masse.

    Il semble que l'initiative de Brandalley soit un petit pas supplémentaire, après ceux de divers artistes, vers un nouveau modèle économique que ni nous ni nos enfants ne connaîtrons, peut-être nos arrières-petits-enfants si tout va bien, un post-capitalisme intégrant une relation d'argent-affect.

    De fait, depuis son invention, l'argent a toujours été présenté, techniquement, comme un outil dépassionné ("L'argent n'a pas d'odeur") et au quotidien, comme un fantasme exacerbé ("Combien ça coûte", "Qui veut gagner des millions"...)

    La crise qui touche le capitalisme aujourd'hui est avant tout une crise morale, on pourrait même oser le jeu de mots : crise de foi. Le fait que "les patrons" considèrent leurs employés comme des pions bons à jeter lors des délocalisations l'atteste : même si ces "patrons" sont en privé des personnes humaines, au nom du système, ils s'interdisent toute forme de sentiment dans leur travail.

    Or, une personne qui a travaillé pendant des années dans une entreprise n'a jamais travaillé que pour l'argent. Tout ce temps passé a développé un rapport complexe avec son entreprise, et tourner la page en cherchant un nouvel emploi est le plus souvent un déchirement parce qu'on ne peut pas faire autrement que s'investir dans son boulot, c'est profondément humain. Et nier cet aspect en s'arrêtant uniquement à des considérations pécuniaires, c'est continuer indéfiniment à aggraver la crise, même lorsque la croissance sera à nouveau au rendez-vous.

    L'argent que nous connaissons est une monnaie fiduciaire : il repose uniquement sur la confiance. La crise, qui vient des "sub-primes", le démontre amplement : on a trop fait confiance, on s'est cassé la gueule, et on ne fait plus confiance. Les banques n'ont plus confiance dans leurs clients, et ça fait longtemps que les clients n'ont plus confiance en leur banquier. Ils font avec parce qu'ils ne peuvent pas faire autrement, et ils cherchent par tous les moyens à éviter de se faire plumer.

    Faire confiance au consommateur en pariant sur le fait qu'il sera plus humain qu'un système inhumain, ce n'est pas fou. A première vue, c'est même exactement le contraire. Longue vie à Brandalley, le libre, Internet, et sans rancune à Maxime Le Forestier, que j'apprécie particulièrement.

Lire la suite des opinions (16)

Votre réponse
Postez un commentaire