En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Le téléchargement en self-service de Radiohead fait des émules

Le téléchargement en self-service de Radiohead fait des émules
 

S'inpirant de l'exemple de Radiohead, deux musiciens laissent le choix aux internautes de payer ou non pour télécharger leur album.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

9 opinions
  • Free Rock In France
    Free Rock In France     

    Soyons clair: un album peut être vendu moins cher que 10 euros. Preuve en est: Saul propose 5$. Pour un artiste, vaut mieux faire des concerts.

  • Free Rock In France
    Free Rock In France     

    Au revoir les majors. Vous n'avez plus votre place dans ce monde. Allez donc pourrir de lointains horizons, là où on vous verra pas !

  • christao
    christao     

    Les pionniers sont courageux!
    Mais ils ouvrent la voie.
    Les majors sont insupportables et franchement , leur acheter des galettes à 20euros , c'est fini.
    Ils doivent changer, où les artistes eux même prendront leur destin en mains, avec les FAI (héhé, voilà encore du grain à moudre). Le monde des majors est mort.

  • salutbis
    salutbis     

    Voilà une initiative intéressante. Des artistes à la recherche d'un nouveau modèle qui s'assument en mettant leurs enregistrements - et non ceux des autres - directement à la disposition du public, c'est courageux et c'est leur droit. Pour une fois, on n'a pas à lire la litanie des pôv pirates qui veulent accumuler comme des gripsous des trucs sur lesquels ils crachent sans arrêt. Pour une fois, on a droit à une vraie démarche. Je leur dis "bon vent et ne vous laissez pas entortiller dans les discours convenus, d'où qu'ils viennent".

  • Ilidan
    Ilidan     

    Je pense que c'est le juste retour des choses pour les maisons de disques: aprés s'en etre mis plein les poches pendant des années, la sanction tombe et les artistes préfèrent se débrouiller tout seul. Cette stratégie est tout à fait légitime et valable, tant que les maisons de disques ne reverront pas le prix exhaustifs à la baisse, la solution proposée par ces deux artistes est (selon moi) une des plus novatrices pour faire un bon compromis en téléchargement de musique sur le net tout en restant dans la légalité. Si chacun y trouve son compte ou est le problème ???

  • bipdan
    bipdan     

    Tout a fait d'accord, aujourd'hui on cite plus les majors pour leur lobbying et les commissions d'études sarkozienne que pour leur travail d'accompagnement des artistes, de tourneur de producteur, bref leur métier originelle.
    Je dirige une association pour le soutien d'un groupe de musique et nous allons bientot ouvrir notre studio. Pourquoi ? parceque les majors ont dit au groupe, c'est bien ce que vous faites, mais c'est pas assez dans le moule donc tournez seuls et on vous récupérera quand vous vous serez fait votre public (véridique). Donc voila le risque que souhaitent courir les majors, zero. Ils préferent assurer un revenue a coup de taxe, quitte a vendre de la musique prémachée, standardisée, estampillée hip hop ou r'nb sans interet. Et la je pense que les créateurs du vrai hip hop et du vrai rythm'n blues doivent se retrouner dans leur tombe !!!

    Bref pour nous le bilan est simple. Une fois les droit les droit sacem et sdrm acquitter (gravage), il est bien plus rentable de vendre un album en ligne par correspondance ou en fin de concert à 10? qu'a 20 par le circuit traditionnel.
    Et c'est la ou les majors commencent a s'étouffer, parceque finalement les artistes de majors payent peut-etre plus d'avocat et de structure juridique que matériel d'enregistrement, de tourneur et de jour de résidence.

    Bref pour en revenir a l'article l'initiative de la musique a prix variable est plutot dynamisante pour le marché. Le modele ne durera peut-etre pas et certainement il évoluera tres vite. Mais il a le grand mérite de tout remettre en cause en secouant un cocotier gangrainer sans le cocotier en question puissent dire que c'est la faute au pirate ou a la TVA a 19.6 sur les CDs.

  • Yoann2
    Yoann2     

    Et enregistrer un disque est aussi un travail, c'est la conception actuelle du droit d'auteur, et ce qu'en font les majors qui pose problème... D'ailleurs ceux qui choisissent le mode de la participation libre sont des groupes indépendant.

  • fondoeil
    fondoeil     

    Apple a montré que l'on pouvait vendre beaucoup de musique à petits prix en faisant des bénéfices. Radiohead prouve que l'on peut gagner de l'argent, grâce à son talent, à un coût raisonnable pour le public.
    Madonna a fait le choix de quitter sa maison de disques.
    Qu'apportent les majors en 2007 ? Des taxes sur les disques durs ou les cd vierges ; des dispositifs anti-copies qui pénalisent ceux qui achètent leurs disques ; des limitations imposées aux FAI pour la taille de transfert des fichiers... Etc.
    Ce qui compte, c'est ce que le public a envie d'acheter en fonction du talent des artistes, pas ce que l'industrie veut lui vendre.

  • le_doux_reveur
    le_doux_reveur     

    Je trouve très bien et plus honnête vis à vis du public que les artistes vivent de leur travail (concerts, tournées) plutôt que de leurs rentes, mais je suis peut-être un peu trop idéaliste...

Votre réponse
Postez un commentaire