En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Licenciées pour des propos injurieux sur Facebook

Mis à jour le
Licenciées pour des propos injurieux  sur Facebook
 

Trois salariées de SOS Femmes ont été licenciées pour faute lourde à cause d'une conversation sur leurs conditions de travail sur le réseau social. Elles ont saisi les prudhommes.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

15 opinions
  • barbapapa99
    barbapapa99     

    l'incitation a la violence ne trouble pas l'ordre public, et il est normal d'injurier son patron et certains collègues.
    ben voyons...

    Si quelqu'un vous insulte ça vous indiffère, vous ? Alors heureusement que la loi vous protège !

  • barbapapa99
    barbapapa99     

    Tel est pris qui croyait prendre.
    Les propos tenus se retournent contre ceux qui les ont prononcés.
    Pourtant reste un moyen simple de communication : le téléphone ! ouais je sais c'est ringard mais ça évite bien des soucis car les lois existent déjà pour ce support.
    De toute façon l'incitation à la violence doit être condamnée en toute circonstances. La loi du plus fort n'est jamais la meilleure.

  • Mr.P
    Mr.P     

    Bah oui ca s'appelle le devoir de loyauté ou "droit de réserve" !


    Si elle porte atteinte en publique a leur société alors oui c'est tout a fait normal.

  • Mr.P
    Mr.P     

    '' Mais sans aller jusqu'à ces cas extrêmes, les tribunaux considèrent, par exemple, que des critiques publiques à l'encontre de l'entreprise peuvent être sanctionnées : la liberté d'expression du salarié doit prendre en compte son obligation de loyauté. Ce qu'on appelle communément le « devoir de réserve », qui impose de ne pas porter atteinte à l'image de l'entreprise. '' (Merci de ne pas se limité a certains article mais aussi au droit du travail et au jurisprudence)

    Et ce n'est pas l'employeur qui a fouillé, soit ces dames l'ont accepté sur leur FB, soit quelqu'un qu'elles ont accepté l'a rapporté a leur hiérarchie, donc de toute facon c'est de leur faute. De toute façon facebook étant ouvert aux autres ce n'est pas pour moi du domaine privé, donc j'espère que le licenciement sera confirmé !

  • Mr. P
    Mr. P     

    J'espère que le tribunal des prudhommes validera le licenciement pour faute grave.
    Facebook n'est pas de la correspondance privé,et j'espère que ces personne seront traité de façon exemplaire ! En espérant que ca face réfléchir les autres au danger de facebook, et que ce n'est pas le l'outil pour raconter ce genre de chose.

  • Ronan Hardouin
    Ronan Hardouin     

    Savez-vous par quelle fonctionnalité de facebook ces propos ont été tenus?

    Je m'explique:

    La frontière entre le public et le privée délimitée par les notions de détermination (message adressé à une personne ciblée) et d'individualisation (fait de s'assurer que seule la personne ciblée ait accès au message).

    Si ces deux conditions sont réunies (la jurisprudence parle quelquefois de "communauté d'intérêt" même si cette notion est, à mon avis, floue), la communication est juridiquement qualifiée de correspondance privée.

    A priori tel est le cas pour le service de messagerie électronique.

    La logique est à mon avis différente concernant les propos publiés sur les "walls" de nos contacts dans la mesure où l'ensemble des amis de la personne à laquelle est adressée le message a également accès au propos. La condition d'individualisation est alors manquante dans ce cas et les défendeurs ne pourront invoquer la législation relative aux secrets des correspondances. Au contraire c'est le droit des communications publiques qui leur sera, dans ce cas, applicable.

  • zeoithzuhgiuehrgiuhqiu
    zeoithzuhgiuehrgiuhqiu     

    Quand on considère HADOPI .....

  • Damsfx
    Damsfx     

    Extrait de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 :

    Article X
    Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la Loi.

    Article XI
    La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté, dans les cas déterminés par la Loi.

    Il serais temps que "la Loi" se prononce sur ces questions épineuses.

  • Jeannot77
    Jeannot77     

    Quand on vous dit et répète et re-re-re-répète qu'il ne faut pas aller sur les réseaux sociaux car ça peut se retourner contre vous même si vous êtes persuadé que "non je ne mets pas d'informations personnelles" et bien c'est pas pour rien!!!!

  • mxdt
    mxdt     

    Attention tout de même, la liberté d'expression OUI, mais l'incitation au meutre et l'appel a la haine NON.

    On ne sait pas ce qui a été dit, mais même si c'etait une plaisanterie, on ne plaisante pas de cette maniere ouvertement au web tout entier.

Lire la suite des opinions (15)

Votre réponse
Postez un commentaire