En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

' Le projet de loi antipiratage n'est pas liberticide '

' Le projet de loi antipiratage n'est pas liberticide '
 

Les producteurs de disques contre-attaquent. Sondage à l'appui. Selon une étude, la ' risposte graduée ' serait plébiscitée par près de 74 % des Français.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

108 opinions
  • insoumis75
    insoumis75     

    Ce Marc Guez me fait bcp rire,il ose meme parler de "1984" de Orwell,doit on lui rappeler dans quelle monde nous vivons?ce n'est pas parce qu'une majorité de francais ne se rend plus compte des atteintes a nos libertés,que l'on doit oublier que nous vivons dans des démocraties aux relents de facisme!demandez vous si ces lois profitent aux artistes ou aux majors et a l'etat,qui continue a taxer le cinema et la musique comme une vulgaire marchandise(19,6%) et non comme la littérature a 5,5%!Demandez vous pourquoi les jeunes téléchargent et aussi a qui profitent ces lois liberticide (j'insiste!!!)

  • parti pirate
    parti pirate     

    Christine Albanel, Ministre de la culture, se félicite de ce que, sondage à l'appui, '74 % des Français sont favorables au projet de loi anti-piratage et 90 % indiquent qu'ils arrêteraient de télécharger après deux avertissements'.

    Diantre!!!!

    En y regardant de plus près, on constate que c'est d'une part la SCPP (Société civile des producteurs phonographiques) qui a commandé le questionnaire à l'institut IPSOS et que, selon Sébastien Delahaye, 'près de 80 % des sondés n'ont jamais téléchargé de contenu illégal'.

    Les grands-mères de ces messieurs auraient-elles été mises à contribution?



    Face à ces données qui en laissent plus d'un perplexe, on imagine aisément les questions: 'Préférez vous que l'on suspende votre abonnement internet ou que l'on vous envoie en prison pour trois ans avec trois cent mille euros d'amende ?' et autres couleuvres circonstancielles.

    Si l'on ne peut que remettre en question le sérieux de ce sondage, qu'il devienne l'ultime béquille de Christine Albanel, envers et contre les avis négatifs des instances françaises (CNIL, ASIC, ARCEP...) et européennes qui ont dernièrement dénoncé sa disproportion, est en soi significatif.



    En matière de matraquage propagandiste, de Dadvsi à Hadopi, l'industrie musicale n'aura pas ménagé ses efforts et peu lui importe si les chiffres qu'elle assène depuis quelques années sont démentis régulièrement.

    Ainsi, pour n'en citer que quelques uns :



    En 2006, L'Institut de Criminologie Australienne annonce que les chiffres sur le piratage mis en avant par l'industrie du disque et du logiciel seraient 'absurdes [...], invérifiés et scientifiquement douteux' puisque que pour atteindre les 361 millions de dollars de perte, il aurait fallut acheter tous les morceaux à leur prix maximal, ce qui est aussi illogique qu'impossible (fluctuation des prix, promotions, achats par lots, Internet...).

    En 2008, c'est la MPAA (production cinématographique aux Etats-Unis) qui doit revoir ses chiffres à la baisse. Alors que sa précédente étude chiffrait à 44% les pertes de l'industrie du film, directement imputables aux étudiants américains, (collèges et universités) elle corrigera deux années plus tard en indiquant que son chiffrage était érroné et que les pertes n'étaient que de 15%.

    Tous ces chiffres ne sont enfin pas objectifs et ils ne prennent pas en compte l'ensemble des facteurs comme les nombreuses taxes créées pour l'occasion (taxes sur les supports vierges, sur les DVD et CD, les lecteurs, les baladeurs, les téléphones, etc).

    L'industrie musicale veut par principe limiter la copie. Ses dirigeants évitent donc de parler de ces sommes. L'explication est simple : 'la vente de disques physiques rapporte davantage au producteur, alors que l'auteur touche davantage en copie privée' explique Christophe Espern, cofondateur de EUCD.info, une filiale française de la Free software foundation (FSF).



    Avec la loi de Riposte Graduée, (en Conseil des ministres le 11 juin et cet été au Sénat) c'est un important pourcentage d'internautes qui verra son accès Internet bloqué et plus grave encore, sa ligne téléphonique amputée dans le cas des offres triple-play, avec l'obligation de continuer à payer l'abonnement initial souscrit auprès du FAI.

    Difficile avec ça pour le gouvernement de nous vendre ses Assises du Numérique et leur Internet innovant, accessible à tous et luttant contre l'exclusion sociale...

    Droits d'auteurs obligent, on téléchargera ou on téléphonera au Samu, à son employeur, à ses proches, il faudra désormais choisir!

    Non qu'une possibilité de ligne téléphonique préservée lui donnerait un surplus de légalité à défaut de légitimité, mais là, on atteint des sommets que l'on croyait déjà avoir allègrement franchi avec DADVSI.

    Sondages ou pas, aucune loi ne palliera la détestation grandissante que ces lobbies inspirent, en sciant frénétiquement la branche sur laquelle ils sont assis, c'est même tout l'inverse.

    Il est plus que jamais urgent de rappeler que la culture, le divertissement et même la Princesse de Clèves, ne sont pas des données variables et ajustables au porte-feuilles de quelques uns et que l'on ne fera pas porter aux internautes le chapeau de la scandaleuse redistribution des revenus de ces industries, pas plus du reste que le désintérêt criant de ce gouvernement pour la chose culturelle.



    La désertion annoncée des réseaux P2P ne remplira pas comme de bien attendu, les rayons de l'industrie du disque ni les caisses des majors et les mélomanes, les lecteurs, les cinéphiles, bref les pillards, n'ont plus envie de renflouer ce conglomérat malfaisant qui les harcèle, les maltraite et s'engraisse sur le dos des auteurs qu'il prétend défendre.



    Tiens, on nous annonce, sondage à l'appui, qu'à la parution de ce billet, 125% des français nous soutiennent.

  • MassimoXXXXXX
    MassimoXXXXXX     

    Voilà mes réponses si on m'avait sondé :
    - mon salaire n'a pas bougé depuis des années, par contre l'offre en produit multimédia augmente d'abord CD, puis Dvd, lecteur Dvd, console de jeux @ 400?+50? pour la 2eme manette + 70? le jeu + camescope + pda + console portable + 40? le jeu + APN + carte mémoire ...etc ...
    - Du reste au passage de la cassette(80fr=12? le double album de Mickael J.) au CD, les prix devaient baisser puisque produit en masse, lalalala 21eme siècle, Constat aujourd'hui = + de 30? pour un double CD de House soit 200fr

    QUI MENT A QUI ?

    Et tout à fait d'accord concernant le fait que les majors n'ont pas prie le virage de la numérisation en temps et en heure, maintenant ils pleurent....

  • jojolecrado
    jojolecrado     

    voici la riposte graduée des enfoirés : http://www.youtube.com/watch?v=r0acgG-mER8

  • scredludo
    scredludo     

    c'est navrant de sortir un pseudo sondage afin de convaincre qu'il faut sanctionner
    les internautes qui téléchargent (méthode made in usa).Encore une façon dissimulé de contrôler les citoyens et de réduire les libertés.Les majors devraient s'adapter aux marché...Plutôt que les sanctions je préfère la license globale.Je suis outré.

  • consoo
    consoo     

    Pour la millionème fois :
    _Oui ces taxes sont pour les pertes enregistrées dues à la copie privée.
    _Oui cela existait (et existe toujours) sur les cassettes (vhs ou audio).

    Mais il y a une différence de taille maintenant : la copie privée, bien que légale sur le principe, est illégale techniquement, car pour copier des données il faut changer le format (au moins temporairement), voir faire sauter des protections (donc modifier le code logiciel encodant ces données).
    Hors depuis la loi DADVSI il est illégal de modifier des données informatiques qui ne nous appartiennent pas (donc ce qui est nécessaire pour la copie), et quand on achète un produit on achète en fait son application, PAS les données.

    Donc il s'agit bien de taxes qui n'ont aucune justification car l'application de ce pourquoi on paye la taxe est illégal.

    Moralité : quand on sait pas on se renseigne avant de passer pour un *** en postant des ****eries....

  • kempes76
    kempes76     

    je me demande toujour pourquoi les sondages sont des arguments valable puisqu'il represente un minuscule panel de personne ,d'autant plus qu'en 2002 lors des elections presidentielle la france s'est apperçus a quel point ils n'etaient pas fiable (jospin sur au deuxieme tour)je rajouterais que quand le commanditaire dudit sondage fait parti des refractaires au peer to peer les pseudo résultat de telles enquetes ne presente pas du tout une garantie d'honnetetée.

  • Pitoyable
    Pitoyable     

    elle le sont pas deja inutile ????????????
    pour moi depuis qu'elle refuse d'evoluer (le gouvernement aussi) elles sont de plus en plus inutile et c pas les taxe qui leur feront trouvé de l'utilité (utilité de produire la star ac ..???? la nouvelle star ?? utilité de faire ds budget marketing enorme pour johnny alors que meme mon arriere grand pere et ma niece le connaisse de nom !!!!! non faut faire de la pub )...y nous vendent des cd !!! pas des artistes ...donc servent a rien ...
    (ps: je viens de remarquer le second degre dans votre post dsl et +1 alors...)

  • Bulldo02
    Bulldo02     

    Ah oui ce serai pas mal de mettre le minitel comme sanction.Mais bon...chut, évitons de donner des mauvaises idées! lol

  • oullab
    oullab     

    On vous l'a déjà dit des milliers de fois, ça ne peut par marcher :-)) .

    La preuve : la radio, la diffusion en entreprise (centre commercial, magasins,...), les passages télévisuels, etc.

    Vous avez raison, cette solution est la solution pour les artistes, mais pas pour les maisons de disque qui dans ce cas deviendraient inutiles !!!

Lire la suite des opinions (108)

Votre réponse
Postez un commentaire