En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...

Le cours du dollar : problème dominant de 2005

Le cours du dollar : problème dominant de 2005
 

Le contexte social français était jusqu'ici le problème numéro un des entrepreneurs qui devaient réinvestir ou non en France. Mais cette année, le cours du dollar éclipse tous les autres.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • GARRIER
    GARRIER     

    Après septembre 2001, l'administration Busch a découvert que le financement d'Al Quaida mettait en cause l'ambassadeur d'Arabie Saoudite aux USA et divers princes de la famille royale. Plus généralement la bourgeoise arabo-musulmane est en partie mouillée dans cette opération consciemment ou pour avoir été dupée par des ONG en apparence convenables.
    Les comptes ayant servi à approvisionner Al Quaida risquent (et risquent toujours) d'être saisis. Le dollar étant la monnaie de réserve depuis plus de 50 ans, tous ces comptes étaient en dollars, ouvers dans des banques américaines. Qu'en est-il aujourd'hui ? Les bénéficiaires de pétrodollars les ont-ils convertis en pétroeuros ? Dans quelle proportion ?
    Si elle existe, cette fuite devant le risque de saisie expliquerait l'envolée de l'euro et la chute corrélative du dollar.
    La politique "anti argent-sale" menée en Euroland risque de conduire à de nouveaux transferts au profit d'une autre monnaie.

  • GARRIER
    GARRIER     

    Donald Rumsfeld est un économiste. En 2001, plusieurs secteurs de l'économie américaine étaient en difficulté. A l'antipode de l'orthodoxie héritée de Milton Friedman, il fallait que l'Etat injecte des fonds dans l'économie, subventionne des entreprises. L'UE aurait hurlé. Donald Rumsfeld a fabriqué le mythe irakien et a justifié une guerre qui a permis de déverser 700 milliards de $ (sauf erreur) dans l'économie. L'économie de guerre est une très bonne affaire pour le pays qui ne subit pas cette guerre. Ce fut le cas de la GB en 1939 (lire John Meynard Keynes), ce fut le moyen utilisé par Schacht pour redresser l'conomie allemande après 1933, ça a été le cas des USA à partir de 1942 et c'est de nouveau leur cas depuis l'invasion de l'Irak : les paies des soldats sont exclusivement dépensées par les épouses dans les supermarchés américains. Busch et Rumsfeld tentent d'imposer un libre marché sans règles ni subventions à l'extérieur et pratiquent une politique keynésienne de subventions globales à l'économie par le biais de l'économie de guerre. Il faut noter que les débats sur Busch ne portent jamais sur son bilan économique : il est excellent. Il a soutenu la sidérurgie à coup de droits de douane qui n'ont été suprimés que lorsque la chute du dollar et le hausse du fret ont rendu cette taxation inutiles ; il a financé l'économie par les dépenses militaires ; le bas taux du dollar favorise les industries américaines exportatrices et pénalise les exportateurs de l'euroland. Bravo Busch ! Désolé pour ceux qui ne l'aiment pas. je ne l'aime pas non plus, mais je constate son efficacité même si elle emploie des moyens peu moraux. La politique est l'art du possible. "Le prince doit savoir dire la vérité quand il faut dire la vérité et mentir quand il faut mentir" (Macchiavel).

  • girard_
    girard_     

    je n'y comprend rien les USA sont continuelment en guerre et malgrè tout ils sont de plus en plus riche cet a ce demander si ils font tout pour foutre l'europe a genou et nous nous restons impuissant a ce fénomène
    mais que fait l'europe pendent ce temps???????
    Bravo l'europe

  • Euroland
    Euroland     

    L'euro fort, c vraiment la galère !! En vendant essentiellement aux US, nous perdons 30% de CA en euros... Donc c'est 30% de moins à investir en France, mais que fait l'Europe ???
    Effectivement nous parlons de partir sur l'étranger, sinon on continue à licencier jusqu'au point zéro.

Votre réponse
Postez un commentaire