En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Les blessures profondes d'Altran

Engluée dans des procédures juridiques, la société de conseil vient de publier ses résultats 2002, revus et corrigés, dévoilant une situation financière précaire.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

8 opinions
  • sister ray
    sister ray     

    altran fait payer sa dete a ses employes.
    apres s'etre endete pour racheter de multiple boites, altran refuse tout interessement a ses salaries malgre un CA +20% et un Res. d'Exp. de 12%. En gros les salaries des entrprise rachete beneficiares paye leur propre rachat! super concept!
    Augmentations frisant l'insulte, detournement de primes. Bref si vous n'etes pas un chacal, il faut vite le devenir si vous voulez survivre a ce marchant de viande et de sommeil.
    courage fuyez, moi je quitte bientot!

  • francois_
    francois_     

    Pour ma part, la filiale d'Altran (SEGIME) m'a promis une embauche après mon stage chez le client. Comme vous pouvez le deviner, ils n'ont pas tenu leur engagement et depuis la fin de mon stage, je me retrouve sur le marché de l'emploi avec une certaine amertume envers cette société. De plus, j'ajoute qu'ils n'ont pas respecté non plus leurs prommesses concernant les indemnités de stage.

  • jonathan__
    jonathan__     

    Etant convoqué durant le mois de juin à un entretien chez Altran à Paris, je me demande après avoir lu vos avis si c'est vraiment la peine de me déplacer.

    En effet, il s'agit d'une candidature spontanée pour un poste de consultant junior en SI, et il m'ont appelé pour un poste de "Business Developement Manager" ...

    Je précise que je suis futur jeune diplomé et que sur leur plaquette, 5 ans d'expérience étaient nécéssaires pour ce poste...

  • Little smile
    Little smile     

    Il y a longtemps qu'on remarque des annonces éternelles et aucun engagement chez Altran. La gestion des Ressources Humaines ,- ou de leur capital intellectuel,- est a la mesure de leur désordre...

  • Prodijay
    Prodijay     

    Personnellement, j'ai fait 2 entretiens d'embauches, sur Genève et Lausanne... le dernier à Lausanne c'est déroulé fin 2002, un mercredi et la personne chargée de l'entretien devait m'appeler le vendredi au plus tard pour me donner des nouvelles...
    Résultat, 22 mai 2003, j'attends toujours !!! (pour être franc, j'ai arrêté d'attendre:) Et qlqes mois après, l'annonce pour laquelle j'avais postulée était toujours sur leur site !!!

    Bon, ça coûte pas grand chose d'aller à un entretien, mais faut pas se faire trop d'illusion, par contre d'un point de vue humain... c'est dur de leur part de ne donner aucune réponse !

  • Clowny_
    Clowny_     

    Pour ma part, j'ai été plusieurs fois contacté à des entretiens d'embauches chez des filiales d'ALTRAN, mais sans suite. Mon profil semblait être cohérent par rapport à leur recherche, je pense qu'il ne s'agissait que de coups de pub ou de remplissage de base de CV (au cas ou) ?
    Je me demande si cette situation d'ALTRAN se répercute également à l'étranger, car j'avais l'intention de répondre à une offre sur la Suisse ?

  • pachakamac
    pachakamac     

    Pourtant ce sont eux qui ont subi le "mauvais" management de cow-boy de ce groupe : mise à l'écart, interdiction d'entrer dans les locaux du groupe, harcèlement, demande de démissions "volontaires", entretiens d'embauche pour des postes imaginaires, etc...
    Tout ça pour désespérément tenter de plaire aux marchés!
    J'espère que la justice fera son travail.

  • Traroth
    Traroth     

    "l'eparpillement" m'a pourtant été presenté comme un avantage, lors d'un entretien d'embauche dans une filiale luxembourgeoise, signe d'autonomie des "centres de profit", permettant de garder une specificité des competences et des creer des synergies...
    "Une situation suffisamment préoccupante pour que la société se sente obligée d'affirmer, noir sur blanc, « faire face sereinement à l'échéance de remboursement de l'obligation convertible au 1er janvier 2005 » . Signe que la question de ce remboursement se pose" : Le fait qu'une entreprise affirme pouvoir rembourser l'argent qu'elle doit est mauvais signe, maintenant ? C'est un peu capillotracté, non ? Preter de l'argent aux entreprises ne se fait jamais sans risque et le fait qu'Altran affirme pouvoir rembourser cet emprunt est plutot une bonne nouvelle, au contraire !

Votre réponse
Postez un commentaire