En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Les tweets, un moyen de pister une épidémie ?

Les tweets, un moyen de pister une épidémie ?
 

En étudiant les mots employés sur Twitter, des chercheurs anglais envisagent la possibilité d'anticiper l'arrivée des épidémies, comme celle de la grippe.

Newsletter Actualités

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • Gourmet
    Gourmet     

    Les autorités sont toujours très lentes à réagir à l'évolution technologique et sociale.
    Lorsqu'elles le font c'est assez souvent sans discernement aucun et avec l'empreinte d'un éléphant dans un magasin de porcelaines.
    Alors oui les nouveaux medias changent la donne mais jusque quand ?
    Filtrage, renforcement de la propriété intellectuelle, etc ne sont que des manoeuvres qui, sous un couvert légitime (resp. la lutte contre la pédopornographie et la lutte contre la contrfaçon) tentent d'étouffer la montée en puissance de ces nouveaux moyens de communication.
    Certains l'ont bien compris en appuyant de toutes leurs forces ces législations (en ressortant le mythe du terroriste [*] par exemple) et en prenant bien soin de filtrer à des km à la ronde les personnes assistant à tout discours (pas de portable, pas d'ordinateur, pas d'appareil photo).

    Ensuite, il faut bien comprendre que plus il y aura de participants plus il y aura de bruit et isoler le bon grain de l'ivraie dans un nuage de particules de plusieurs dizaines de milliards d'unités ça va pas être simple.
    Le coup de gueule risque fort de passer inaperçu ou de déclencher un effet contraire s'il est, malgré tout, démultiplié.
    C'est pourquoi le journaliste DOIT conserver son rôle.
    Je vois donc plutôt ces medias comme une arme de dissuasion vis-à-vis des journalistes :
    - attention, si tu ne fais pas bien ton travail en toute indépendance (vis-à-vis de la pub, du pouvoir, etc) on va le faire à ta place et toit tu disparaîtras (seras remplacé, etc) !
    Etant donné le coût (humain, financier et temporel) lié à la profession de journaliste, au niveau local (qq centaines de personnes), rien, à mon avis, ne peut remplacer ces nouveaux medias, la confiance s'établissant bien plus facilement dans un petit contexte.
    db

    [*] C'est bien un mythe car, de nos jours, et dans nos contrées les actions terroristes sont bien moins nombreuses que jadis (années 70 et 80) même si elles sont parfois spectaculaires.
    Les terroristes ayant bien davantage de moyens que le vulgus pecum, tout ce que peuvent atteindre ces lois liberticides c'est le rebelle du dimanche et non les vrais terroristes. D'où le mythe.

  • le_pouvoir_en_ligne
    le_pouvoir_en_ligne     

    Ce qui est classe c'est qu'on commence à avoir le moyen de semer la pagaille à bon excient.

    Que ce soit par les apéros facebook, ou les tweet sur la grippe, on a maintenant le moyen de communiquer plus vite que les médias traditionnels et peut-être comme eux verser dans la désinformation de masse et arriver à les impressionner, comme eux, même sans réelle matière.

    Et c'est plus qu'important à l'heure ou l'élysée a dans sa poche par copinage et par nommage de direction, les grandes chaines qui font les JT du peuples d'en bas.

    Il est maintenant assez facile de se fédérer même entre inconnus pour défendre nos idées et opinions et faire éclater les scandales qu'on ne relaie ou seulement pour les étouffer.

Votre réponse
Postez un commentaire