En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Le jour où la Cnil a été dissoute

Le jour où la Cnil a été dissoute
 

Des associations ont investi le 14 décembre les locaux de la Cnil. Elles ont prononcé sa dissolution pour protester contre son action, qui affaiblirait les libertés individuelles.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

24 opinions
  • LeGoJac
    LeGoJac     

    Les interdits bancaires sont "fichés" à la Banque de France.
    Une banque ne connait pas les autres interdit bancaires "a priori". Mais peut toutefois interroger la BdF individu par individu ne fût-ce qu'avant d'accorder un prêt. C'est au moins une des raisons pour lesquelles une banque verse un prêt sur un compte "chez elle".

  • LeGoJac
    LeGoJac     

    Un soignant qui prescrit un produit à risque et ne prend pas la peine de poser de question n'ira pas voir non plus le DMP.
    En outre c'est encore plus laborieux d'aller tapouiller son clavier que de poser une question à la personne en face de soi.

  • Biggoron
    Biggoron     

    Ton dentiste est sinistrement incompétent (ou dangereusement négligent). Un dossier médical informatisé ne résoudra pas ce problème. Au contraire, il enfoncera la médecine moderne dans la cybernétique. Aux rapports humains on substituera le rapport machinique. Ce seront des systèmes experts qui s'occuperont du diagnostic, prescriront les remèdes, auront des avis incontestables, etc. Le médecin deviendra un banal technicien, chargé de s'assurer que le processus se déroule correctement. À la fin, on aura traité l'être humain comme une simple machine. Alors que l'enjeu de la médecine est à mon avis fondamentalement opposé à cela : ce sont les contacts humains et les échanges médecin-patient qui créent le soin.

  • kaldan
    kaldan     

    Je ne suis pas trop d'accord avec toi en ce qui concerne le dossier médical partagé. Je trouve personnellement que le manque d'infos des spécialistes sur les personnes contribue à ne pas être soigné de façon optimale et parfois même cela peut être dangereux. Petit exemple, un dentiste m'a prescrit un médicamment pour préparer l'enlèvement de dents de sagesses. Il ne m'a rien demandé de mon dossier médical ni posé de question sur des allergies quelconques. Résultat, j'aurais pris ce médicamment j'aurais fait une réaction allergique importante (oedeme de quinke, ou pire...). Donc arrêtons de brider les spécialistes. Pour être bien soigné il faut être connu du praticien. Tout le monde ne pense pas à dire ses allergies ou antécédents à un praticien qui ne les demande pas ! Au moins, avec un dossier médical partagé, le risque serait moindre.

  • Biggoron
    Biggoron     

    Non le problème c'est justement d'avoir une organisation qui s'occupe de cela. La polémique provoquée par le projet SAFARI et son retrait par le gouvernement de l'époque n'a pas été dû à une quelconque CNIL, qui n'existait pas à l'époque. Et c'est parce qu'il n'existait pas d'orga phagocitant la question de l'informatisation de la société qu'un débat public a pu éclater. Aujourd'hui, ces vastes débats n'existent plus, parce que c'est la CNIL qui les mène à huis clos (les éléments des projets sont confidentiels, seule la délibération est publique). Tout au plus y a-t-il de vagues protestations, oubliées le lendemain. Regardons d'ailleurs comment la presse traite le sujet : partout ce sont des discours du type "Ah Big Brother nous arrive dessus, heureusement qu'il y a la CNIL pour faire rempart et trier le bon grain de l'ivraie". Donc finalement on s'en remet à la CNIL. La CNIL ne ferait pas un travail illégitime, elle manquerait juste de moyens et de pouvoir... mais quelles illusions cultivons-nous pour démissionner ainsi collectivement de notre capacité à juger des évolutions des techniques et à influer nous-même le cours de choses ?

    Le rôle réel de la CNIL ne pouvait être que l'organisation de l'acceptation progressive du déploiement sans limite des nouvelles technologies. Sa trajectoire était prévisible (et a été prévue) dès sa création. Rajouter à la CNIL des "représentants" de la société civile ou changer la procédure de nomination de ses membres ne changera rien au problème. On voit bien ce qu'il en est de tous ces comités d'éthique divers et variés, dépossédant les individus de leur aptitude à juger l'orientation des sciences.

  • Peace maker
    Peace maker     

    Il est évident qu'il faut une organisation qui puisse parler au nom des citoyens, mais il FAUT qu'elle soit représentative des citoyens.
    Si elle n'existait pas, tout le monde pourrait voir le contenu de ton PC (mauvais exemple compte tenu de l'info d'aujourd'hui), ou viendrait chez toi, fouillerait dans tes affaires et repartirait sans etre inquiété...

    Le problème réside dans le fait que cette organisation est manipulée par "la france d'en haut" et n'est plus représentative de "la france d'en bas". Et c'est ceci, à mon avis, qui devrait être modifié.

  • julien.v
    julien.v     

    Bravo à tous, pour vos réactions, c'est plein de courage, de beauté du geste et d'inutilité toute adolescente.

    Les libertés individuelles ne peuvent évidemment pas être protégées par un quelconque organisme armé de 100 larbins et assommé par le traitement de déclarations à faire dormir un bernard pivot.
    Par contre, c'est un peu, aussi, parfois, au citoyen de réagir par ses actes et non ses paroles, en refusant, par exemple, de consommer et d'utiliser ce qu'il considère néfaste à son environnement...

    et vous, que faites vous pour protéger vos données personnelles ?...

  • Biggoron
    Biggoron     

    Et justement, est-ce normal que ce soit quelqu'un d'autre qui décide pour toi ce qui relève de ta liberté et ce qui n'en relève pas, pour la défendre ? C'est là qu'apparaît la nécessité à chacun de se réapproprier le débat sur les libertés individuelles, et de questionner cette société et les techniques qu'elle génère. D'où le besoin de déligitimer et dissoudre la CNIL, qui fait écran à ce débat.

  • n°0001984
    n°0001984     

    Comme toujours 01net fait la preuve de la qualité de ces titres et de ces articles qui le hissent désormais au niveau d'un tabloid anglais, la précision en moins...tirer sur l'ambulance dans le sens de la marche c'est plus simple que de décrire comment se met en place la suppression organisée des moyens de protection des libertés individuelles...encore ne faut-il pas y participer

  • vlad07
    vlad07     

    La Cnil ,fagocitée , reste le dernier rempart face aux marchands de tous poils - et ce n'est pas en affaiblissant insidieusement ou franchement son rôle de "conseil" que nous garantirons mieux nos libertés!ne vous trompez-vous pas volontairement de cible? cible?

Lire la suite des opinions (24)

Votre réponse
Postez un commentaire