En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Les informaticiens bientôt de nouveaux pauvres ?

Les informaticiens bientôt de nouveaux pauvres ?
 

Il n'est malheureusement pas très compliqué de se retrouver à la rue, alors que l'on occupait auparavant une position confortable ! Les informaticiens des sociétés de services, dont les conditions de travail se dégradent aujourd'hui considérablement, seront-ils demain de nouveaux pauvres ?

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

24 opinions
  • Laureline
    Laureline     

    40k€ pour la fonction publique, alors qu'avec presque 20 ans en SSII, un bac+5 depuis 3 ans et un poste d'ingénieur d'étude j'arrive difficilement a 31440€/an? Et la sécurité de l'emploi en plus? Voila qui mérite réflexion et même remise en cause :))

  • Gerard_
    Gerard_     

    Je trouve cet article d'un grande lucidité qui vient un peu tard après 2 ans de crise.

    Dans l'informatique on ne parles pas souvent du chomage, l'informaticien serait il superstitieux ?

    Franchement vous vous retrouvez dans les grilles de salaire moyens diffusées dans les palmares 01 entre autres ?

    Est ce le reflet de grandes entreprises uniquement ou d'un parisianisme éternel ?

    Quand on a + de 45 ans quelqu'un ici pourrait m'expliquer comment fait on pour passer d'une branche pourrie à une autre ?

    20 ans que je vis de l'informatique mon salaire à toujours progressé, mais à quel prix, 9 sociétés, 1 + 2 ans de chomage et demain ?

    Je tiens à vous rassurer tous si j'ai perdu 2 emplois en 20ans c'est bien à cause des directions, des H.E.C., des chef de projets et de l'absence de controleur de gestion !

    Tous çà n'est qu'une vaste fumisterie et çà continue tant que y a du fric allons y gaiement, je suis comme tous mes congénéres informaticiens de la race des faignants et franchement je ne connais pas une meilleur planque que l'informatique ...

    Comme dirait Lafesse, Pourvu que çà dure !

  • Kofu
    Kofu     

    Se spécialiser: Permet de rentrer dans une caste réduites, mais les offres en sont tout autant réduites, donc on prendra uniquement les plus fort diplômes : Convient aux ingénieurs très mobiles à mon avis, pas aux petits diplômes (BTS, DUT, licences)

    Se réorienter:
    Radical, mais pourquoi pas. Bien vérifier les débouchés. Eviter les métiers qui sont ou vont être délocalisés.
    D'après Kris : Le commerce. D'accord, mais tout le monde n'a pas l'esprit d'un requin, le commerce n'est pas évident et requiert un moral d'acier. SUBIR le client déagréable et se forcer à sourire, ce n'est pas pour tout le monde. C'est un métier sensible aux fluctuations du marché. Le meilleur choix, si on a derrière soit une équipe très compétente, c'est le commerce internationnal dans l'informatique, et plus particulièrement dans les logiciel de GPAO (Gestion de Production AO). En effet , beaucoup de pays extra européens se développent actuellement, et de grosses entreprises n'ont pas d'autres choix que de s'équiper de solutions logicielles rendant leur production plus efficace. Pourquoi ne pas devenir consultant ERP, mais en international?
    Je me pose cette question depuis quelque temps, lançant une petite structure de création de sites Web qui s'auto gère totallement (point de vue administratif, financier et RH).
    J'ai donc envie d'avoir un boulot me permettant d'être sûr d'être en mesure de payer mes (grosses) factures...

    Voilà pour un petit résumé de ce qui a été dit + un avis de ma part.

    @ bientôt et bon courage à tous.
    Soyons unis et résistons ;)

  • Kofu
    Kofu     

    Je vois que certains, plutôt que de se plaindre, préfèrent trouver des solutions. C'est bien.
    Si on résume :
    L'avenir dans le privé est incertain car l'informaticien offrant une prestation de service, on hésite pas à lui sapper son boulot et à envoyer le bébé dans le tiers monde pour que la suite du projet coûte moins cher.
    Etre analyste programmeur correspond à être opérateur sur une ligne de production. (En encore, en usine on est souvent bien mieux payé!)
    Réaliser des sites Web ne fonctionne plus:
    HTML peut être maîtrisé en un rien de temps par un non informaticien grâce à des outils du genre DW, WE, ou encore FP2002. Quand au PHP/ASP il demande beaucoup de temps pour arriver à un résultat correct.
    Donc : Trop cher pour la majorité des clients.
    En france (sans le F majuscule, elle ne le mérite plus depuis longtemps) les travaux intellectuels ne sont pas reconnus comme du travail mais comme de l'amusement.
    Bref, l'informatique va mal, et surtout pour un jeune BAC+2 sans expérience professionelle.

  • Kris_
    Kris_     

    Bonjour a tous.

    Dans le multimedia, c'est exactement la meme chose. Voila bientot 10 ans que je cree des CD ROMS, sites internet et animations 3D. Essentiellement pour dfes labos pharma.
    Je suis expatrie pour une entreprise francaise pour qui je bosse depuis 6 ans. Et mon salaire ne cesse de baisser, la direction utilisant toujours les memes arguments "le marche de l'emploi c'est la crise", "des stagiaires sont prets a prendre notre boulot pour pas un rond", etc...
    Avant d'entrer dans cette boite, j'etais au chomage, service militaire oblige. Dans tous les entretiens que j'ai passe, les offres etaient deja sous payees (il y a deja 6 ans, avant la crise internet !!). On m'a meme propose moins que ce que je touchais au chomage. Le smic pour un DUT info + maitrise en infographie-communication de l'image, y'avait deja de quoi avoir les boules.
    Mais quand je vois la situation maintenant, je me dis franchement qu'il faut vraiment changer d'orientation, si possible dans un secteur non delocalisable si on vise le long terme.
    La France devenait un pays du tertiaire, on est en train de delocaliser tous les services (films en 3D faits en Asie, telemarketing en Afrique, etc...). Y'a une branche dont on aura toujours besoin, c'est le commerce !!! (et encore, avec internet, ses ouvertures sur le monde et les rapports directs client-vendeur, les commerciaux ont du souci a se faire).
    Bon courage et keep the faith !

  • Mutos
    Mutos     

    Bonjour,


    Suite à mon dernier message, un premier élément supplémentaire : il y a 3 ans, j'étais à 55k€, ce serait donc, même dans le meilleur des cas (hyp. privé), un rattrapage.


    @+

  • Mutos
    Mutos     

    Bonjour,


    Ne pas négliger la piste public non plus...

    Je suis contractuel dans une mairie à 37 ans, en fin de contrat, avec 13 ans d'expérience. Vais-je retourner dans le privé où on me propose 50-55k€ ou rester dans le public à 40k€ actuellement et peut-être 45k€ demain ? Je suis optimiste sur mes réssultats au concours et donc mes espoirs du titularisation.

    Autre élement de décision sur lequel je m'interroge : info ou intox, le papy-boom ?

  • ErPr
    ErPr     

    Informaticien depuis maintenant 9 ans dans une grosse SSII, je remarque que le marché fluctue tout comme l'embauche et les structures d'entreprises (la mienne y compris). Mais ce qui fait la force de l'informaticien, ce n'est pas sa technicité ou sa spécialisation (sauf si il est hyper spécialisé dans une niche), c'est sa capacité à suivre les modes d'utilisations de l'informatique. Les budgets informatiques dépensés dans les entreprises sont toujours colossaux. Et les impacts sur la vie des entreprises est encore plus primordial aujourd'hui qu'hier. La principale différence est que réparer un PC, configurer linux, gérer une base de donnée, ca ne vaut plus rien, cela fait parti du domaine public. Aujourd'hui, il faut penser (Enfin...), service métier et non service technique. L'informaticien doit ce dire « Quel est l'apport de mon travail à l'entreprise ? », et comment montrer cet apport (Financièrement, Innovation, Contrôle de l'entreprise et surtout Evolution du métier de l'entreprise). Là l'informaticien a tout son avenir assuré pour les 10 prochaines années. Bien sur, pour faire cela, il faut ce former continuellement sur le technique, le relationnel et le métier de l'entreprise. C'est le trio de compétences obligatoires pour survivre dans ce monde de brute.

  • coco_
    coco_     

    J'avais l'intention de ne plus m'énerver en lisant les absurdités que l'on trouve sur les forums, mais c'est plus fort que moi.
    "450 euros, c'est de l'arnaque" . Crétin. Tu ne sais rien de la prestation, du profil, des heures passées, des frais de déplacement ...

    J'ajoute que 450 euros la journée pour un bon professionnel, c'est très raisonnable.
    Combien te prend ton plombier ? ton electricien ? ton menuisier ? ton garagiste ? ... mais tu fais sans doute tout toi même en disant que ce sont tous des arnaqueurs.

    Bricoleur du dimanche !

  • Michel B.
    Michel B.     

    Pour échapper au marasme qui frappe la masse des analystes-programmeurs, il faut se spécialiser.

    Pour cela, ne pas bouder les missions en CDD et mal payées, et en profiter pour se spécialiser à fond dans une technologie : par ex. ne bosser que des missions sur base de données Oracle, quelles que soient les conditions, la rémunération et l'emplacement géographique.

    Puis développer une expertise, se vendre comme administrateur de bases de données (à ce niveau la concurrence est beaucoup plus réduite), obtenir la Certification Oracle (en la payant de sa poche si nécessaire, c'est un investissement raisonnable) et chercher un poste en fixe dans une grande entreprise ou administration.

    C'est à peu de choses près mon parcours, j'ai 35 ans, suis diplômé d'une école d'ingénieurs, je gagne 60 K? (400 KF).

    Michel

Lire la suite des opinions (24)

Votre réponse
Postez un commentaire