En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Les machines à voter en ballottage défavorable

Les machines à voter en ballottage défavorable
 

Electeurs exaspérés, temps d'attente interminables, couacs techniques : pour leur première utilisation à grande échelle, les ordinateurs de vote n'ont pas convaincu.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

12 opinions
  • Belzebuth_2
    Belzebuth_2     

    l'agrément a été accordé par le Ministère de l'Intérieur... mais au vu des dysfonctionnements signalés, des anomalies, des bugs, etc, on peut légitimement se demander si le Ministère a REELLEMENT testé ces machines (je veux dire "pendant plus d'un quart d'heure"). L'argent supposé avoir été utilisé pour tester ces machines est-il passé ailleurs, ou les fonctionnaires affectés à autre chose ?? Y a t-il eu un dessous de table pour faire valider ces machines avant les élections, histoire d'alimenter une caisse noire ?
    Autant de questions qui se posent et mériteraient un éclairage des plus urgents, si les RG et l'IGS ont du temps de libre... Et pourquoi pas la Cour Des Comptes ??

  • Charlie75
    Charlie75     

    Ce dicton anglais s'adapte à mon sens complètement à cette histoire de machines à voter. Le vote papier a fait ses preuves, il est fiable, admis et compris par tous, il prend certes un peu de temps à dépouiller mais l'enjeu ne mérite-t-il pas d'y passer quelques minutes supplémentaires ? Pourquoi changer un système qui marche, c'est incompréhensible... Leur introduction est à mon sens totalement idéologique et répond à une pure logique "technologiste" : on fait plein de choses mieux avec des machines alors TOUT devrait être fait électroniquement. C'est idiot.

  • sscudeller
    sscudeller     

    C'est vrai. Je crois aussi que le système n'est pas sans failles, loin de là.

    Cependant, on peut aussi voir comme une sécurité supplémentaire le fait de ne pas dévoiler le fonctionnement. C'est de l'obfuscation. Même si derrière, les algo utilisés sont publics. Il n'empêche que ça ne me convainct pas. Mais peut-être est-ce là deux mondes qui s'affrontent... N'est-ce pas Linus Torvalds, le créateur de Linux, qui disait que plus il y a de gens qui regardent mon code, plus il y a de chances que celui-ci ne comporte pas d'erreur ? Tandis que la protection des codes-sources d'un OS bien connu reste encore de mise...

    En tout cas, il y a aussi un enjeu financier majeur, qui n'est quasiment jamais évoqué. Imaginez le marché ! Equiper un pays entier avec des machines à voter ! Ca ne peut qu'obscurcir un débat par des manipulations diverses et malheureusement répandues.

  • Zlikanga
    Zlikanga     

    Pour moi, le problème des machines à voter est que leur conception n'inclut pas le contrôle du bon déroulement des opérations par le citoyen.
    Le système actuel garanti que chaque électeur vote une fois au plus, et que son vote sera bien comptabilisé (reste le problème des listes d'électeurs, ceci dit).
    Rien de tel avec les machines à voter, personne ne peut surveiller le bulletin et s'assurer qu'il sera encore là au moment du décompte, ni que d'autres ne seront pas ajoutés en route...
    Et les fabricants qui se protègent derrière le secret industriel ne rassurent pas : en matière de sécurité, les algorithmes informatiques les plus fiables sont publics.

  • sscudeller
    sscudeller     

    Je trouve que le problème majeur des machines à voter réside dans sa complexité même.

    Lors de ma participation au dépouillement dans mon bureau de vote, j'ai constaté que la plupart des personnes présentes n'étaient pas du tout familières avec l'informatique. Or, même pour des informaticiens, la complexité des machines de vote mise en oeuvre est grande. Je ne parle même pas de la complexité de l'interface homme-machine, mais celle du fonctionnement interne, le décompte des voix. Car, quand bien même cette complexité protègerait d'une fraude, elle prive le citoyen de tout contrôle. En effet, ce contrôle ne peut se faire que par un expert en informatique et en sécurité, et non plus par le citoyen lambda. Contrairement au dépouillement "manuel", qui lui est accessible à tous et, surtout, tout le monde peut le comprendre.

    Pourtant, l'idée d'une machine à voter est bien séduisante. Réduction des coûts de fonctionnement, réduction de la pollution (enfin, à voir...), rapidité d'expression du résultat, etc... Mais c'est un sujet tellement sensible, qu'il ne faut pas le laisser hors du contrôle populaire. Or c'est le cas actuellement.

  • Xavier Roche
    Xavier Roche     

    >Pour finir, soupçonner des candidats et en accuser, ca ressemble un peu à de la >démagogie

    Ben voyons. C'est bien connu: les hommes politiques sont tous honnêtes, et la corruption n'existe pas :p

    D'ailleurs, la preuve: il n'y a jamais eu de tentative de fraude électorale, en France.

  • kaldan
    kaldan     

    Les machines à voter sont un plus à condition que tout soit réellement bien testé et vérifié ce qui n'était pas le cas ici.

    Il faudrait un banc de test "hors élections" sur un échantillon de personnes représentant tout ou presque de l'ensemble des cas d'erreur possibles et concernant un vote bidon pour valider le fonctionnement et ne pas désavantager une élection officielle.

    Meilleure prise en compte des handicapés, indications audio (dans des casques par exemple), meilleure sécurisation (impossible de voter deux fois ou impossible de voter si l'identité n'a pas été validée). Bref, il y a du boulot. Quant à utiliser plusieurs types de machines, c'est idiot. Faire les tests poussés avant et proposer un type unique testé et retesté c'est quand meme plus crédible. Il faut des garanties d'explications, d'utilisation et de validation.

    Pour finir, soupçonner des candidats et en accuser, ca ressemble un peu à de la démagogie propre à toutes les élections... Ca ne fait pas avancer le schmilblick ! Essayons de rester dans le sujet...

  • Bobfenston
    Bobfenston     

    Ben vu que les papiers utilisés sont des papiers recyclés..... je vois pas trop le problème sur la pollution.

    D'autant que ta machine à voter le jour ou on va s'en débarrasser ce sera dans une casse en afrique ou en inde....donc question pollution ça se vaut....je parle même pas de l'électricité nécessaire à la faire fonctionner. (si tu me sors que l'énergie nucléaire est non polluante revise tes cours sur les déchets.....)

    Non le principal problème et je pense que cela devrait être rédibitoire pour l'utilisation de ces machines c'est qu'aucune vérification ne peut être réalisé sur la viabilité des votes.

    Aucune mesure de redondance des votes !

    On reprend la situation :
    -------------------------

    Nous avons un ministre de l'intérieur qui se présente à une élection présidentielle.
    Tout le monde sait qu'il bidonne ses chiffres de la délinquances (on ne parle même pas de ceux de ses petits amis sur le chomage !!!).
    Il met en place dans un certains nombre de commune des machines à voter incontrolables, en catimini.
    Comment voulez vous que la suspicion ne se crée pas ?
    D'autant qu'aucune mesure de plan B n'a été prévu en cas de disfonctionnement généralisé des votes.
    Aucune information aux électeurs sur :
    Qui récolte les votes ?
    Ou sont hébergés les serveurs regroupant les votes ?
    Qui est l'hébergeur ?
    Quel est le personnel qui intervient sur ses serveurs ?
    Quel est le prestataire réseau qui acheminent les informations ?
    Connexions sécurisées ou pas ?

    Quand on voit que le seul candidat qui ne s'exprime pas sur l'internet et l'informatique en générale est le même que ci-dessus.....on comprendra deux chose :

    Un : le citoyen lambda est justement un citoyen lambda sans droit, sans question tout juste bon à suivre le mouvement et travailler plus pour des cacaouettes
    Deux : le gouvernement qui nous quitte ayant rognés plus que largement les actions possibles par la CNIL....Big Brother est au second tour !!!

  • timor
    timor     

    Dans mon bureau de vote la machine à voter n'a posé aucun problème... Je trouve ça plus commode et plus ecolo que de gaspiller des tonnes de papier en plus...

  • Franck_l
    Franck_l     

    De plus, les machines étaient assez hautes, et mal adaptée pour les personnes en fauteuil roulant ou de petites tailles.
    Et là ou on aurait pu faire une interface des plus simple, où l'on appuis sur le nom du candidat puis on confirme, on a une interface où les boutons des candidats ne fonctionne pas, il faut appuyer sur leur numéro, puis le nom du candidat s'affiche sur un autre écran de taille ridicule, avec une mauvaise visibilité (incliné). On rajoute des bips d'erreurs et les personnes du bureau de vote qui mettent la pression quand ils entendent ca...

Lire la suite des opinions (12)

Votre réponse
Postez un commentaire