En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Le plan démoniaque de la NSA pour déchiffrer toutes les communications mobiles

Mis à jour le
Le plan démoniaque de la NSA pour déchiffrer toutes les communications mobiles
 

Plutôt que de s'échiner à casser les clés de chiffrement des connexions mobiles, les agences secrètes ont trouvé bien meilleure : ils les volent par millions auprès de ceux qui les fabriquent, comme par exemple Gemalto.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

5 opinions
  • LeCousinDeMaCousine
    LeCousinDeMaCousine     

    Si ceux qui n'ont rien à dire la fermait ,on ne pourrait pas les écouter !

  • Hansi68
    Hansi68     

    Un cryptage ne vaut que s'il est réalisé de bout en bout PHYSIQUEMENT par la même équipe, ce qui impose que les clés ne doivent JAMAIS passer par le net. Si gemalto a effectivement utilisé de l'email ou du ftp avec un faible niveau de protection pour transférer des données aussi sensibles, alors ces mecs sont des débiles incompétents - point barre ! A eux de faire leur enquête et de jouer carte sur table.

    Quand aux solutions que vous proposez, arrêtons l?esbroufe : avec les backdoors/kill switch obligatoires, les USA imposent désormais officiellement aux fabricants une porte dérobée dans les terminaux. En outre, tant que le hardware permet de cacher des microprogrammes d'espionnage dans les drivers, tous les logiciels de protection sont condamnés d'avance !

    On le voit bien : soit on impose la stratégie de transparence totale, et la sécurité des données est garantie, soit on continue sur la lancée actuelle qui consiste à laisser les fabricants/éditeurs faire tout ce qu'ils veulent, avec une sécurité informatique nulle au final, des trous béants dans le hard et le soft, et des gens qui râlent que l'intelligence économique vient leur piquer leurs emplois !

  • Fakrys
    Fakrys     

    déjà l'emploi du conditionnel serait le bienvenu au lieu d'affirmer sans preuve aucune...

    ensuite il faut distinguer les choses:
    -espionnage industriel
    -surveillance et vie privée

    sur l'espionnage industriel, le NSA mélange les genres, malheureusement.
    ils ne devraient oeuvrer que pour la sécurité! et justement empêcher l'espionnage!!!
    après tous les pays espionnent et surveillent d'une manière ou d'une autre!
    je préfère celle des démocraties plutôt que des tyrannies qui empêchent de vivre!


    sur la surveillance et la vie privée:
    qu'est ce qu'on s'en fout d'être surveillé et écouté si on a rien à se reprocher?!
    les paranos de service qui croient un seul instant être assez intéressants et importants pour que la NSA soi disant les espionne: ils feraient mieux de consulter! ptdr

    perso on peut tout écouter, lire, surveiller, je n'ai rien à cacher, au contraire!
    par contre si ça peut me protéger, c'est tant mieux.

    j'ai une connaissance très parano qui a bizarrement changé d'avis après être devenu suspect dans une affaire, il ressemblait au portrait robot et autres malheureuses coïncidences:
    il a été sauvé par les caméra de surveillance, le pistage de son smartphone etc qui lui ont donné tout simplement des alibis!!!
    ça n'a pas de prix.

    La liberté c'est avoir le choix, de ne pas faire des trucs illégaux, de ne pas faire le con.
    entre être libre de tomber dans l'illégalité et libre tout court, hors de prison, ou vivant parce que protégé, mon choix est fait.
    Je préfère que les officiels m'espionnent plutôt que des pirates...
    Non mais franchement!!!

    ce sont les mafieux et le grand banditisme qu'on surveille, les terroristes et pirates, les cinglés et dangereux, pas ceux qui ne représentent aucun danger, aucune menace: combien de milliards de personnes sur terre déjà?!

  • artemus24
    artemus24     

    La sécurité d'un système de chiffrement doit reposer sur le secret de la clé et non sur celui de l'algorithme.
    Comment être certain que cela soit le cas ? Qu'est-ce qui prouve que l'algorithme n'a pas justement une faille !
    Le chiffrement a toujours été considéré comme une arme de guerre par les gouvernements, même si la legislation s'est assouplie.
    La question sécuritaire que je me pose est la suivante : "un message qui ne peut être déchiffré par un gouvernement, sans faire usage de cryptage a-t-il droit d'exister dans un pays" ?
    Autrement dit, les méthodes de chiffrements qui sont autorisés ne sont-ils pas justement ceux que les gouvernements peuvet déchiffrer facilement.
    Je ne crois pas à l'existence de méthodes sécuritaires, même si on veut nous faire croire le contraire.
    Comment sécuriser un message de bout en bout, quand celui-ci sera lisible par son destinataire ?
    Une solution est de ne pas utiliser ces moyens de communications. Mais qui écrit encore aujourd'hui une lettre sur du papier et l'envoi par la poste ?

  • LEMaxPower
    LEMaxPower     

    Les anglo-américains ont toujours été jaloux de la technologie française GEMPLUS/GEMALTO. Ils ont peut-être réussi a voler des clés de cryptage (facilement renouvelables) mais certainement pas déchiffré les algorithmes et encore moins réussi à pirater la moindre carte SIM. En réalité c'est leur système par bande magnétique qui est pourri. Tout ça pour flinguer Gemalto et faire douter les français d'eux-mêmes encore une fois. Sans compter les délits initiés avec le cours de Gemalto... A gerber de la part de nos "alliés"

Votre réponse
Postez un commentaire