En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Objectif qualité : la route est longue

Objectif qualité : la route est longue
 

Selon un récent livre blanc**, deux tiers des directeurs informatiques admettent que leur système ' connaît régulièrement ou systématiquement des défaillances majeures '.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • Gerald MOREL
    Gerald MOREL     

    Le système d'information n'est pas un système informatique mais un système au service de l'information.
    Si on n'y prend garde, linformatique peut vite devenir une fin en soi.
    L'application de démarches globales (mais appliquées localement) permet de considérer l'informatique comme contributeur dans des processus métier. Par exemple, une application informatique de gestion des incidents est faite pour aider les opérateurs d'un service hot line à répondre plus vite et plus juste aux clients.

  • Joker_
    Joker_     

    Tiens doncs, comme c'est marrant.
    J'habite dans l'Ain, plus précisément Pays de Gex près de la frontière Suisse, et là aussi mardi les caisses de supermarchés et autres magasins étaiant HS. La raison ?? les cartes bancaires ne fonctionnaient plus ... et ceux dans tous les commerces environnants (d'après discussions avec collègues et amis ... je n'ai pas fais le tour moi-même ;-) ).

  • Hind_
    Hind_     

    Aquel point la gouvernance des Systèmes d'information peut contibuer à améliorer la qualité de l'entreprise ?

  • GAB_
    GAB_     

    Quel ravissement que de voir un journaliste s'adresser à ses lecteurs avec un discours simple.

    Evitons les "véritables politique qualité", les "méthodes Six Sigma" ou autres "réingénierie" dont les vertus d'éblouissement sont garanties (émerveillement et aveuglement simultanés).

    Soyons concrets et simples, n'attendons pas qu'un nouveau concept soit à la mode pour prendre en considération le problème tel qu'on le perçoit (défaillances majeures systématiques ou régulières), la politique adoptée clairement exprimée (travailler plus simplement pour des objectifs plus clairs) et les solutions clairement définies (remettre à plat le processus métier, éradiquer les redondances...).

    N'est-ce pas une approche plus à même d'impliquer les différents acteurs pour avancer ensemble ?

Votre réponse
Postez un commentaire