En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Les informaticiens dans la rue

Les informaticiens dans la rue
 

Malgré une légère reprise, constructeurs et SSII poursuivent leurs plans de restructuration. Frustrés, leurs salariés contestent. Ceux d'IBM protestent mondialement contre les licenciements. Et dans les SSII, ils font grève contre la précarisation de leur emploi.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

32 opinions
  • kynos
    kynos     

    L'APEC qui annonce des embauches et des postes à pourvoir participe ( sans le savoir?)à l'enfumage du marché en faisant la part belle aux SSII qui ne font que de la pub ( et qui propose des postes bidons)sur son site.
    Pour en avoir le coeur net, il faut aller consulter le site :www.top50-ssii.com , c'est édifiant et consternant de vérités.

  • zoiredal
    zoiredal     

    Sans les "fonctionnaires" et les impôts, Internet et le web n'existeraient pas.
    Adioooos !

  • Maldoror_
    Maldoror_     

    Le deuxiéme euros dont tu parles n'est pas une charge patronale, mais un deuxiéme euro de TON salaire ! historiquement les charges patronales, si mal nommé, sont une partie du salaire que tu gagnes en travaillant, qui est directement prelevé à la source pour allimenter des caisse de retraite et autres. Se sont bien souvent des organismes paritaires (syndicats ouvrirer - syndicat patronaux) et non pas des organismes de fonction publique.
    De plus si l'emplois des agents de l'état est si bien reglementé c'est que c'est une condition de la démocratie (vous savez le truc qui sert à voter non).
    a+

  • Sylver_
    Sylver_     

    Je bosse en Info depuis 7 ans. Pas de diplôme en Informatique en poche et je m'en sors avec un salaire correct. L'Info, que ce soit en développement (j'en fais un peu) ou en administration réseau ou système c'est toujours le stress matin midi et soir.

    Des que quelque chose ne va pas (ça peut être large) c'est la panique et on vous saute dessus comme ci vous pouviez faire des miracles dans la seconde ! J'aime ce métier mais parfois j'en ai marre et je suis à la limite de saturer (heures sup non payées, stress permanent? la liste est longue). D'un autre coté je suis assez surpris de voir que ce métier ai du mal à recruté par « manque de client ». J'ai et je travail dans pas mal de sociétés différentes et ce que j'ai constaté montre bien que la demande est là. Des que vous débarquez dans une entreprise vous êtes pris d'assaut tellement les problèmes sont nombreux.

    Pour ce qui est des débutants. Essayez plutôt les petites SSII à échelle humaine. Evitez les grosse boites ou vous n'étés qu'un numéro ballotté sans arrêt à droite ou à gauche. Les petites SSII ne sont pas nécessairement plus fragiles que les grosses qui dégraissent massivement des que ça va mal.

  • Bibi_
    Bibi_     

    On souhaite un débat attaché au baromètre de l'emploi mensuel que vous publierez dans l'avenir.

  • Lance Pierre
    Lance Pierre     

    Oubliez la Roumanie ( E 300/mois ) , l'Arménie ( E 250 ) , le Vietnam ( E 200 ) ...

    En Aborigénie de Papouasie, le génie logiciel est imbattable.
    Pour la simple raison qu'il n'y a pas d'argent !!
    Vous serez payés en ... peaux de bète ou noix de coco !!

    Hahahaha !!

  • Lance Pierre
    Lance Pierre     

    Cà sert surtout à enrichir exponentiellement les patrons.

    Exemple:
    il y a 2 ans, un patron-- sans aucun diplome -- a vendu sa SSII à CAP et a empoché 250 milions d'euros !!!
    Excusez du peu !!

  • toto_
    toto_     

    Moi aussi, pendant 3 ans, j’étais tout seul « dans le service informatique d’une société de production de document laser », ils m'ont demandé de justifier mon travail. Bilan, j'ai refusé, ils n’ont rien pu faire et puis j’ai démissionné pour aller chez un concurrent.

    Du jour au lendemain, il voulait presque doubler mon salaire : j e leur est dit « désolé, je vous avais prévenu » ? Ils étaient verts ! (d’ailleurs, ils n’existent plus)

    Je revois encore la tête de mon remplaçant qui avait 3 mois pour comprendre 100 scripts de traitement de lots en c sous MVS + le paramétrages de liaisons RNIS sous communication manager (os2 sous ibm) + l’utilisation d’un langage spécifique à ce métier + réseau interne. J’en rigole encore !

    Depuis, je suis (bien payé) dans une petite ssii depuis 6 ans en prestation au même poste dans une grosse entreprise d’automobile, je suis le plus ancien du service, moi le prestataire !

    Dans cette grosse entreprise, il embauche des bts ou centralien, jeune, sans expérience pour une misère. Moi, heuu je suis trop vieux (j’ai plus de 30 ans) et j’ai trop d ‘expériences :-()

  • raslebol_
    raslebol_     

    Vous êtes "Ingénieur Informaticien" comme dans la chanson du célèbre "Michel"... Alors votre salut passe par la connaissance de la langue Roumaine !

    Simple : En Roumanie, vous trouverez sans probème un emploi payé entre 300 et 500 euros par mois payé par une boite française SOIT TROIS FOIS le niveau de vie moyen d'un roumain... Vous serez ainsi RICHE dans ce pays PAUVRE ou Borgne chez les aveugles ;-)

    Bien sur, pour revenir passer vos vacances en France chaque DECENNIE, vous devrez économiser un an de salaire. Et ALORS ? ... Les roumaines sont superbes à ce qu'il parait, bien mieux qu'une grenouille française (comprenne qui pourra ;-))

    Vous voulez le nom de SSII qui recrute en ROUMANIE ? Tiens, au hasard : NUXEO ROUMANIE (qui bosse entre autres pour la plupart des ministères Français).
    Pour postuler : Lancez une recherche sur GOOGLE avec les mots NUXEO et ROUMANIE.

    Bon courage et à dans 10 ans quand vous aurez fait des économies pour revenir nous voir !

  • CM_
    CM_     

    Ca fait belle lurette que les charges patronnalles comptent pour autant que le salaire, voire moins aujourd'hui justement, dû à une politique de libération des capitaux qui libère les entreprises d'un contrôle de la société.

    Il faudrait inventer une société sans État pour tout ceux qui ont oublié les luttes de leurs ancêtres.

Lire la suite des opinions (32)

Votre réponse
Postez un commentaire