En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

L'école de l'Internet cherche un nouveau souffle dans les universités

L'établissement de Marseille ne peut plus être financé par le GIE qui l'encadrait. Pour pouvoir continuer, il va passer sous administration universitaire.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

13 opinions
  • Patrick GIRARD
    Patrick GIRARD     

    Il fonctionne, donc.

  • jsay
    jsay     

    Sauf que le site est hs....
    momentanement, je l'espere

  • Traroth
    Traroth     

    L'Internet, c'est d'abord un ensemble de tecnologies : Dans le domaine des réseaux (TCP/IP, HTTP, DNS) et dans le domaine du Web (les differentes technologies serveurs type ASP, JSP, Coldfusion, PHP, pour les clients : HTML, Javascript, le tout avec plein de XML autour de nos jours), avant d'etre un domaine commercial. Les voitures, faut les fabriquer avant de les vendre. Là, c'est pareil.

  • Patrick GIRARD
    Patrick GIRARD     

    Dire que l'"Internet" ne demande pas de compétences spécifiques est une argutie qui ne mène nulle part.
    Les architectures logicielles, systèmes et matérielles nécessaires pour mettre en ligne un service recoupent certes des domaines techniques de spécialité (génie logiciel et développement, système et réseaux), mais elles doivent être conçues de façon cohérente, de bout en bout, elles doivent respecter les normes, elles doivent atteindre un haut niveau de disponibilité (problématiques de sécurité, de contrôle, de maintenance ?). Bref, cela mène clairement à la notion « d'ingénieur architecte des services ».
    Par ailleurs, l'usage de ces services impacte directement les organisations (télétravail, mobilité, accès aux ressources partagées, travail collaboratif ?) et vient modifier profondément les rapports professionnels. A ce titre, vous avez raison de dire qu'il est nécessaire de former des gens pour le eCommerce ou plus largement le eBusiness, sans oublier les rapports directs entre les citoyens et les administrations (eAdministration) ? C'est pourquoi la formation de l'IAAI consacre une large part aux Sciences Humaines et Sociales et aux Sciences Economiques et Juridiques.
    Mais, l'Internet c'est aussi un état d'esprit, que vous partagez j'en suis sûr, qui oublie une vision frileuse et possessive des informations et des compétences, pour promouvoir une volonté de partager et d'avancer ensemble. Le meilleur exemple est celui de la communauté Open Source qui est une vraie révolution culturelle. Nos étudiants sont aussi là pour faire passer cet état d'esprit dans les entreprises.
    Il est difficile ici d'en dire beaucoup plus, mais je vous invite sur le site www.iaai.fr et en particulier sur les pages « stages » qui vous donneront une meilleure idée de ce que font nos étudiants. Vous verrez qu'il n'y a pas lieu d'opposer des ingénieurs de spécialité à ceux de l'IAAI, mais que ces personnes sont amenées à travailler ensemble.
    Bien cordialement.

  • Choix
    Choix     

    D'abord si vous ne voyez pas l'interet d'une école de l'Internet alors que vous ne savez pas ce qui s'enseigne dedans , je ne sais pas comment vous pouvez porter un tel jugement!
    Ensuite pour vous éclairer un petit peu, l'ecole de l'internet forme des ingénieurs architectes des services de l'internet et pas l'internet en lui même, car ça je pense que chacun de nous peut se débrouiller assez bien tout seul, sauf peut être pour vous!
    Donc en sortant de l'école, cet ingénieur est capable d'améliorer, de créer et de concevoir des systèmes selon les attentes des entreprises! c'est une école multidisciplinaire ou on n'apprend pas que la technique, bien au contraire, on apprend tout ce qui peut être utile pour affronter le monde extérieur, voire les sciences humaines, l'éconmie, et bien d'autres sciences!
    Donc je vous invite avant de parler de cette école de bien vous renseigner pour être un peu plus argumenté!

  • BM_
    BM_     

    Les innovations ne passent plus par les Etats mais par de puissants groupes financiers . Techniciens et développeurs sont délocalisés dans les pays asiatiques ( grandes entreprises ) . La mondialisation des compétences hitec est financière . Les asiatiques sont nettement plus souples et performants et cela commence à se faire sentir dans l'économie mondiale .
    Ca se durci !

  • James_
    James_     

    Internet étant essentiellement un média, je ne comprend pas bien quel est l'intéret d'une école de l'Internet

    Je ne vois pas trop l'intérêt (sauf effet d'annonce) d'une école de l'Internet.
    Pour apprendre quoi?
    Comment enregistrer un nom de domaine? se connecter à un site FTP?
    Non sérieusement, Internet ne demande pas à la base de compétences si spécifiques.
    On a besoin de commerciaux sachant apréhender la vente en ligne, d'ingénieurs réseaux qualifiés, mais de gens ayant un diplome
    d'Internet ça ne veut rien dire.

  • Anonymous Coward
    Anonymous Coward     

    On a un bel article avec 4 points de vus différents : 3 facs et un directeur d'école.

    Qui a raison ? (pas moi c'est sûr)

    Qu'en est il des autres membres de l'ex-GIE ? Notamment le Groupe des Ecoles de Telecom' ? Personne n'en parle !

    Encore un article 'scoop' sur l'IAAI, tellement tendance à son lancement que le moindre accro fait couler de l'encre... Inutilement cela va de soi.

  • thinkman
    thinkman     

    Pourquoi vous plaindre du désengagement de l'Etat, alors que vous pronez la généralisation du financement de la recherche (et de l'enseignement à l'IAAI ?) par le secteur privé ?
    Le problème est véritablement le projet même de cette "Ecole de l'internet" et du flou habituel dans lequel les institutions locales à Marseille l'ont porté. J'ai assisté à de nombreux entretiens, réunions, assemblées où tout ce beau monde se gargarisait et disait qu'on allait "voir ce qu'on allait voir", que Marseille était en train de devenir la "plaque-tournante" des nouvelles technologies, etc...
    Résultat : une école illisible qui va fermer, et deux ou trois call centers qui n'offrent que des emplois précaires.

  • non_
    non_     

    c'est quoi une vraie mentalité de fonctionnaire ? Le sens du service public ? Une recherche désintéressée et disponible pour tous ? Ou bien c'est la vision caricaturale du tas de boeufs s'enfilant des 51 au "café du commerce" ?
    Quant au financement par des entreprises...pourquoi pas. Tiens, je vois bien MS financer les formations en sécurité informatique tiens...et Bayer la recherche en agronomie, et Total, et Monsanto et les autres !

Lire la suite des opinions (13)

Votre réponse
Postez un commentaire