En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Opera postule à l'App Store d'Apple
 

L'éditeur norvégien a soumis Opera Mini 5 à Apple pour qu'il valide son entrée dans le kiosque d'applications. Des concurrents du navigateur Safari y sont déjà proposés.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

6 opinions
  • 01net rédaction
    01net rédaction     

    Bonjour,

    Nous ne connaissons pas le "business model" d'Opera dans le détail, mais une de leur source de revenus identifiée est l'intégration d'Opera Mini dans certains appareils, comme la Wii par exemple, ou certains téléphones mobiles.

    http://www.opera.com/devices/

    Cordialement.

  • mouahahah
    mouahahah     

    Avant, Opéra a deux versions de ses logiciels, une gratuite (avec des publicités) et une payante. Mais cela s'est arrêté en 2005, j'avoue que je ne connais pas son modèle économique aujourd'hui.

    Pour un navigateur comme Mozilla, il y a un accord avec Google qui lui rapporte la majeure partie de ses fonds (chaque requête insérée dans le champ recherche de firefox lui rapporte de l'argent).

    Pour Ubuntu ou Ooo (pas totalement sur pour Ooo mais c'est un détail), le financement passe beaucoup par le développement d'une activité auprès des professionnels (par le biais de la Société Canonical pour Ubuntu) qui paient pour utiliser le logiciel a des fins commerciales (l'utilisation gratuite est limitée à une utilisation à des fins non commerciales) et paient un support technique.

    Enfin, il peut y avoir des donations (Wikipédia ou les petits logiciels tel que Ccleaner, voire les extensions de firefox).

    Il faut aussi se dire qu'il y a pour les logiciels libres (qu'il faut distinguer de gratuits), il y a une communauté de développeur qui apportent leur pierre à l'édifice, ce qui réduit d'autant les besoins en développeurs salariés dont en financement.

  • Réaction ...
    Réaction ...     

    Quelqu'un peut-il m'expliquer comment se finance une organisation comme Opera (qui paie des développeurs et des frais de structure) alors que ses programmes sont disponibles gratuitement ?
    Je ne comprends pas du tout le modèle de financement des ces entreprises qui proposent du gratuit ...

  • HIPe
    HIPe     

    Les quelques navigateurs totalement inconnus présents sur l'AppStore et cités par 01net font plus allure d'alibi pour Apple que de véritable alternative au navigateur Safari...

    A mon avis Opera, qui pourrait être un concurrent sérieux de Safari cette fois, pourrait se voir essuyer un refus tout comme Google avant lui... Mais si je ne m'abuse c'est Opera qui avait saisi la commission européenne contre Microsoft pour concurrence déloyale? Ca serait cool qu'il en fasse autant avec Apple! A moins que Apple sache très bien qu'Opera saisira la commission en cas de refus et qu'ils anticipent en acceptant directement l'application...

  • steph68099
    steph68099     

    Opera a tout simplement sû montrer à travers les années qu'il était meilleur que la pluspart des navigateurs, que ce soit en mobile ou en desktop. Rien que la version 10.51 apportant 24% de puissance en plus que la 10.50 prouve que Opera, "on ne peut pas les stopper" d'après Zakmaf. J'espère vraiment que l'appstore accèpte ce navigateur, même si je suis persuadé qu'ils feront tout pour trouver une faille... à suivre

  • Zakmaf
    Zakmaf     

    Je verrai bien les codeurs de Opera écouter la Fouine avec son morceau "Qui peut me stopper ?"

    Parce que la question qui se pose-là c'est : qui peut les stopper ?

Votre réponse
Postez un commentaire