En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Les téléphones Wi-Fi alimentent la polémique sur le danger des rayonnements

Les téléphones Wi-Fi alimentent la polémique sur le danger des rayonnements
 

Des chercheurs s'inquiètent du manque d'information sur les précautions à prendre face aux émissions d'ondes liées au sans-fil.

Inscrivez-vous à la Newsletter Actualités

Newsletter Actualités

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

14 opinions
  • Philippekerdilles
    Philippekerdilles     

    Avec le développement des nouvelles technologies, la vie des Hommes est simplifiée. Bien qu'il ait des avantages, il faudrait comprendre aussi ses inconvénients. Personnellement, je m'ennuie pour l'avenir des Humanités avec tous ces rayonnements par le téléphone. Philippe de site http://www.iconeby.fr

  • Ludo321
    Ludo321     

    L'amiante n'a jamais tué personne dans la première décennie de son utilisation ...

  • manik
    manik     

    Je m'inquiète des effets sur la santé de la connection à internet, par satellite, wifi et gsm, imposée dans les TGV EST à des passagers réguliers de cette ligne SNCF. Est ce qu'il existe des études sur ce sujet?

  • manik
    manik     

    Je m'inquiète des effets sur la santé de la connection à internet, par satellite et wifi, imposée dans les TGV EST à des passagers réguliers de cette ligne SNCF. Est ce qu'il existe des études sur ce sujet?

  • nermal13
    nermal13     

    Bonjour ;

    Je ne donnerai pas de chiffres (je les ignore) mais simplement un rappel historique.
    Lors des premiers pas de la TSF utilisant alors le Système Marconi ; des ondes courtes et messages en morse (les fameux S.O.S ...---...) ; les premières stations de radio étaient très rustiques : opérateurs et matériel en bas, antennes sur le toit.
    Assez rapidement on constata que les opérateurs étaient sujets à divers troubles :
    - du sommeil
    - maux de tête très fréquents
    - stress
    - irritabilité
    - digestion
    - etc.

    L'ensemble de ces symptomes disparaissant pendant leurs vacances ou en période de repos prolongée (15 jours au moins).
    On comprit rapidement que les ondes courtes agissaient sur les opérateurs.
    On en tira deux conséquences :
    - les antennes furent déportées et installées plus loin
    - on inventa après quelques essais cliniques des appareils de soins (toujours utilisés actuellement : les appareils à ondes courtes médicaux, utilisés déjà en 1914. Plus tard viendront les radars médicaux - fréquences différentes)

    Bien entendu les doses devaient être bien plus importantes que celles de nos téléphones portables ou réseaux Wi-Fi actuels. Mais les ondes radio ont bel et bien une influence sur nos organismes (les caniches au micro-ondes...).

    En utilisation médicale, les appareils à ondes-courtes fonctionnent selon 2 modes :
    - continu
    - pulsé : temps de travail = temps de repos. On considère que la chaleur produite pendant la durée de l'impulsion est dissipée pendant le temps de repos ce qui permet théoriquement de l'utiliser sur du matériel d'ostéosynthèse (vis, plaques, etc.) Divers cas ont été rapportés de brulures internes (les ondes étant réfléchies par les plaques métalliques, elles ont "cuit" les tissus au contact de ces plaques). Idem pour des femmes porteuses de stérilet tout métal.
    Attention, dans ces deux cas les "antennes" étaient focalisés directement sur les matériels métalliques présents dans le corps = "le stérilet n'a pas brulé en traîtant une entorse de la cheville !!!"

    Outre la chaleur produite (quasi non mesurable en mode pulsé) et des effets sur la douleur et inflammations, on constate également une consolidation osseuse plus rapide des fractures (de 30 à 50% de temps en moins en moyenne).
    Ce type de protocole de soins est assez méconnu en France mais bien plus répandu dans l'Europe du Nord.
    Il est fortement déconseillé d'utiliser ce type d'appareil sur des patients atteints de cancer car un des effets indirects est l'accélération du taux de renouvellement cellulaire... ce qui n'est pas souhaitable pour des patients cancéreux bien entendu. Cet effet indirect sur le renouvellemnt cellulaire est assez peu clairement démontré, cependant la logique du "Principe de Précaution" s'applique.
    Le plus généralement la partie à traiter est placée entre deux "électrodes" qui sont plus exactement des antennes en émission/réception (taille de 5 à 20 centimètres).
    Un des tests pour vérifier que les appareils fonctionne étant de placer dans le champ induit un mini tube néon, qui... s'éclaire très bien.
    Non, en principe, on ne place pas la tête du patient entre les "écouteurs/antennes".

    Je n'ai aucune opinion à formuler quand à l'inocuité ou la nocivité des GSM et autres Wi-Fi : mon propos n'est qu'informatif.
    Mais si vous écoutez plus que vous ne parlez au téléphone, votre antenne reçoit plus qu'elle n'émet ==> votre tête reçoit moins d'ondes.
    Mais... les mesures sont complexes :
    - les rayonnements s'ajoutent
    - les rayonnements varient selon que le réseau est fluide ou très chargé
    - etc.
    L'ajout des rayonnements suit cette analogie :
    - 1 personne dans une pièce de 5 x 5 mètres et de 3 mètres de haut
    - 1 lampe de 100 W allumée = tout va bien, super j'y vois mieux
    - 1 lampe de 100 W allumée... tous les 10 centimètres murs/plafond... vous avez deviné : c'est un tunnel de séchage ou passe une voiture après peinture... notre personne devient une pizza aveugle...
    C'est exagéré certes et ne tient compte que de l'aspect instantané de l'exposition. L'inocuité totale (si elle existe, notre bonne vieille Terre émettant elle-même pas mal de radiations...) ne pouvant être envisagée que sur deux aspects :
    - aspect instantané (pizza / pas pizza)
    - aspect cumulatif...
    Avec le cumulatif, tout se complique... rien/décongélation/mijotage/cuisson rapide/grill...

    Ainsi, pour les personnels exposés aux radiations (centrales nucléaires, sous-mariniers nucléaires, radiologues, etc.) le fameux "badge" porté en clip mesure en permanence l'exposition et donne une mesure cumulée.

    Il est bien évident que :
    - mesurer l'exposition à UNE source connue pour être dangereuse
    - faire cette mesure en connaissant les taux dangereux

    diffère grandement d'une :
    - mesure de sources MULTIPLES difficilement connues mais à la da

  • Belzebuth_2
    Belzebuth_2     

    sont dangereux, qui paiera les soins des milliers/millions de malades "créés" ?? Pas les opérateurs, qui diront qu'à l'époque ils ont fait ce qu'ils ont pu, mais tout le monde, vous comme moi, à travers la Sécu, mais les opérateurs eux ne verseront pas un centime de leurs juteux bénéfices pour couvrir ces dépenses-là...

  • Oldkid
    Oldkid     

    Le problème avec le Wifi c'est le manque flagrant d'information qui accompagne généralement la mise en oeuvre de cette technologie.

    Les box des FAI sont généralement réglée sur une puissance d'émission de 0,1W comme celà à été dit.

    Seulement, au vu des la surface moyenne des logements dans une ville comme Paris, cette puissance est bien trop grande!!

    Il n'est pas rare en effet, si on occupe un studio parisien de 30m² de capter très distinctement plus d'une dizaine de signaux Wifi en plus de celui de sa propre box!

    Les puissances rayonnées s'additionnent alors, et on y est exposé 24/24, à moins que tous les voisins n'éteignent leur box au même moment.

    La solution serait un réglage plus fin de la puissance d'émission.

    Pour ceux qui ont des routeurs avec un firmware open source, c'est déjà possible.

    0,001W c'est largement suffisant pour 50m² !!!

  • pluloin Lanten
    pluloin Lanten     

    [g]La realité scientifique est la suivante:[/g] :jap:

    [g]le wifi peut tuer [/g]par le dysfonctionnement d'appareils electroniques d'immunité 3V/m (appareil a usage medical ou d'autres appareils ,detecteur de chute d'eau dans les piscine par exemple)

    Le risque est indiscutable http://fr.wikipedia.org/wiki/Compatibilit%C3%A9_%C3%A9lectromagn%C3%A9tique


    [g]les comparaisons doivent être serieuses[/g] :jap:

    un niveau d'exposition dépend de la puissance , de la distance de la source et de la position de la victime par rapport a la source et son diagramme de rayonnement de plus toutes les pollutions s'additionnent: http://fr.wikipedia.org/wiki/Pollution_%C3%A9lectromagn%C3%A9tique

    un four a micro onde ne peut s'utiliser que porte fermée et le niveau maximal de pollution electromagnétique rayonné est de 5mW/cm2 a 5cm soit le meme niveau qu'un telephone portable [g]2W!!! et non 1000W[/g]

    le four a micro ondes est bien moins dangereux que le telephone portable connaissez vous des gens passant 30 minutes par jour la tete posée sur celui ci?
    les effets d'un four a micro onde sont les meme que le wifi a une distance 4,5 fois plus grande c'est tout. [g]four a 4.5 metre = wifi a 1 metre [/g]

    et quelle sont les durées d'exposition respectives sur une journée: 24H de wifi vs 10 minutes de micro onde

    [g]dans 99.99% des cas le wifi sera plus dangereux que le micro onde![/g]

    concernant les radars combien de ceci sont dirigés vers la population et a quelle distance? connaissez vous la durée de l'impulsion de 1KW?

    :beubeub: il faut cesser de répéter les aneries que racontent les pollueurs; :beubeub:


    on peut se proteger des risques du wifi en respectant quelques règles simples
    http://www.magsecurs.com/spip.php?article5141 :super:

  • stnt
    stnt     

    - Le GSM peut transmettre a 2W, et le Wifi.. à 0.1 W maximum. La plupart du temps c'est 0.01 W .

    - Un micro-ondes, c'est 1kW soit 100 000 fois plus !
    - Un radar, c'est 1 MW en pulses (pic)

    Faut pas melanger tout et n'importe quoi !

  • ksteph
    ksteph     

    Qui doit prouver quoi ?
    1) Aux promoteur du wifi de prouver que le wifi n'est pas dangereux ? Dans ce cas, le principe de précaution s'applique et on ne met rien en oeuvre tant que le wifi n'est pas prouvé inoffensif.
    2) Aux détracteurs du wifi de prouver que le wifi est dangereux ? Dans ce cas, le wifi est mis en oeuvre, on observe et on constate s'il est effectivement dangereux ou non.

    Faisons maintenant des suppositions, de deux choses l'une :
    a) Le wifi n'est pas dangereux.
    b) Le wifi est dangereux.

    Combinons maintenant les actions et les hypothèses :
    1a) On ne déploie pas le wifi, et des tests exhaustifs sont menés in vivo. On constate que le wifi n'est pas dangereux, mais on a perdu du temps, la technologie est peut-être dépassée. Au passage, il faut probablement plusieurs années d'observations pour pouvoir affirmer que ce type de rayonnement est inoffensif ou dangereux sur le long terme.
    2a) On a mis en oeuvre le wifi et plus tard, on observe que le wifi n'est pas dangereux. Conclusion : on a bien fait de déployer cette technologie.
    1b) On ne déploie pas le wifi, on fait des tests et on s'apperçoit que le wifi est dangereux. Conclusion : on a bien fait d'attendre.
    2b) On déploie. Au bout de quelques années ou dizaines d'années, on observe une augmentation du nombre de tumeurs cérébrales. Alors par principe de précaution, on demande l'arrêt du wifi, on étudie en laboratoire et on finit par prouver que le wifi est dangereux. Conclusion : c'est trop tard, des milliers ou des millions de personnes ont été exposées à un rayonnement dangereux à long terme, engendrant directement des tumeurs ou indirectement des malformations à venir sur leur progéniture à venir.

    Dans les 3 premiers cas, il n'y a pas de mal, soit parce qu'il n'y a pas de danger, soit parce qu'on a fait preuve de précaution. Dans le quatrieme cas, on décide de "jouer". Après, on compte les points. Nous n'aurons la réponse que dans quelques années ou dizaines d'années, mais pour l'heure, je défie quiconque de venir me prouver que le wifi est inoffensif ou dangereux sur le ong terme, car je ne crois pas que quelqu'un soit capable de prédire l'avenir. Tout comme personne n'a jamais été capable de dire que l'amiante était dangereux sur la santé avant qu'on ne commence à noter une augmentation des cancers du poumon chez les personnes exposées.

    Maintenant, la question est : peut on se permettre de courir un risque sanitaire non avéré mais possible au prix d'un certain confort (moins de fils dans la maison pour le wifi, ou être joignable dans la rue pour le GSM) ? Autrement dit, est-il raisonnable de parier sur la santé et sur la vie à venir pour un gain de confort immédiat ? Personnellement, je ne trouve pas ça raisonnable.

    Le scandale de l'amiante aurait dû nous apprendre à être plus prudent quant à l'avènement de nouvelles technologies, mais au final, c'est l'industriel qui l'emporte. GSM, OGM, Wifi... Nous n'aurons les réponses que plus tard. "Plus tard", ou "trop tard" ?

    Science sans conscience, toussa toussa.

Lire la suite des opinions (14)

Votre réponse
Postez un commentaire