En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

L'industrie du disque dit leurs dix vérités aux pirates

L'industrie du disque dit leurs dix vérités aux pirates
 

La Fédération internationale de l'industrie phonographique (Ifpi) veut tordre le cou à plusieurs idées reçues sur l'échange de fichiers piratés.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

54 opinions
  • Le_musicien_libre
    Le_musicien_libre     

    C'est une farce cette histoire de dix vérités ou quoi ? sa devient inquiétant d'employer des arguments aussi pauvres, ridicule ! moi je pisse sur l'industrie du disque ! bon télécharger à tous !!!

  • ANAWANA
    ANAWANA     

    LE PHENOMENE DE PIRATAGE A PRIS DES DIMENSIONS FOLLES EN ALGERIE DE MANIERE A METTRE EN DANGER TOUTE L'INDUSTRIE ET LA VIE MEME DES STUDIOS DES MAISONS D'EDITIONS ET DES ARTISTES EUX MEMES
    - QUE LES GENS COPIENT A USAGE PERSONNELS OU FAMILIALE C'EST POSSIBLE MAIS DE LA A METTRE LA VIE DE TOUTE UNE CORPORATION EN DANGER CE N'EST PAS CONCEVABLE .

    MA CONTRIBUTION POUR L'OUVERTURE D'UN FORUM SUR L'ALGERIE AVEC DES PROPOSITIONS CONCRETES DEESTINEES AUX AUTORITES EN PLACE
    1. CREATION D'UNE BRIGADE SPECIALE AU NIVEAU DU MINISTERE DE L'INTERIEUR ET DE LA GENDARMERIE NATIONALE AVEC EVENTUELLEMENT LA PARTICIPATION DE L OFFICE NATIONAL DES DROITS D'AUTEURS [g]SANS LES TCHIPISTES[/g]
    2. COMPAGNE D'INFORMATION PAR LES MEDIAS -RADIO ET TELEVISION-
    SANS CES DEUX PROPOSITIONS IMMEDIATES -FIN 2007-
    IL N'Y AURA PLUS D'INDUSTRIE DE L'AUDIOVISUELLE EN JUIN 2008
    URGENCE SIGNALEE

    [color=#ce0000][g]Edit de modération: Évitez d'écrire en majuscule, merci d'avance.[/g][/color]

  • JGim
    JGim     

    Chiffres 2006 de Universal :
    http://www.vivendi.com/corp/fr/filiales/universal_music_group.php

    Rapport 2006 de Vivendi (maison mère de Universal) (34 pages de compta, 18 pages de social et 7 pages d'environnemental)
    http://www.vivendi.com/corp/fr/information_reglementee/documents/20070330ComptesSociaux2006.pdf

    Rapports 2006 de Sony (14 documents pdf) :
    http://www.sony.net/SonyInfo/IR/financial/ar/2006/index.html

    Rapports de EMI (2003, 2004, 2005 et 2006) :
    http://www.emigroup.com/Financial/Default.htm

    Page d'accueil de EMI :
    http://www.emigroup.com/Default.htm
    où l'on peut trouver les parties suivantes : Vue d'ensemble, Presse, Rapports financiers et Responsabilité sociétale.


    Rien n'est secret. Quand on cherche l'info, on la trouve, et ça a toujours été le cas. Les infos d'une entreprise donnée sont accessibles légalement à toute personne.

    Evidemment, si on attend de trouver les infos intéressantes à la télé, on est mal barré !

  • JGim
    JGim     

    Re-réponse :

    1- Juste ce qu'il fallait dire : moins y en a qui paie, plus ce sera cher, puisqu'ils vont le "prendre en compte". Donc, il est tout à fait normal de voler, puisque le manque à gagner sera rattrapé sur le compte de ceux qui paient?

    4- A ma connaissance, ceux qui écoutent le plus de musique "alternative" sont aussi ceux qui piratent le plus. Je n'ai pas les moyens de vérifier, mais à mon avis, le Français moyen qui aime Johnny achète les disques qu'il écoute plus souvent que l'alter-mondialiste p2p-eur.

    4 bis- Qui c'est celui-là, pour définir qui est un artiste et qui ne l'est pas ? Selon ses goûts personnels, certainement. Encore une fois, Johnny, c'est peut-être pas de l'art selon ce monsieur, puisque c'est de l'industrie, n'empêche qu'il se la roule tranquille, sans subventions et sans discours à 2 balles, et que les gens achètent, tout simplement.

    5- La remarque 5 d'origine était juste : plus la clientèle qui paie se resserre, plus la prise de risque sera limitée, donc moins les petits groupes "pas genre starlettes" auront de chances de trouver producteur. Sur la question du "choix", celui-ci repose bien évidemment sur les consommateurs, et non sur les producteurs (majors ou pas majors). Désolé, mais regardons notre humanité bien en face : les clients veulent de la R'n'B et du Johnny, les majors produisent de la R'n'B et du Johnny. Pourquoi feraient-ils différemment ? Si les clients voulaient de l'auteur-compositeur alternatif ultra-cérébral seul avec sa guitare et son pote au djembé, les majors en proposeraient. Si l'électro avaient plus de clients "payeurs", les majors en proposeraient. C'est des gens rationnels.

    7- L'industrie porte une attention totale aux attentes du publics, puisqu'elle dépend justement de lui. C'est la définition même de tout marché. Elle ne porte pas une attention particulière aux anti-droits d'auteur, parce que c'est, par définition, des mauvais payeurs.

    8- En effet, la Chine ne peut pas servir d'exemple : un Chinois pauvre n'a pas d'ordinateur, ni Internet, donc il ne pirate pas, c'est évident. Cependant, le manque d'argent n'est effectivement pas une explication. Ca serait trop simple. C'est plus une question de personnes.

    10- La remarque 10 de départ était fausse. On découvre un paquet de trucs inimaginable en p2p, y compris des artistes ultra-confidentiels (par homonymies, par mots de titres, etc). Cependant, la réponse 10 et aussi une anerie. Le p2p reflette ce que les gens veulent, et non ce que choisit l'industrie. Qu'est devenu le débardeur que portait ma mère en 1985 ? Matériellement, il existe toujours, mais bon, il sort pas du placard? Est-ce que c'est l'industrie qui obligent le public à changer de goût en permanence ? Le public veut du nouveau, toujours et dans tous les domaines. Même mon aspirateur, il est "nouveau". Voila pourquoi on oublie tout. D'ailleurs, est-ce que qqun peut citer un artiste alternatif "le genre pas jetable, non non, un artiste, un vrai" des années 1980 ? Pourtant y'en avait? On en a connus? Que sont-ils devenus ? On s'en souvient encore moins que du lavabo ! Dernier mot : "investir dans des produits". On achète un disque parce qu'on aime, pas pour faire un investissement.

  • hophop1
    hophop1     

    +1
    :lol: :lol: :lol:

  • ericlagaffe
    ericlagaffe     

    Je suis parfaitement ok avec ce que MaxLeMans a écrit mais en rajoutant le caractère Inique des DRM, je ne suis pas un téléchargeur illégal (manque de courage ?) mais ce qu'il dit est empreint de vérite

  • ericlagaffe
    ericlagaffe     

    je n'ai jamais pour ma part téléchargé de fichier audio ou vidéo, par contre, j'ai été scandalisé par les DRM que j'ai eu en payant des fichiers audios sur le site de VirginMéga, c'est de l'escroquerie : on y dit que l'on peut acheter un morceau musical mais ce n'est pas vrai, le DRM demande à chaque écoute du morceau l'autorisation du diffuseur d'origine pour diffuser la musique (qu'on a soit disant acheté)... Imaginez ce que ça pourrait donner pour un marchand de vêtements, il faudrait qu'à chaque fois que l'on veut porter ce vêtement avoir la permission du fabricant ou du vendeur pour pouvoir mettre le vêtement, ce n'est pas, pour moi de l'achat. L'achat d'un article pour moi, c'est la faculté de jouïr de l'article acheté à la convenance de l'acheteur, les DRM ne permettent pas d'utiliser les morceaux sur tous les types de lecteurs... Les sites utilisant ce genre de procédés devraient être attaqués en justice...
    Pour ma part, je ne télécharge toujours pas de morceaux audios ou vidéos mais je n'en achète pas non plus, les majors ont gagnées ?

  • beluganos
    beluganos     

    Bonjour

    Convaincu oui !

    Mais je sais moi aussi mettre en avant certaines vérités vrais... et les autres je n'en parle pas ?

    Les majors et leurs intermédiaires se goinffrent depuis tant d'années : vérité ?

    Tous ou beaucoups de corps de métiers concernés ont évolués et acceptés que la rué vers l'or se termine (comme toujours des belles années et puis aprés on s'ajuste) : la filliere musique s'obstine :
    vérité ?

    Sur une compile combien de nouveaux titres ? Et sur les "anciens" morceaux toujours les mêmes marges :
    vérité ?

    ALors dix ? Ou dix mille ?
    Vraiment ce réseau continue de prendre les clients pour des gogos... pour être poli...

    Bonsoir

  • wtaquarius
    wtaquarius     

    grace au p2p on peut gouter ce que nous vendent à cout de pub les majors
    apres un matraquage d'1 ou 2 tubes et de pub , on nous refile un album absolument nul .
    lorsque vous voyez une bande annonce d'enfer elle est souvent la seule chose interessante du film. alors 20 ? par ci 10 ? par la , cela finit par couter cher la mediocrite
    alors on limite et on goute
    et ca cela les embete les majors que l'on puisse acheter les yeux ouverts et non plus uniquement ce qu'ils ont envie de nous vendre

    faites de la qualite vous serez recompenser

  • Belzebuth_2
    Belzebuth_2     

    dans la limite de 30% de l'oeuvre, c'est autorisé, et on reverse normalement une contrepartie pour les droits d'auteur (il faut/suffit de remplir un petit papier où on indique l'ouvrage/document photocopié).

Lire la suite des opinions (54)

Votre réponse
Postez un commentaire