En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Morpheus poursuit le P2P

La Cour suprême a porté un coup aux réseaux d'échanges de fichiers peer-to-peer. Grokster et Streamcast préparent malgré tout leur défense.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

21 opinions
  • Sylvain_
    Sylvain_     

    Oh tiens j'y pense.
    Un producteur a pensé à porter plainte contre les éditeurs de logiciels FTP ?
    Les FTP représentent pourtant une bonne niche pour le warez.

    Ah quelle grosse farce tout ça.... on dirait des enfantillages vus sous un angle capitaliste.

    - "Toi t'as pas le droit de faire ça !!!"
    - "Si si j'ai le droit, va te faire foutre !!!"

    Avec la justice pris entre 2 feux.

  • thomas__
    thomas__     

    c'est cool qu'il y ait des naifs comme TOI sur terre ...

  • oxade
    oxade     

    "sans parler de tous les sites commerciaux qui proliférent a vue d'oeuil"

    petite note, je tiens à rappeler que les majors refusent de rémunérer les artistes sur les ventes en ligne de mp3 sur les "sites commerciaux" car ce support n'est pas indiqué sur leurs contrats.

    Qui vole qui, je me le demande... et je suis moi même artiste.

  • Moonheart
    Moonheart     

    Pascal Nègre... Encore un patron de major cité en exemple... Encore un mec des 0,01% de victimes qui vous servent de prétexte à ignorer les 99,99% d'autres.

    Car, oui, Rachid, il y a 99,99% de victimes innocentes que vous, pro-piratage, ignorez bien volontiers parce que ca vous arrange pour défendre vos idées.
    L'industrie mondiale du disque contient allègrement plus d'un million d'employés "normaux" alors qu'elle n'a pas plus de 100 patrons de majors... Fais le calcul, tu verras que ca donne bien 0,01% de coupable contre 99,99% d'innocents parmis les victimes du piratage.

    Vous pouvez citer les alternatives aux majors en disant "voila, faut faire comme ca" autant que vous voulez, mais je vous signale quand même que les artistes qui tentent de se faire rénumérer par ces voies alternatives ne sont pas moins piratés que les autres, si on compte en % de leurs ventes.

    Cela s'explique d'ailleurs par un autre point que vous, pro-piratage, faites exprès d'ignorer:
    Pour 1 pirate "idéologiste" qui pirate vraiment pour emmerder les majors, y'a 10 pirates "hypocrites" qui reprennent leurs propos alors qu'en fait, major ou pas, ils voleraient de la musique quand même tant qu'ils peuvent le faire sans gros risque d'être pris et 1000 pirates "silencieux" qui laissent les deux premières catégories parler des majors en se foutant de leur gueule et en se disant "c'est cool qu'il y ait des naifs comme ca sur terre... pendant qu'ils attirent l'attention des majors sur eux, les faisant perdre leur temps à essayer de trouver des conciliations dont nous on a rien à battre en fait, ben on peux continuer à choper tous les titres qu'on veut gratuitement et tranquillement"

    Arrêtez de réver!
    Le monde n'est pas si simple!
    Dans la réalité, on a pas des "gentils tout propres" d'un coté et les "méchants pas beaux" de l'autre, c'est uniquement dans les histoires de Walt Disney que ça se passe comme ça.

  • orthographe
    orthographe     

    Bin contrairement à la fable, ici c'est le corbeau qui gagne ! Parce qu'avec un tel charabia orthographique et avec un tel contenu le renard est out ! Merci d'apporter des réponses qui relèvent le niveau au lieu de le reléguer au 36ème sous-sol !!!

  • julbute
    julbute     

    faut revoir l'ortographe parce que là ça depasse tout

  • LautreHé
    LautreHé     

    et si tous les aigris de la vie venaient a disparaitre, cela nous ferait de l'air ...

  • Isidor_
    Isidor_     

    Et c’est là le point fondamental : tous ces artistes dont nous parlons sont des gens libres. Qui créent ce qu’ils veulent, chantent ce qu’ils créent sans forcément se soucier des majors. Ils semblent à l’aise, ils sont à l’aise. Il est en temps en France, que nous agissions vis-à-vis d’eux, avec plus de respect et de curiosité.
    Le mot autoproduit a presque un sens péjoratif en France, alors qu’au Royaume-Uni, aux Etats-Unis, au Canada, en Australie ou en Scandinavie, ce n’est pas le cas. Il est temps que les Français admettent que ce n’est pas parce qu’un artiste ne passe pas sur TF1 qu’il ne mérite pas qu’on s’intéresse à lui.
    Ce n’est pas parce qu’un artiste ne vend pas 2 millions d’albums qu’il est indigne d’intérêt. S’intéresser aux musiques indépendantes, c’est aussi se détacher d’un système de pensée et de conception unique [ grosses radios+ grosses chaînes+ majors+ grande presse] qui n’a pas, qui n’a plus sa place dans un pays de 60 millions d’habitants.

    Matthieu. (cet article a fait le tour de plusieurs sites francophones et a été assez remarqué. Et approuvé.]

    source: http://www.pascalnegre.com/

  • Isidor_
    Isidor_     

    L’absence de formatage chez les artistes autoproduits ( préférons le terme indépendants) est absolue. Prenez le cas Eric Maïolino : à la première écoute, on pense à Pascal Obispo, Florent Pagny. Attardons-nous sur les textes : le chanteur aborde franchement, sans aucun détour l’homosexualité et la difficulté pour deux homosexuels de se promener main dans la main. Qu’on le veuille ou non, l’initiative d’écrire de telles paroles est audacieuse et ce n’est sûrement pas en étant pris en charge par une société de production monolithique que le chanteur aurait pu posséder une telle liberté de ton ( imaginez l’artiste chanter un tel thème à une heure de grand audimat sur TF1 ou France 2...).
    Marge, dont le physique évoque Kate Bush, va plus loin avec son titre Vidéo Police, complainte rock militante, où elle chante une société occidentale cernée aux 4 coins par les caméras. Absente des grands médias, elle a pourtant fait parler d’elle dans des journaux locaux, régionaux ( Midi Libre, la Marseillaise ).
    Jann Halexander a un registre plus sombre, une voix grave couchée sur des musiques austères où il chante l’amertume d’un Métis ou alors tourne en ridicule un écrivain nazi. Lui aussi absent des grands médias, il a pourtant vendu des maxis aux enchères, fait de la scène, des clips et ne donne pas l’impression d’être un chanteur qui rame, au contraire.

  • Isidor_
    Isidor_     

    Eric Maïolino, Bruno Bazinet, Iris en Mars, Solinch, Jann Halexander, Mademoiselle Olivier, Claire Lise, Marge, pour ne citer que ceux-là : tous ces noms ne vous disent presque rien, je crois. Qui sont ces gens ? Des chanteurs, pour la plupart auteurs-compositeurs. Quel est leur point commun ?
    Ils sont autoproduits. Autrement dit : ils se moquent du système !

    Cliquez leurs noms sur les toiles de la jungle internet et vous trouverez des milliers de résultats. Ces artistes indépendants, ignorés des grands médias et des labels indépendants (paradoxe) contribuent pourtant à la diversité du paysage musical francophone, ce qui n'est pas rien. Ils ont su profiter de plates-formes musicales dédiées à l'autoproduction ( www.musiciens.biz, www.autoproduction.net , www.underprod.com, www.les-independants.com ) pour sauver leur intégrité, conserver leur indépendance. Certains sont à la Sacem, d'autres prônent la musique en licence libre, certains vendent, d'autres pas, d'autres encore arrondissent leur fins de mois lors de concerts. La plupart composent leurs mélodies chez eux ( et les studios ne sont pas contents) et créent de façon sincère et naturelle.

    Leur présence, solide, doit être considérée comme le reflet du déclin de la grande industrie musicale française, j'ai nommé le cercle des Majors, qui n'arrivent pas, malgré leur regroupement, à contrer l'expansion des artistes indépendants, des web radios, des téléchargements (abusifs ou pas), des majors dirigées par des commerciaux pour qui argent est un mot plus puissant que talent.
    Des majors qui ne prennent pas de risques et qui n'ont pas à l'esprit que des milliers de gens souhaitent du nouveau. Quand aux labels indépendants qui ont réussi à asseoir leur position après avoir longemps assuré que les Majors faisaient de la musique formatée, nous ne nous attarderons pas trop dessus, ils possèdent la même politique, mais s'en défendent officiellement. L'hypocrisie à la française aurait-elle de beaux jours devant elle ?

Lire la suite des opinions (21)

Votre réponse
Postez un commentaire