En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Michèle Alliot-Marie, lauréate spéciale des Big Brother Awards

Mis à jour le
Michèle Alliot-Marie, lauréate spéciale des Big Brother Awards
 

La ministre de l'Intérieur, Eric Woerth, Frédéric Lefebvre ou encore Bertrand Delanoë ont été épinglés pour leur « mépris du droit à la vie privée » dans le palmarès français 2009 des prix Orwell.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

12 opinions
  • emachedé
    emachedé     

    Bonjour

    Etant des journalistes professionnels, je vous serais gré de bien vouloir respecter les auteurs des images affichées.
    Ainsi je vous remercie par avance de mettre le nom de la source en bas de chacune de vos images qui illustrent ce judicieux article, notamment l'image de Safari 2.0.

    Cordialement,
    Emachedé, Admin du Blog Cpolitic.com

  • jofrmetz
    jofrmetz     

    La france n'est pas une démocratie , qu'on se le dise.C'est une république, nous confions le pouvoir à des délégués (députés et gouv) pour gerer le pays au "mieux".Peut importe que l'on soit satisfait.Dans une démocratie , les délégués ne sont que des instruments; s'ils dévient de l'opinion de la majorité, ils sont virés.Pour éviter cela, il y a eu aussi des démagogues (en grèce).
    Arretons de déformer les définitions; je me souviens que le 14 juillet 2002, J.C a défini la démocratie comme une altérance de "partis", bravo pour un président,ceci dit les journalistes n'ont pas du tout réagi.

  • jofrmetz
    jofrmetz     

    Ce serait interressant si l'on "recensait" tous les "abus" financiers des gens qui nous "régissent"(utilisé à bon esciens).en effet, les gens souffrent alors que les députés ,sénateurs et autres, se votent des lois "incongrues" et ont des "petits" "avantages en nature".
    Ils me semblait que la vie politique devait etre un sacerdoce et non pas un métier, qu'on percevait une indemnité et non pas un salaire.Je le dit d'autant plus que je suis un républicain et jacobin de surcroit (il serait d'ailleurs interressant de frapper d'infamie et confisquer leur "biens" des incompétents en politique, ce serait certainement une source de revenus interressantes pour "équilibrer" le budget du pays )

  • Bof427
    Bof427     

    J'adhère à ce que dit Peuh.
    Le refus du débat est le fait des dirigeants actuels qui pondent des dictats et des lois sans concertation, qui ne respectent pas les libertés des citoyens.
    Ils nous bassinent chaque jour (le président est surnommé "popup") par de la communication à sens unique bourrées de mensonges et de trucages (ils ne sont pas traités de "bonimenteurs" pour rien).

    Vous pouvez toujours vous gargariser de grandes idées sur les origines de la démocratie en refusant de voir la réalité d'aujourd'hui.

    Rêvez et vous permettez à des gens peu scrupuleux à l'égard de notre société et de vous-même de continuer leurs mauvaises actions.

  • Goffdely
    Goffdely     

    Notre démocratie a été inventée en Grèce. On y pratiquait le débat, et pour cela, on apprenait à s'écouter.
    Refuser de lire a priori, ce n'est pas un signe d'intelligence, et encore moins d'intelligence de la démocratie.
    Je crains ceux qui assènent leurs certitudes sans admettre le débat. Ils sont prêts à nous inventer de nouvelles dictatures, sous le prétexte du combat pour la liberté...

  • Peuh !
    Peuh !     

    Les politiciens nous ont tellement habitués depuis des années, mais surtout depuis deux ans, à leurs bobards que plus rien qu'ils puissent dire ou écrire n'est crédible.

    Pour justifier n'importe quoi, ils sont champions à trouver des arguments plus ou moins fallacieux en leur donnant une apparence de vérité.

    Les mensonges, les promesses non tenues, les fanfaronnades, les entorses à la vérité, la mauvaise foi, la malhonnêteté intellectuelle quand elle n'est pas tout court, le trucage, la manipulation des idées et des Hommes, les magouilles, ? arrêtons là pour ne pas en faire deux pages, les discréditent dans presque leur ensemble.

    Ils peuvent donc dire et écrire ce qu'ils veulent, on ne les croit plus. On ne les lit ni ne les écoute même plus.
    Ce texte, je ne l'ai pas lu car il n'a, comme le reste, aucune valeur compte tenu de ce qui est écrit plus haut. 99% de leurs productions communicatives sont de la manipulation et de la mystification et c'est donc à 99% probablement le cas de celui-ci.

    Les Français se contentent désormais de faire le gros dos en attendant l'évènement suivant : que cette équipe, son chef en tête, fiche le camp ; soit prématurément de manière contrainte et forcée, ce qui ferait l'économie de dégradations plus importantes, soit par les prochaines élections présidentielles.

  • Ministère du Budget
    Ministère du Budget     

    Le ministère du budget, des comptes public et de la fonction publique tient à rétablir les faits suite à l'article de Privacy International qui comporte plusieurs contre-vérités. Il est d'abord faux de dire que la lutte contre la fraude coordonnée par Eric WOERTH ne concernerait que les bénéficiaires de minima sociaux : au contraire, la stratégie de lutte contre les fraudes porte en priorité sur les risques à forts enjeux pour nos finances publiques, notamment le lutte contre les paradis fiscaux, la fraude liée aux carrousels de TVA ou la lutte contre le travail dissimulé. Il s'agit de combattre une fraude de plus en plus professionnelle, voire des réseaux mafieux, qui utilisent notamment des "kits" pour se procurer indûment des prestations sociales. Si on ne combat pas la fraude, c'est l'ensemble des citoyens respectant les règles qui devront en payer le coût.

    Concernant le décret "train de vie", il faut rappeler qu'il s'agit d'une procédure de contrôle (et non d'octroi des prestations) qui existait depuis des années dans le domaine fiscal et que le législateur a souhaité fin 2006 (LFSS 2007) étendre au domaine social : cette procédure vise à mettre fin à des cas rares, mais particulièrement choquants, où une personne ayant un véhicule de luxe ou un yatch et un patrimoine immobilier conséquent bénéficierait d'un RMI financé par la collectivité. Toutes les garanties sont apportées en termes de respect du contradictoire. Mais les pouvoirs publics ne pouvaient plus continuer à fermer les yeux devant ces abus.

    Concernant le répertoire national commun de la protection sociale (RNCPS), l'article comporte plusieurs inexactitudes et fait un procès d'intention malhonnête. Rappelons d'abord que c'est en 2006, sur amendement parlementaire, que la création de cet outil a été votée. L'objectif est de simplifier les démarches administratives, de sécuriser l'identification des bénéficiaires, de mieux détecter les anomalies, dont les fraudes, mais aussi les droits à prestation des usagers. L'agent, dûment habilité, d'un organisme social pourra, grâce à ce "guichet unique" connaître la situation de la personne et lui indiquer par exemple un droit à pension ou l'existence d'une aide non versés à ce jour. Un décret d'application est nécessaire et en cours d'élaboration.

    Il ne s'agit pas d'un fichier centralisant toutes les informations relatives aux bénéficiaires ; il s'agit de mettre en place des échanges sécurisés entre organismes sociaux. La loi limite le contenu de ce répertoire à quelques informations administratives de base (NIR, adresse, organismes de rattachement, nature des prestations). Il ne contient notamment pas les montants des prestations servies, la composition familiale, les ressources des bénéficiaires, les comptes bancaires?

    Toutes les garanties apportées par la législation relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés sont respectées et en amont de la création de ce répertoire : le dossier est soumis à l'autorisation préalable de la CNIL. Le dossier a été déposé fin 2008 et est en cours d'examen par la CNIL. Le projet de décret sera également soumis au Conseil d'Etat.

    La mise en oeuvre du RNCPS se fait donc en toute transparence : la loi fixe son contenu et ses destinataires et chaque allocataire sera informé sur les formulaires de ses droits d'accès et de rectification. Seuls des agents individuellement désignés et dûment habilités pourront accéder aux données du répertoire.

    Comme son nom l'indique, il s'agit d'un répertoire limité aux organismes de protection sociale, et qui n'est pas consultable par les autres services de l'Etat, et notamment les services fiscaux. De ce fait, le NIR y est utilisé en stricte conformité avec la position exprimée par la CNIL selon laquelle cet identifiant doit être cantonné à la sphère sociale.

  • citoyen48
    citoyen48     

    Il n'y avait pas de caméras à Strasbourg pour surveiller les mouvements de foule et ainsi prévenir la délinquance et la casse ?. On installe des caméras mais on s'aperçoit qu'elle sont inutiles.

  • GOUBOULE
    GOUBOULE     

    On en oublirait presque le pass Navigo qui, malgré les mensonge de la RATP qui déclare qu'on ne peut pister personne avec , a fait l'objet d'un reportage ou la Police repère l'identité et l'adresse d'un voleur à la tire à cause de son PASS ! Bien fait pour lui (il agressait les personnes handicapées ou faibles à la station St Germain) mais c'est la parfaite démonstration que ce badge est bien loin d'être anonyme et que la RATP coopère pleinement avec la Police dans le partage des données !!!

  • Gourmet
    Gourmet     

    Ce qui amène à réfléchir sur l'objet profond du développement de cette surveillance c'est que ce n'est JAMAIS le vulgus pecum qui fait des conneries mais des gens haut placé qui ont leurs entrées dans les ministères, les cabinets et les cercles fermés de gens influents.
    Alors ? Pourquoi ?

    Ne serait-ce pas, JUSTEMENT, pour tuer dans l'oeuf (via manipulation, intimidation, menace et extorsion) toute tentative citoyenne de dénoncer, amener en justice les actions perpétrées à l'encontre de la communauté par ces chers "influents" ?
    L'HADOPI, la future LOPSI, le fichage passé à la Pasqua vont bel et bien dans ce sens.
    db

Lire la suite des opinions (12)

Votre réponse
Postez un commentaire