En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

« Non, le transhumanisme n'est pas une secte »

Mis à jour le
« Non, le transhumanisme n'est pas une secte »
 

Perçu souvent dans les médias comme une nébuleuse dirigée par Ray Kurzweil, le transhumanisme est un mouvement d'idées beaucoup plus complexe qu'il n'y paraît. Le philosophe suisse Gabriel Dorthe revient pour nous sur ce point.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • Josegaut
    Josegaut     

    Il y a tout de même un problème de taille auquel les transhumanistes doivent réfléchir : la surpopulation. Selon des sources trouvées sur le net, le nombre annuel de décès sur Terre est de 59 millions et le nombre de naissances 140 à 150 millions. Des humains immortels signifieraient donc un différentiel d'environ 200 millions d'humains par an. Il ne faudrait pas longtemps pour que les milliards s'accumulent au compteur... Si les transhumains ne mangent plus, ne boivent plus et ne dégagent plus de CO2, s'ils ne transpirent pas et sont insensibles à des températures de 50°C ou plus, il est vrai que la planète est sans doute encore suffisamment grande pour accueillir beaucoup de monde dans des environnements très divers. Mais je serais prêt à parier que, ce que quelques milliardaires ont en tête, c'est un petit "nettoyage" de la population mondiale (tout se met en place pour des crises sans précédent, qui feront des dégâts humains à n'en pas douter) qui remettra les choses à un niveau supportable. Une Terre essentiellement peuplée de milliardaires... Science-fiction ?

Votre réponse
Postez un commentaire