En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

' Le Web 2.0 est l'héritier de la contre-culture des années 60 '

' Le Web 2.0 est l'héritier de la contre-culture des années 60 '
 

Chercheur chez Orange Labs, Christophe Aguiton évoque l'apport du Net dans la diffusion des idées et la remise en cause des autorités.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

5 opinions
  • catastrophe17
    catastrophe17     

    C’est bien évident. On le voit bien mieux depuis Sarkozy (cela existait avant) : la communication ne sert qu’à abuser et rouler dans la farine les citoyens qui n’y regardent pas de trop près. Comme ceux qui sont suffisamment intelligents et intéressés sont minoritaires, le décompte d’une voix pour un citoyen est favorable aux politiciens bonimenteurs qui peuvent ainsi manipuler les masses.
    Effectivement, un bulletin de vote pouvant avoir de une à plusieurs voix en fonction des capacités à comprendre la situation et à choisir les gens les plus aptes à la gérer permettrait d’éviter qu’un politique malhonnête soit élu.

  • Simon5498461354684
    Simon5498461354684     

    « Il y a un deuxième risque : imaginer un réseau où tous les individus seraient égaux. Dans le monde des réseaux, les élites ne sont pas les mêmes qu'auparavant mais elles existent toujours, de même que les hiérarchies et les inégalités... »
    Oui mais c’est pourtant bien le schéma des élections où chacun n’ayant qu’une voix est l’égal de l’autre sans considération pour sa culture, sa connaissance et son intelligence. Pourquoi ce qui est bien ici ne l’est pas là ?
    Pour respecter ces différences, il faudrait que chaque citoyen ait un bulletin avec une voix de base attribuée de fait et, en fonction de ses capacités à appréhender le sujet, pourrait, s’il le souhaite, acquérir et ajouter une ou plusieurs voix à son bulletin de vote en passant un examen vérifiant les dites capacités.
    Il est en effet injuste qu’un crétin ne comprenant rien à rien ait le même poids dans une élection qu’une personne intelligente sachant faire la part des choses et ayant des connaissances en politique, en économie...
    Sujet à suivre…

  • kalimhero
    kalimhero     

    L'élite n'a rien à faire de l'opinion des locaux et internautes, Web 2.0 ou pas...
    Et ce n'est pas pret de changer vu que l'élite n'a jamais été proche du peuple !!

    Ils sont comme les stars people, dans un autre monde...

  • internaute75
    internaute75     

    L'internet local est timide.
    Certains sites de mairies offrent des forums pour permettre aux administrés de s'exprimer.
    Mais dans l'ensemble ces sites sont verrouillés et censurés.
    Il faut uniquement faire des commentaires politiquement corrects.
    Certains blogs defrayent la chroniques comme à puteaux, mais ils sont ultra-minoritaires.
    en clair, on ne peut pas connaitre et réagir à la vie de sa cité sur internet.

  • internaute75
    internaute75     

    le web2 permet de réagir en direct, par exmple aux articles de journaux.
    Mais en contrepartie les commentaires sont noyés dans la masse, avec des sites mal faits ou même des commentaires effacés.
    et trop d'infos tuent l'infos.

    Mais je ne pense pas qu'il faille en référer à la contre-culture pour faire des sites interactifs.
    ça coule de source.
    On déporte les applis locales ou en réseau sur Internet.
    Même sans avoir l'expérience d'impression des tracts et affiches ronéotypes ou sérigraphiées.

Votre réponse
Postez un commentaire