En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Le Président du Sénégal plaide pour la création d'un fonds de solidarité numérique

Pour Abdoulaye Wade, la création d'une structure de financement fondée sur les contributions volontaires des Etats, des citoyens et du secteur privé devrait aider à combler le fossé technologique entre pays du Nord et du Sud.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

5 opinions
  • Philippe Vacheyrout
    Philippe Vacheyrout     

    En effet et si on commencait par la France ? En fait Monsieur Wade a relayé une proposition émanant le l'association www.Capucine.net dont une plaquette lui a été remise en main propre à l'occasion du 4éme Forum de la Idemocratie à Issy les Moulineaux, qu'il en soit remercié, ce serait une formidable avancée.

  • TND
    TND     

    Même ce qu'il plaide n'est pas adapté au Sénégal ça peut l'être ailleurs, n'oublions pas ce point de vue.

  • Tafsir NDIAYE
    Tafsir NDIAYE     

    Avant de s’attaquer à Wade, bien que je sois très de son avis, vous devez vous débarrasser de sentiment Nationaliste, je pense qu’on a rarement les moyens qui sont à la hauteur de nos ambitions. A cet effet, rien que le fait de poser le problème est un avancées considérable à la problème de l’adoption et la vulgarisation NTIC des les pays sud, l’un des problèmes de l’Afrique vient justement de là, à chaque fois que quelqu’un émet une idée, les autres, au lieu de voir l’aspect positif du problème, essayent toujours de casser l’idée et très souvent on se retrouve dans la case de départ.

    Il ne faut pas faire d’amalgame 01 informatique n’est pas le soleil (quotidien national du sénégal), on est dans un univers international qu’est l’Internet et ne compter pas sur les PIB de pays du Sud pour se doter de telles infrastructures d’autant plus ce sont des infrastructures qui coûtent chers et qui sont en permanent évolution.

    Les projets de ces envergures ne peuvent pas trouver des financements locaux, seules les partenaires extérieurs (privée, public ou individuel) sont à la hauteur donc ne nous en privons pas. Je vous parle en connaissance de cause, ce domaine est parfaitement le mien, j’ai fait l’IUT à dakar en 95 sur les 286, 4 années de Banque, une MAITRISE en Génie mathématique et Informatique, un DESS en Technologie de l’Internet pour les Organisations et un DEA en E-management à l’université Paris dauphine.

    NTIC n’est pas synonyme de PC bien celui y est partie intégrante, il ya des aspects environnementaux, organisationnels, managéraux apporteur de valeurs à prendre en compte et tout ceci se fait dans un cadre International.

    Je finirais en vous invitant à cultiver notre jardin au lieu de le saccager !

  • Birahim GUEYE
    Birahim GUEYE     

    Comme l'a di Wade la situation des Ntic en Afrique et particulièrement au Sénégal est dramatique et pire encore cela enfonce davantage les populations dans la plus grande ignorance et constitue par la même occasion un frein à la démocratie. c'est ainsi que je ne peut pas croire à la sincérité des propos de Wade car moi qui suis ancien étudiant à l'université de Dakar où j'ai eu ma maitrise avant de venir en france je sais que l'Etat ne fais rien pour permettre à ne serai que la frange de la population qui a eu la chance d'aller jusqu'à l'université de se doter de moyens pour suivre la marche du monde. Ce qui peut s'attester par une demande qui a été faite par les étudiants de la fac de sciences économiques pour une une dotation en ordinateurs suite à une grève de 15 jours pour 20 ordinateurs qu'ils n'ont jamais reçu tout le long de cette année la malgré les promesses du ministre de l'éducation en personne que ces machines devraient être reçu sous un délai de 20 jours.
    Donc j'ose croire que vous conviendrai avec moi que ce n'est que façade tous ces discours pour berner l'opinion publique internationale mais rien de sincére pour le développement des capicités intellectuelles des population pour ne pas subir les vérités du savoir.

  • fk
    fk     

    Décidément, ce Wad, il est sympa. Des discours, des discours, mais dans les faits rien, du néant total, je dirais même plus, une régression de la situation de la liberté d'expression au Sénégal depuis son arrivée au pouvoir. Ah!, je vous le dis, méfions des libérateurs de tout poil. Quel gachis.

Votre réponse
Postez un commentaire