En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le

La Cour de cassation a validé un licenciement pour faute grave qui s'appuyait sur un temps de connexion trop important.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

21 opinions
  • Frolau
    Frolau     

    De toute évidence, il n'y a pas que les juges qui ne connaisent pas les nouvelles technologies. De toute évidence, le poste informatique utilisé était connecte a Internet par un simple modem. C'est la facture TELECOM qui a alerte l'employeur.
    Depuis que l'accès a Internet est centralisé dans les entreprises, le firewall qui est le passage obligé de tous les surfeurs de l'entreprise fournis des statistiques d'utilisation par poste et par utilisateur identifié sur cette machine, avec la liste des sites visité.
    La manipulation des historiques ne servirais a rien.

  • dqr
    dqr     

    Attend, tu as un contrat de travail pour faire tel ou tel boulot, pas pour passer ton temps sur Internet !

    D'accord, reste ensuite à prouver effectivement que tu "glandes" sur Internet au lieu de bosser...

  • emmanuel57
    emmanuel57     

    Mais dans quel monde vit-on ?
    Ou est la reelle démocratie ? ou commence t-elle, ou s'arrête t elle ? La réponse ? La démocratie commence et s'arrête dans l'isoloir, rien de plus. Le reste du temps, elle n'existe pas, e surtout pas au sein d'une entreprise ou règne le Totalitarisme !!!

  • Cathy 666
    Cathy 666     

    vous avez raison, soyons simple, chaque chose à sa place, surtout ne pas oser l'ouvrir, et les moutons seront bien gardés. Je me sens rassurée.

    Non, je plaisante...

  • rubised
    rubised     

    Il y a bien abus du salarié ,il n'est pas payé pour surfer durant ses heures de travail,et en plus il a le culot de contester,il confirme ainsi sa mauvaise fois et malhonnetté,il n'a que ce qu'il mérite,et je ne suis pourtant qu'un ancien salarié en retraite
    triste mentalité de cette personne

  • Cathy 666
    Cathy 666     

    "ou travaillez vous ????"
    Bien que cette question à l'évidence ne s'applique qu'au posteurs qui réagissent comme des chiens de pavlov au mot "travail" du haut de leurs certitudes, je vais préciser mon cas personnel : je dirige une entreprise que j'ai fondée, qui fait travailler aujourd'hui une centaine d'ingénieurs. De fait, comme c'est mon argent et mon investissement personnel, ce sont plutot des résultats qui m'importent plutot que les grands mots.

    En particulier, en tant que chef d'entrepires, j'ai au a gérer plusieurs cas de "glandeurs". Voici comment moi j'ai fait : j'ai d'abord essayé de comprendre pourquoi ces personnes ont fait de la sorte, dans un grand respect de la personne humain. Je ne suis pas partie de l'idéologie que les humains doivent etre traité au fouet, mais qu'ils ont des motivations le plus souvent respectables meme si non explicites. En l'occurence, il s'agissait de pb tels travail ininteressant, pb de n'avoir pas trouver sa place parmi les collègues, etc... Glander etait juste le symptome d'un mal, et non un mal en soi.
    Une fois identifié le pb profond, avec respect, j'ai proposé a ces personnes un plan pour changer cette situation. ENsuite j'ai pris une sanction simple : je n'ai pas payé les heures glandées (j'ai "incité" les personne à prendre du congé sans solde de durée equivalente). Enfin, une fois remis sur le rails, je n'ai plus jamais evoqué cet incident de parcours.
    Résultat : cela ne m'a pas couté un sou, ces personnes sont devenues hypermotivées et hyperproductives, car elles se sont senties respectées et ont totale confiance en moi, et y a une super ambiance et un super moral dans mes troupes, et ils se défonce pour ma boite.

    La différence ? Je ne sors pas d'un MBA, où j'aurais appris à me croire supérieure et à traiter les employés comme du bétail jetable. J'ai au contraire seulement un certain age et je crois une bonne connaissance des hommes et de comment les diriger, et un grand respect pour eux.

    Mais effectivement, aujourd'hui, nombre de DRH ont moins de 30ans (cad ne connaissent rien aux hommes, et recrute avec la graphologie, l'astrologie et autre morphopsychologie), et le respect des "esclaves" n'est pas une valeur dominante à notre époque, (suffit de voir cette caissiere allemande virée pour un euro... )

  • jmax18
    jmax18     

    Cathy, je suis tout à fait d'accord avec vous sur l'espèce de mascarade que représente le monde du travail « à la française » : vous avez totalement raison quand vous dites que les cadres sont plus occupés à se « couvrir » d'une hiérarchie qui a une logique d'épicier (compter le nombre d'heures de travail par exemple) qu'à imaginer des solutions qui sortent un tout petit peu de l'ordinaire (cette même hiérarchie verrait d'ailleurs d'un bien mauvais oeil le fait d'essayer de faire les choses autrement).
    C'est pour cette raison qu'en France, un cadre doit rester tard au travail, prendre l'air très occupé, à la limite du surmenage (mais pas tout à fait quand même) et surtout sembler crouler sous le travail et les responsabilités ? c'est la grande farce !!!! Comment se fait-il que les cadres allemands, belges ou hollandais quittent leurs bureaux à 17h30?. Ils travaillent moins bien ou moins qu'en France ??? Pas du tout et vous le savez. C'est tout simplement que leur culture plus pragmatique leur fait réaliser qu'ils sont là pour réaliser une tâche (en échange d'un salaire) et non pas faire des heures de travail? joli terme bien creux d'ailleurs, qu'on voit bien dans certains posts précédents : « il est au travail pour travailler », « 20 mn de glandouille par jour représente XX euros »?
    Je vous retourne à mon tour la question ??? ou travaillez vous ???? Vous travaillez à la chaine ou quoi pour considérer que si vous perdez qques minutes sur le net, au café ou même aux toilettes (soyons fous) votre travail sera moins important en volume donc que vous faites perdre de l'argent à votre entreprise ?
    Perso, mon métier me demande d'aboutir à des résultats, d'atteindre des objectifs fixés, et non pas de « travailler » X heures pas semaine et par mois?
    Quand on voit cette mentalité, on comprend mieux pourquoi on voit beaucoup plus de « chef de ceci » et « chef de cela » qui surveillent que de managers qui managent réellement..

  • Cathy 666
    Cathy 666     

    Lisez donc mon premier post, vous aurez la réponse (si vous savez lire...)

  • Bibract
    Bibract     

    La lecture de votre post est effectivement édifiante. La sieste, les bisounours, la puissance, quand les entreprises ferment dans des conditions indéfendables. De quelle entreprise parlez-vous ? De quelle usine parlez-vous ? Dans quel secteur "travaillez" vous (si vous acceptez le terme travail) ? Dans quel monde vivez-vous ? Et encore une fois quel rapport avec l'arrêt de la chambre sociale ?

  • Bibract
    Bibract     

    Votre style ampoulé ne comble pas vos lacunes. Les arguments sont dans mon post précédent, il suffit de le lire. Vous faites de la mauvaise politique en confondant les propos du président de la république et un arrêt de la chambre sociale de la cour de cassation. Si vous estimez que tout est poreux, que tout se vaut, que rien ne vaut rien, que l'on ne peut rien dire sans avoir nécessairement une idée cachée derrière la tête, c'est votre droit. L'article de presse commentait juste un arrêt de cassation, ce qui ne semble pas vous avoir effleuré.

Lire la suite des opinions (21)

Votre réponse
Postez un commentaire