En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Les éditeurs de presse critiquent l'attitude de Google

Mis à jour le
Les éditeurs de presse critiquent l'attitude de Google
 

Les éditeurs de quotidiens et de magazines d'information politique et générale estiment que les menaces de Google sont « une négation de dialogue ».

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

8 opinions
  • 6eRepublique
    6eRepublique     

    La presse française, comme celle des autres pays d'ailleurs, est aux mains de groupes financiers qui s'en mettent plein les poches avec de la publicité. Les visites sur leurs pages sont générées par Google et il est normal que ce dernier soit rémunéré pour cela et non pas taxé !
    Si le gouvernement veut se pencher sur la presse, qu'il se préoccupe du sort des millions de correspondants de presse qui alimentent chaque jour les pages des quotidiens et hebdomadaires sans être rémunérés à la juste hauteur de ce qu'il produise et qui est bien souvent de qualité identique voir supérieure à la production des journalistes en titre. Ceux-ci sont rémunérés très largement en dessous des minimas sociaux et ne bénéficient d'aucune couverture !!!

  • 6eRepublique
    6eRepublique     

    Aurélie Filipetti devrait tourner sa langue 7 fois dans la bouche de son voisin avant de débiter des âneries du style "ce n'est pas avec des menaces que l'on traite un gouvernement démocratiquement élu" !!!
    Celà ne fait pourtant pas si longtemps qu'elle-même comme les autres membres du gouvernement ont été nommés par le président de la République sur proposition du premier ministre sans qu'aucun d'entre eux ne passe par les urnes !!!
    IL s'agit donc d'un gouvernement nommé et non élu et la démocratie n'a rien à voir là dedans, c'est parmi les copains que se fait le recrutement.

  • guiraudn
    guiraudn     

    Soyons clairs !! Il y a une façon très simple d'éviter que les articles soient en clair sur le site de Google. La méthode est proposée par Google. Pourquoi ce n'est pas utilisé ??? La réponse est simple, si on ferme l'accès à Google, personne ne vient. Ruppert Murdoch a voulu le faire avec le NY Times. Ils viennent juste de faire machine arrière (entre 62% et 90% de trafic en moins). Concernant le travail du journaliste. Il est payé par son journal. Si le modèle économique ne permet plus de payer les journalistes, il faut le changer. Ma petite idée est que les journalistes ne vont pas si mal que ça...
    Est-ce que les journalistes payent les gens dont ils copient les tweets ou autres blogs ?

  • MOROS
    MOROS     

    SI GOOGLE dereferençait la presse française,les medias etrangers de langue française plongeraient dans le creneau et il ne faudrait que quelques semaines pour que la presse française agonise,les annonceurs partiraient .J'estime meme que Google devrait etre rémunéré sur une part de ces budgets publicitaires.Apres tout,c'est lui qui fait le boulot.

  • lessages
    lessages     

    Je cite : "Ce n'est pas avec des menaces qu'on traite avec un gouvernement démocratiquement élu" lol. certaines personnes se croient les maîtres du monde ??? Et croient pouvoir faire plier Google ??? lol. Drôle de gouvernement !

  • clement25000
    clement25000     

    Parfois, on peut lire l'article entier sur google, qui d'une part, ne paie pas le journaliste, et d'autres part, gagne beaucoup d'argent avec la publicité.
    Donc en clair: les charges pour les français, les bénéfices pour les américains.
    Un peu de partage dans ce monde de brute ne ferait pas de mal...

  • guiraudn
    guiraudn     

    Les éditeurs n'ont encore pas compris comment fonctionnaient les consommateurs de médias aujourd'hui. On passe par un moteur de recherche qui va collecter les informations que nous voulons, et ensuite on va sur les liens proposés.
    Quand on tape sur ces moteurs, on coupe le lien entre le consommateur et son produit.
    Si personne ne va voir le travail des éditeurs de presse, comment vont-ils avoir des recettes publicitaires ???
    Comme le dit mon titre, ils scient la branche sur laquelle ils sont. En râlant en plus !!
    On parle d'impuissance par rapport aux poids lourds du NASDAQ. Impuissance pour faire mieux non ?
    Mon avis est que la migration vers les blogs, tweets, et autres infos non gérées par les éditeurs va s'accélérer.

  • Saon
    Saon     

    Comment ça Google veut pas se faire racketter tranquillement ?? Mais c'est trop méchant !

    Google apporte un énorme trafic à ces sites, et en plus ils veulent lui extorquer de l'argent ...

    Mais qu'ils l'appliquent leur petit racket, que Google arrête de les référencer et qu'ils supportent les conséquences de leur con...rie !!

Votre réponse
Postez un commentaire