En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Le plan de départs volontaires chez IBM rencontre un succès inattendu

Le nombre de salariés volontaires au départ dans le cadre du PSE en cours chez IBM France dépasserait largement le nombre d'emplois supprimés.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

11 opinions
  • Feel-Hip666
    Feel-Hip666     

    Après 25 ans d'ancienneté,la plupart des cadres d'IBM ont des salaires plus que corrects, tellement corrects qu'ils se bousculent pour partir avec "seulement" 65% de leur salaire (mais tu oublies qu'ils ont également le petit magot de 20 mois de salaire) : de quoi voir venir quand même.
    Je ne dis pas qu'il faut applaudir un tel plan, car en effet tous n'ont pas non plus de super salaires, mais dans la plupart des PME, les licenciements se font aux conditions légales stricto sensu, point barre.
    Quant aux augmentations générales, si on en veut c'est sûr que ce n'est pas dans une entreprise américaine qu'il faut travailler : on ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre - choisir une entreprise américaine pour son dynamisme, sa puissance etc. et ne pas vouloir ensuite assumer lorsque le vent tourne...

  • Jorel
    Jorel     

    C'est marrant je parle de la pression managériale dans les autres sociétés qu'à IBM et toi tu opposes jeunes et vieux.
    Relis mon post et tu verras que tu es hors sujet. Et pour les jeunes si la pression sur le salaire exercée en chantage par le management n'existe pas pour mieux presser le citron et empêcher toute revendication sérieuse alors je ne sais pas ce que tu appelles une pression...

  • OnMauraiMenti
    OnMauraiMenti     

    Faux. La pression managériale est beaucoup plus forte sur les anciens que sur les nouveaux. Ceux qui ont de l'ancienneté coutent plus cher que les jeunes (Primes, vacances, salaire moyen, protection syndicale...). Dans la société internationale que j'ai quitté, j'ai été stupéfait par le salaire d'un nouveau CADRE : 1500 Euros brut par mois (affichage légale lors des élections CE). Ce ne sont pas nécessairement les meilleurs éléments qui quittent les sociétés, mais les plus vieux car les plus chères. Il n'y a plus de salariés stratégiques dans les entreprises car il n'y a aucune crainte que le salarié aille à la concurence. Cela fait bien longtemps qu'il n'y a plus de réelle concurence. Les actionnaires sont les mêmes dans les grosse boites. Si une société perd de l'argent, c'est au profit d'une autre. Cela permet en plus de jouer sur les cours en bourse. En informatique, un licenciement est surtout l'occasion pour le salarié de faire une reconversion. Il n'y à plus d'avenir pour un informaticien en France.

  • saucisson
    saucisson     

    En effet la "libération dees services " va faire mal. Vous verrez la Bokesteinisation des marchands de viande sans scrupule.

    L'age d'or des informaticiens bien payés est révolu.

  • Jorel
    Jorel     

    Vu le niveau de salaire chez IBM et l'ancienneté moyenne à IBM (17 ans) leur salaire peut difficilement baisser et la pression managériale ne peut être que moins forte.
    Pour les départs des plus de 55 ans c'est hors sujet et ceux qui partent en volontariat doivent d'abord se voir valider leur projet avant de partir.
    En général c'est l'occasion soit de changer de secteur, soit d'aller chez un client, soit de créer sa boîte.
    Dire que ce sont les meilleurs éléments qui partiront est faux car la compagnie refuse le départ des salariés considérés comme "stratégiques" par le biais du management. Il faut un double accord : celui du salarié et celui de son management.
    Pour revenir sur l'article, en plus des 769 salariés d'IBM France il faut aussi ajouter ceux qui reviennent du siège européen soit à peu près 150 personnes ce qui fait que l'article apparaît comme étant franchement bâclé et partial.

  • neurone de plomb
    neurone de plomb     

    fin des patrons = fin des salaires
    Oh zut, qu'est ce que je vais pouvoir faire pour gagner de l'argent ??? Je vais devoir réfléchir et travailler par et pour moi même....
    C'est mal barré...
    Mais c'est pas grave, avec ma carte CGT, le chauffeur de bus me fait monter gratis..
    Ah ça ira, ça ira , ça ira...

  • OnMauraiMenti
    OnMauraiMenti     

    Les têtes qui quittent la société retrouveront les mêmes conditions ailleur. La politique est générale. Leur salaire va sérieusement baisser à leur prochain poste. Les entreprises ont maintenant des ressources intellectuelles à l'étranger, et se moquent totalement de perdre de bons éléments. J'ai moi-même été remplaçé par des types qui coutent 10 fois moins chers que moi. Pour compenser le niveau, ils ont décidé de doubler les équipes étrangères (2 étrangers pour un français). Le mal n'est donc pas près de se résoudre - voir aussi le projet de libéralisation des services en europe (ça va faire mal). La solutions que trouvent les salariés est de ne pas trop s'impliquer dans l'entreprise et faire comme si on la quittait demain. Cela évite d'être trop stressé, et d'être mené avec la carotte et le baton.

  • Limonade_
    Limonade_     

    Comme chez Xerox, un autres Presse-citron US, les gens sont contents de partir pour échapper au stress excessifs.

    Je conseille aux partant d'éviter les SSII = marchands de viande à la pêtite semaine = missions de courtes durée ...

  • xmen_
    xmen_     

    Les bons élèments vont partir à la concurrence. A force de ne voir que le court terme pour les actionnaires, le moyen terme est négligé.

    La notation des salariés : mécanisme d'évaluation ou de licenciement ?
    http://www.01net.com/article/185524.html

    Alerte au stress chez IBM France
    http://www.01net.com/article/266267.html

  • s
    s     

    une seul solution, boycottons cette fichue boite a frics pour les patrons.

Lire la suite des opinions (11)

Votre réponse
Postez un commentaire