En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Les webradios sur la voie de la légalité

Les webradios sur la voie de la légalité
 

Les maisons de disques ont défini les droits que doivent payer les diffuseurs de musique en ligne. Une tarification spéciale, plus légère, a été mise en place pour les petites webradios.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • Bilbonotry
    Bilbonotry     

    Sans revenir sur la question morale, je ne trouve pas logique que les radios doivent payer à la fois auteur et producteur. De deux choses l'une : soit on considère la musique comme une oeuvre intellectuelle et on paie la SACEM, soit on considère que c'est un produit et on paie les producteurs qui paient eux-mêmes les auteurs. Quand j'achète un fruit, je ne paie que le marchand, pas le paysan.

  • lgene
    lgene     

    Les conditions tarifaires pour l'exploitation d'oeuvres musicales sur une webradio ne me paraissent pas abusives. La SPPF représentent environ 800 labels en France et la SCPP idem (dont les majors). Etant donné que les webradios peuvent être source de revenus, c'est plutot logique. D'autant qu'il y a une adaptation des grilles tarifaires en fonction de la taille de la webradio. Même la SACEM propose différentes options de rémunérations des artistes.
    Après, la webradio peut faire le choix de ne diffuser qu'en licence Créative, ou de ne pas diffuser certains labels...
    Enfin, la musique n'est pas gratuite, ça coute de l'argent pour en faire, pour la promouvoir...
    Désolé si je parais un peu réac...

  • Leksa
    Leksa     

    Bonjour à vous

    Et bien je suis écoeuré lorsque je vois de telle décision prise en France ou une veritable culture existe.

    Les majors et industriels de la musique continuent de s'en mettent pleins les poches et seuls les plus gros qui produisent de la musique plus que formatée survivront : C'est scadaleux de meller le libéralisme à la culture !

    Je dis NON a NRJ, Skyrock, et toutes ces radios debordant d'aneries !

    Ces gens ont-ils aussi pensé à tous les artistes qui font de la musique sous Licence Libres ou Licence Creative Commons ?

    L'alternative existe et je voulais bien savoir si c'est impot sera aussi effectif pour ces webradios ?

    C'est une honte, et le pire c'est que les gens ne disent rien et continue d'etre formatés, et bah bravo je passe mon coup de gueule et vais vite faire tourner cette info !!

    A bientôt, vive la musique libre et une vraie culture :jap:

Votre réponse
Postez un commentaire