En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Le coût du gratuit

Le coût du gratuit
 

Avec le logiciel libre, dont l'emploi ne se justifie pas toujours, la facture peut parfois se révéler salée...

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

14 opinions
  • Nicolas_
    Nicolas_     

    Il me semble inapproprié de comparer les formats de fichier avec l'ABS ou le panier de lave-vaisselle, il vaudrait mieux comparer avec les cassettes vidéos : et si une cassette vidéo enregistrée par un magnétoscope n'était pas lisible sur un autre ? C'est comme ça que ça se passe avec les formats de fichiers propriétaires...
    D'autre part, un prix plus élevé ne veut pas forcément dire une meilleure qalité, cf les vêtements "de sport" des marques qui sont de qualité équivalente aux autres.

  • Nicolas_
    Nicolas_     

    La comparaison avec l'ABS ou le panier de lave-vaisselle ne me semble pas appropriée, si l'on parle de la compatibilité de format il vaudrait mieux comparer avec les cassettes vidéos : et si une cassette vidéo enregistrée sur un magnétoscope n'était pas lisible sur un autre ? C'est comme ça que ça se passe actuellement avec les formats de fichiers "propriétaires" ...
    Et d'autre part un produit cher peut très bien être de même qualité qu'un autre beaucoup moins cher, cf les habits "de sport" des marques qui sont de qualité équivalente aux autres mais beaucoup plus chers.

  • Freebiblio
    Freebiblio     

    Nouvelle du jour :
    "Avec une fortune estimée à 46,5 milliards de dollars, Bill Gates est pour la 11e année consécutive l'homme le plus riche du monde."

    Voilà ce que ça donne "le coût du non gratuit"!

  • Marc_
    Marc_     

    Le titre lui même de l'article n'est pas du tout approprié.
    Qui dit logiciels libres ne dit pas totalement gratuit : paramétrage, installation, adaptation au secteur d'activité > developpement sur mesure, suppport..etc...
    Ensuite il y a des produits Open Source pas forcement gratuit non plus (même microsoft s'y est mis..!).

    Quand à la qualité des logiciels, vous êtes mal renseigné ! On cite souvent Apache,PHP,Mysql mais je peux vous trouver plusieurs solutions fiables et qui valent largement des solutions propriétaires.
    Notamment les CMS, le CRM, les ERP, la bureautique, les SIGB, SGBD, etc...(je ne vais pas faire un cours)
    PS : SAP est une marque et non un logiciel comme quoi parfois l'utilisateur est mal renseigné...

    En conclusion : je dirais qu'il faut savoir utiliser le libre quand cela correspond au besoin et faire appel au propriétaire également si l'offre est mieux adaptée...
    Si vous avez de bons chefs de projets, ils sauront évaluer, conseiller telle solution plutôt qu'une autre...
    Je trouve cet article avec un titre accrocheur complètement inutile et non objectifs car il y a beaucoup de paramètres a prendre en compte.
    Moi qui travaille en SSLL il m'arrive parfois de conseiller à mes clients de choisir un éditeur de logiciels propriétaires car cela correspond mieux à son projet..
    Cordialement

  • serge_
    serge_     

    Pourquoi ? quand vous conduisez votre voiture de fonction le code du calculateur ABS est libre et documenté ? votre SAP ? votre photocopieuse ?
    Et pourquoi je peux pas utiliser les sacs des aspirateurs philips sur mon aspirateur rowenta ? et le panier à couverts de mon lavevaisselle sur un autre ?
    et pourquoi je peux pas copier les plans de la dernière renault pour la fabriquer sous mon nom ?

    Pour qu'un produit perce il faut qu'il soit : payant et excellent ou alors médiocre et gratuit. Si Microsft en est là c'est que ses produits sont excellents, et si le libre, malgrè sa gratuité qui a un caractère de concurrence déloyale, ne perce pas c'est qu'il génère de bien mauvais produits.

    C'est vrai que la concurrence est un bon aiguillon mais encore faudrait il qu'il y ait de bons produits.

    Vous n'etes pas obligé de passer au propriétaire, mais priez pour qu'il reste qu'il reste un pourcentage non négligeable de sociétés de développement qui payent leurs développeurs pour pouvoir continuer à pouvoir vivre de votre métier (je parle pour les développeurs)

    PS : 2 précisions
    - propriétaire ne veut pas dire Microsoft
    - libre ne veut pas dire tout sauf Microsoft

  • pat_
    pat_     

    Rien que le fait que la majorité des entrepises sauvent tous leurs documents dans un format propriétaire et non documenté me semble une herésie. Pourquoi diable est-ce que je ne peux peux pas utiliser Word sur une Sun ? Microsoft n'en serait-il pas capable ? Ne pensez vous pas que si votre éditeur fait évoluer ses logiciels, et propose des prix "décents", c'est uniquement s'il existe des produits concurents. Or la concurence a été décimée, aujourd'hui pour pouvoir percer un produit doit être gratuit. Je ne suis pas sûr que ce principe soit bon pour l'économie, il freine toute innovation. Vous n'êtes pas obligé de passer au libre, mais priez qu'il reste un pourcentage non négligeable d'utilisateurs d'autres logiciels que ceux que vous n'arrivez déjà plus à vous passer ! .

  • fb
    fb     

    Attention,
    on parle de gestionnaire et pas de financier...nuance.
    Maintenant, faisons aussi "de l'intelligence économique" pour les services informatiques : regardons autour de nous !

    -la question n'est plus propriétaire OU libre, c'est du combat de l'arrière garde et les gestionnaires ne sont plus tous des pigeons : tôt ou tard ils poserons des questions et demanderons de justifications, attention aux paroles d'Ayatollah contre l'utilisation d'une dose de libre.
    -Pour les logiciels libres métiers, regardez de quoi on discute dans les revues professionnelles, par exemple
    http://archimag.com/articles/181/181docbib_dossier.htm

    Encore une fois, je crois que les questions URGENTES aujourd'hui concernent avant tout l'intéropérabiblité libre - propriétaire et le renforcement de la maîtrise d'ouvrage pour gérer les projets de migration.

  • serge_
    serge_     

    Pour moi, mais ça n'engage que moi, le conformisme et les oeillères sont en ce moment du côté du libre, il est "politiquement" incorrect de dire autre chose, de critiquer quoique ce soit, etc. Et je salue le courrage de l'auteur qui ose braver l'interdit.

    Pour les variation de coûts je suis assez d'accord avec l'auteur de l'article : beaucoup de financiers cherchent surtout à avoir le moins de surprises ... et de travail possible ;-) même pour une variation négative.

  • fb
    fb     

    REMARQUE PRELIMINAIRE
    Je crois rêver : "souvenez-vous que les gestionnaires craignent avant tout les variations des coûts plutôt que les coûts eux-mêmes."

    Connaissez-vous un seul gestionnaire qui n'accepte pas avec un sourire une variation de coût NEGATIVE, c'est à dire une réduction?

    LES DEUX QUESTIONS

    Après les infrastuctures,les logiciels libres sont maintenant adoptés pour des solutions métier alternatives aux solutions propriétaires, internet fournit en abondance les nouvelles et les données de ce fait récent.

    Je conseille à mon tour les partisans du conformisme informatique de se pencher sans tarder sur les deux questions qu'ils évitent de se poser aujourd'hui :

    1) comment je vais rendre intéropérables mes solutions propriétaires qu'il faut encore conserver avec le logiciel libre?

    2) comment réussir les projets de migration des solutions propriétaires vers des solutions libres?

  • coco_
    coco_     

    Le libre (ou plutot le gratuit) est largement utilisé dans les plate-forme de développement J2EE.

Lire la suite des opinions (14)

Votre réponse
Postez un commentaire