En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Les actionnaires d'Answork jettent l'éponge

Faute de rentabilité, la place de marché d'e-approvisionnement vient d'annoncer sa mise en liquidation à l'amiable. Les banques, principaux actionnaires, aideront les clients à trouver une solution de continuité.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • J Malegue
    J Malegue     

    Crée par des banques(j'en fait partie)answork et son premier patron n'avait aucune chance de réussir car la notion fondamentale de service etait des le départ absente au profit de la finalité financiere.
    D'abord on correspond à un besoin et ensuite on gagne de l'argent.

  • Guillaume R.
    Guillaume R.     

    Mouais en fait la France compte une large majorité 2,5 à 3 millions de PME PMI alors le B2B en France, c'est un grand rêve

    J'ai bossé auprès de Seliance, liquidé en 2003, les banques se sont fait avoir par des marchands de sable et de tapis comme la société *alori* dont les estimations chiffrées des études de marché étaient TOTALLEMENT délirantes (genre Rois du Pétrole).

    Sans compter, les architectures instables à base de java EAI ERP CRM... très immatures à l'époque... et qui coûtent une fortune.

    Sans compter, les jeunes fumistes d'informaticiens ne connaissant rien à rien car formés à la va-vite entre 1998 et 2001 et prêt à tout pour ramasser un maximum d'argent

    La prochaine révolution n'est pas le B2B mais le Web Sémantique faute de pouvoir faire autrement pour gérer la masse d'information que l'on accumule aujourd'hui
    Car à mon avis l'informatique décisionnelle n'est pas suffisante.
    enfin c'est mon (humble) avis et j'ai 29 ans.

  • Sletch
    Sletch     

    Pour avoir travailler en Angleterre, j'ai pu voir au plus près le fameux "ultra-liberalisme" tant décrié par les syndicats français. Contrairement à ce qu'ils affirment, la situation n'est en rien comparable à la France. Chaque société se bat "bec et ongles" pour avoir sa part du gateau économique.

    Malheureusement, il y a nettement trop de gourmets pour un si petit gatêau. Aussi, ceux qui n'arrivent pas à se nourrir suffisament, jette l'éponge aussi rapidement qu'il sont monté sur le ring. Libéralisme = combativité, c'est vrai mais celà signifie également la précarité et le chomage pour les employés peu qualifié.

    Est-ce vraiment un remède/un exemple à suivre pour notre verte patrie ?

  • marc sitbon
    marc sitbon     

    aujourd'hui en aprenant la fermeture d'answork je pense trouver la source des maux de la société francaise. Le manque de concurence et de combativité de l'industrie. Alors que les anglo saxon vive et réagissent avec la bourse, la mise en concurence est une part complète de leur manière de vivre. Aujourd'hui une place de marchée francaise ne sert qu'a officialiser des achats mais pas a faire marcher une vrai concurrence entre les fournisseurs.

    A l'international, ceux qui se battent pour un marché font des efforts des adaptations structurelles et mentaux pour evoluer.

    Donc comme pour le portable, les excés de vitesse la france mettra dix ans et 200 000 chomeurs pour réagir.

    A dans dix ans donc ......

Votre réponse
Postez un commentaire